25/08/2015

Chers auditeurs de LFM

Depuis 2008, vous supportez ma voix et j'imagine vos visages. A l'heure où je quitte définitivement cette station, mon premier réflexe est de vous remercier du fond du coeur. Sans vous, ces sept années n'auraient eu strictement aucun sens. Bon, j'en rajoute un peu. Je suis victime de mon pathos habituel. Car pour être tout à fait honnête, cela fait déjà quelques temps que ma présence aux micros de LFM n'avait plus beaucoup de sens.

Mes confrères de micro, eux aussi, manifestent parfois une certaine lassitude. Leurs profils sont variés. Il y a le journaliste maison qui présente une combinaison extrêmement rare dans le métier : une exigence professionnelle à toute épreuve et une absence totale de vanité. Il y a le plus âgé du lot, qui est aussi le plus jeune parce que le plus enthousiaste, mémoire vivante du canton et la passion du métier comme une première nature. Et il y a celui qui en sait presque trop sur les affaires politiques vaudoises, toujours dangereux pour ceux qui espèrent cacher un secret à ses yeux sournois. J'ai pris un grand plaisir et j'ai appris beaucoup de choses en débattant, parfois vivement, avec eux.

 

Pour Peter Rothenbühler, l'autre régulier, ma foi, nous avons tous dû faire avec. A cause de lui le journalisme suisse est devenu le tapis rouge des puissants et des piliers de l'économie, signe soit d'une éthique défaillante, soit d'une promiscuité avec le pouvoir, soit des deux. Son avenir est derrière lui, alors il survit en reluisant les pompes de n'importe quelle petite gloire locale, avec une servilité égale à celle qu'il exigeait, très notoirement, de ses journalistes. Ses avis, il les aligne en fonction de ce que les autres éditorialistes ont dit avant lui. Il ne réagit que par contradiction et pour faire mousser l'audience, comme il me l'a d'ailleurs expliqué lui-même. Aucune conviction, aucun point de vue et une seule passion : la popularité, le buzz. Il pleure à chaudes larmes les victimes de Charlie Hebdo tout en déclamant un soixante-quatrième éloge de Jean-Claude Biver, Patrick Aebischer ou Pierre Keller. Il accuse l'UDC de tous les maux, parce que ça se fait dans le métier. Mais il agite aussi souvent qu'il le peut la peur et la haine des Roms, des immigrés ou des mendiants, tout en offrant un diplôme d'excellence à n'importe qui ou quoi, pourvu que ça soit suisse. Mais attention, lorsqu'il parle de son métier, c'est comme si de lui seul dépendaient la démocratie et la liberté en Suisse. Enfin surtout à l'avenue de la Gare.

 

Et puis, il y a LFM. Il n'y a pas si longtemps, c'était une bonne radio. On y entendait des chroniqueurs représentants plusieurs tendances, de l'extrême-droite écônardo-Amaudruzienne de Pascal Décaillet au marxisme light et raisonneur de Chantal Tauxe. La rédaction se fendait de sujets touffus et percutants sur l'environnement, les énergies renouvelables ou la mobilité. Et tout le monde y était invité et entendu, de l'UDC au POP. « Vous faites la meilleure émission d'actu de la semaine, je n'en manque pas une », me disait du "Forum" une journaliste de la RTS dont je tairai le nom. Car LFM était un authentique service public. C'est désormais un service publicitaire. Qui vend des minutes et qui bourre le temps libre avec des entretiens obséquieux de people et de millionnaires. Les sujets ont été réduits à des virgules. Et le temps d'antenne du "Forum" a été raboté de 40%. Mais on a ajouté des caméras, parce qu'évidemment les auditeurs ne rêvent que d'une chose, c'est de voir une bande de quinquas mal rasés, mal cadrés et bouffis de sommeil au petit déjeuner. Tout est fait désormais comme si on avait peur, en restant exigeant sur le contenu, d'agacer la bêtise supposée des auditeurs.

 

 

Pourtant pas un seul auditeur n'a été gagné dans cette course à l'insignifiance. Si cet impératif, évidemment respectable, ne peut être poursuivi qu'en bêtifiant systématiquement la programmation, à quoi bon maintenir LFM en vie ? Pourquoi payer de vastes locaux au centre ville, des journalistes expérimentés et curieux, des animateurs de talents et du matériel technique onéreux si l'unique but de toute cette opération consiste à vendre des voitures et glorifier des promoteurs immobiliers ? Chers auditeurs de LFM, qu'écoutez-vous tous les matins : une entreprise journalistique radiodiffusée, ou un reality show tourné dans une agence de com ?

17/08/2015

A visit to Srebrenica

To get to Srebrenica, in eastern Bosnia, the road takes you through small villages with familiar names because of CNN reports of twenty years ago. Kravica, Bratunac and Potocari. I keep blurry images in mind, the blue spots of dazed UN soldiers, amidst a terrified crowd led by determined and serious bearded men. And I seem to recognize the background to that story. The road is winding, few cars pass us by and only a handful of small farms scatter the fields around, often abandoned. Or so they seem. You never know if you are in Bosnian or Serbian territory, with minarets and bell towers waging a new kind of war, a despicable continuation of the previous one. All these places of worship are not what they seem. They look like they were erected in haste, they reek of a confused identity and of denial of history. And then suddenly, a brown roadsign, like those that advertise an abbey or a picturesque valley. With a design of the cemetery, the sign welcomes the visitors on behalf of "the Tourism Organization of Srebrenica."

And here is the cemetery. On the other side of the road, there is a small isolated stall on the sidewalk: "Souvenirs". Behind it, there are the abandoned factories where the Dutchbat, the infamous UN Dutch battalion, had entrenched itself, welcoming and then pushing away the refugees who came to seek their protection. To enter the cemetery, you pass through a gate next to which stands a stone that indicates: "The Srebrenica-Potocari Memorial and cemetery for the victims of the 1995 genocide." The issue of whether the Srebrenica massacre was a genocide is in itself obscene. It has monopolized for years the attention of the international community, the Bosnian, the Bosnian Serb and Serbian authorities, all of which use it for political purposes. Therefore to display the word in large letters on the portal is not strictly practical. It's a way to say, attention, visitor, you're walking into a space that is more political than memorial. Like the bell towers and the minarets that compete all across the region, we understand that what took place here, this nameless horror, is not complete, not resolved. And all the opportunities to put a finger in the eye of the neighbor/enemy will be used.

I have visited several places of memory. One of the most beautiful I've seen is in Holland. It is the clearing of Westerbork, where once stood the concentration camp through which 80% of Dutch Jews passed to then finish at Bergen-Belsen or Auschwitz, among them the little Anne Frank. There is almost nothing left in Westerbork, everything was destroyed. At the entrance, small buildings contain all the necessary explanations for visitors, events, statistics, consequences. The rails in front the nonexistent terminal have been twisted up as if they were taking imaginary trains to heaven. And beyond the clearing, the government has installed gigantic, snow-white satellite dishes. They are not there in a memorial capacity, they are useful, practical. But to the visitor, they speak of opening, communication, international efforts and the future. All that was missing during those dark years, everything that is vital. And this clearing that saw what cannot be seen, these rails that carry the memory of the dead to heaven, these antennas that connect us to the living, all this both afflicts you and soothes you. It has meaning and it says that the past is past but as much as it's over, it cannot, it must not be forgotten.

In Srebrenica, you first encounter a mosque, which is a roof of about twenty meters on the side resting on four piles. And around this mosque a circular wall lists the names of the thousands of victims and their dates of birth, a way too familiar sight throughout the world. Beyond that wall, over several thousand square meters, the white marble tombs of the victims, each carrying this Surah in Serbo-Croatian and English: "And say not of those who are killed in God's cause: "They are dead." Rather they are alive,but you are not aware". The Bosnian Serb conflict took place on the dividing lines of the Ottoman Empire, which only recognized religion as nationality, a confusion that lasts to this day. That's why Tito's Yugoslavia eradicated religion and its practice, alas with a provisional success. In 1995, even if some were waving their faith to kill their neighbors, religious practice was still non-existent and it remains so today, despite the size of crucifixes and the thickness of beards. But it was set in stone that these thousands of victims fell "in God's cause". Before he was brutally murdered and then thrown into a pit, what did a little boy of 14 years know of Allah if he had never attended mosque, if his parents never mentioned the name of God in his house?

We gaze at the thousands of small white marble monuments. And that's it. I look around in vain for maps, texts, some sort of historical explanation. Or at least the heartbreaking verse from a wise 17th-century Bosnian poet, a sentence of Ivo Andric, something that would put the unspeakable into words. Or a monument that concentrates in its forms the feelings that such a place and such a story should inspire, helping us to expel from our chest the appalling pictures that this visit can, should arouse. But nothing, you come out of there like you would out of a parking lot, a cinema, you think of your keys and you wonder where you can have lunch. The Srebrenica-Potocari memorial cemetery remains in the realm of statistics and politics: July 11, 1995 - died 8372 - Genocide. Goodbye and do not forget to buy a souvenir on your way out. The monument that must speak to the world about what happened in this land is an emotional cripple and a mute. It is not minimalist and peaceful, it is silent and irresolute.

Then you get back to your car and, if you want, you drive the five kilometers separating the cemetery from the village of Srebrenica itself. And it is there, finally, that emotion came over me. A shameful anger. Srebrenica is twice a martyr: because of what occurred there, and because of the shameful way how international and local authorities have abandoned survivors. Everything is ruined, dirty, broken down by sun and dust, by inaction, and the weight of unbearable memories. The faces that I see look at me with the weariness of those who know that we will offer nothing, that we just watch them and we will leave as soon as possible, leaving them to their misery and their awful condition of living in a land where it is better to be dead.

16/08/2015

Passage à Srebrenica

Pour arriver à Srebrenica, en Bosnie orientale, la route vous fait passer par de petits villages aux noms déjà familiers à cause des reportages de CNN d'il y a vingt ans. Kravica, Bratunac, Potocari. J'ai en tête les images floues d'un été écrasant, les taches bleues des soldats de l'ONU, hébétés, au milieu d'une foule terrorisée, menée par des barbus déterminés et graves. Et il me semble en reconnaître le décor. La route est sinueuse, les autres voitures très rares, les fermes, petites, souvent abandonnées. Ou alors elles le paraissent. On ne sait jamais si l'on est en terre bosniaque ou serbe, les minarets et les clochers menant une guerre d'un nouveau genre, détestable continuation de l'ancienne. Tous ces lieux de culte n'en sont en fait pas. Ils sentent la hâte, l'affirmation identitaire le déni de l'histoire. Et puis soudain, un panneau brun, comme ceux qui vous annoncent une abbaye ou une vallée pittoresque. Avec un graphique représentant le cimetière, il annonce la bienvenue au visiteur au nom de « l'organisation touristique de Srebrenica ».

Enfin, voilà le cimetière. De l'autre côté de la route, il y a une petite échoppe de trois mètres de côté, isolée sur son trottoir : « Souvenirs », dit la devanture. Derrière, il y a les hangars abandonnés dans lesquels le Dutchbat, le bataillon hollandais de sinistre mémoire, s'était retranché, accueillant puis refoulant les réfugiés qui venaient y chercher leur protection. Pour entrer dans le cimetière, on passe par un portail à côté duquel trône une pierre qui en indique la nature : « The Srebrenica-Potocari Memorial and cemetery for the victims of the 1995 genocide ». La question de savoir si le massacre de Srebrenica est un génocide est en soi obscène. Elle monopolise depuis des années l'attention de la communauté internationale, des autorités bosniaques, bosno-serbes et serbes qui, toutes, s'en servent à des fins politiques. Ainsi afficher ce mot en grandes lettres sur le portail n'est pas strictement qualificatif. C'est une façon de dire, dès l'entrée, attention, visiteur, tu entres dans un espace plus politique que mémoriel. De la même façon que clochers et minarets se disputent les arpents alentours, on comprend que ce qui s'est déroulé ici, cette horreur sans nom, n'est pas terminée, pas réglée. Et que toutes les opportunités qui se présentent de mettre un doigt dans l'oeil du voisin/ennemi seront utilisées.

J'ai visité plusieurs lieux de mémoire. L'un des plus magnifiques se trouve en Hollande. C'est la clairière de Westerbork, où se trouvait autrefois le camp de rassemblement par lequel 80% des juifs hollandais sont passés pour finir ensuite à Auschwitz ou Bergen-Belsen, et parmi eux la petite Anne Frank. Il n'y a presque rien à voir à Westerbork, tout a été détruit. A l'entrée, des petites constructions contiennent toutes les explications nécessaires au visiteur, les événements, les statistiques, les conséquences. Les rails, devant le terminal inexistant, ont été relevés, comme s'ils emmenaient les trains imaginaires vers le ciel. Et au-delà de la clairière, le gouvernement a installé de gigantesques antennes paraboliques d'un blanc immaculé. Elles ne sont pas là pour leur vertu mémorielles, elles sont utiles, pratiques. Mais elles parlent au visiteur d'ouverture, de communication, d'efforts internationaux, d'avenir. Tout ce qui manquait durant ces années sombres, tout ce qui nous est vital. Et cette clairière qui a vu ce qu'on ne doit pas voir, ces rails qui emportent le souvenir des morts vers le ciel, ces antennes qui nous rattachent aux vivants, tout cela vous afflige et vous apaise à la fois.

A Srebrenica, on tombe d'abord sur une mosquée sommaire, un toit d'une vingtaine de mètres de côté posé sur quatre pilotis. Et autour de cette mosquée un mur circulaire détaille, scène bien trop familière à travers le monde, les noms des milliers de victimes et leur date de naissance. Enfin au-delà, sur plusieurs milliers de mètres carré, les tombes de marbre blanc des victimes, chacune portant cette sourate en serbo-croate et en anglais : « Et ne dites pas de ceux qui sont tués dans le sentier de Dieu qu'ils sont morts. Au contraire ils sont vivants, mais vous en êtes inconscients ». Le conflit bosno-serbe a été mené sur des lignes de partage héritées de l'empire ottoman, qui seul reconnaissait la religion comme nationalité, d'où les confusions qui durent jusqu'à ce jour. C'est à cause de cela que la Yougoslavie titiste avait éradiqué, avec un succès hélas provisoire, la religion ainsi que sa pratique. En 1995, même si les uns et les autres brandissaient leur foi pour massacrer leurs voisins, la pratique religieuse était encore inexistante et elle le reste aujourd'hui, en dépit de la taille des croix et de l'épaisseur des barbes. Mais on a gravé dans le marbre que ces milliers de victimes sont tombées « dans le sentier de Dieu ». Or d'Allah, qu'en savait-il, le petit garçon de 14 ans abattu sauvagement puis jeté dans une fosse, si jamais on ne lui en avait parlé, s'il n'avait jamais fréquenté de mosquée, si ses parents ne mentionnaient jamais le nom de dieu dans sa maison ?

On parcourt du regard ces milliers de petits monuments de marbre blanc. Et puis, c'est tout. On cherche en vain des explications, des cartes, des textes, une explication historique. Ou au moins le poème déchirant d'un sage bosniaque du 17e siècle, une phrase d'Ivo Andric, quelque chose qui mettrait des mots sur l'indicible. Ou un monument qui concentre dans ses formes les sentiments qu'un tel lieu et qu'une telle histoire doivent inspirer, qui nous aide à expulser de notre poitrine les images épouvantables qu'une telle visite peut susciter. Mais rien, on en sort comme on sort d'un parking, d'un cinéma, on pense à ses clés et on se demande où l'on pourra déjeuner. On est ici dans le domaine de la statistique et de la politique : 11 juillet 1995 – 8372 morts – Génocide. Au revoir et n'oubliez pas d'acheter un souvenir en partant. Ce monument qui doit parler au monde entier de ce qui s'est passé sur ces terres est un handicapé émotionnel et muet. Il n'est pas minimaliste et apaisé, il est silencieux et irrésolu.

Si l'on veut, on reprend la voiture et on fait les cinq kilomètres qui séparent le cimetière du village même de Srebrenica. Et c'est là, enfin, que l'émotion m'a étreint. Une colère honteuse. Srebrenica est une ville martyre à double titre : pour ce qui s'y déroulé, et pour l'indigne abandon auquel les autorités internationales et locales ont condamné les survivants. Tout est en ruine, sale, décomposé par le soleil et la poussière, par l'inaction et le poids d'un souvenir insupportable. Les visages qu'on croise vous regardent avec la lassitude de ceux qui savent que nous n'offrirons rien, que nous les regardons et que nous repartirons le plus vite possible, les laissant à leur misère et leur terrible condition de vivants, dans une terre où il est préférable d'être mort. 

25/05/2015

Et si la finance s'effondrait de l'intérieur?

Depuis des années les attaques – surtout rhétoriques en réalité – contre l'économie financière viennent autant de la gauche qui lui reproche sa rapacité, que de la droite qui lui reproche son internationalisme. Mais il faut reconnaître que jusqu'ici, rien n'y fait. Au contraire : les profits des grands groupes bancaires ne cessent de battre des records, les liquidités qui circulent entre ces groupes ne cessent d'augmenter et les salaires des employés de la finance ne connaissent pas la crise. La politique demeure impassible et/ou complice face à ce qui ressemble de plus en plus à une gigantesque bulle en formation.

En deux mois, il m'a été offert de recueillir deux témoignages particulièrement troublants. Sans dévoiler leurs noms et celui de leurs entreprises, il s'agit de jeunes professionnels européens, éduqués aux meilleurs écoles supérieures et actifs dans des groupes internationaux de grande réputation. Le premier, on l'appellera Max, est dans l'industrie du private equity dans un pays riche. Le second, on l'appellera Hans, est dans celle du crédit à la consommation dans un pays moins riche. Il y a deux cents ans, Max et Hans auraient certainement été officiers supérieurs et se seraient déjà distingués dans de célèbres batailles.

Sans que je lui demande quoi que ce soit, Max s'est épanché avec une amertume palpable. Voici la substance de son propos : « Depuis le Quantitative Easing de Mario Draghi, nous sommes débordés par le cash, nous ne savons plus quoi en faire. Mais en fait c'est comme ça depuis des années. On a trop d'argent et trop de travail. Je me paye des commissions de dingue, c'est du grand n'importe quoi. Pendant ce temps, je vois bien que, malgré les statistiques qui disent plutôt le contraire, les gens dans mon pays vivent de plus en plus mal parce que tout est de plus en plus cher à cause de ce système. En tout cas je suis convaincu que ça ne peut pas durer, ça finira par exploser. C'est complètement absurde, je n'y comprends moi-même plus rien. »

A sa manière, Hans a été encore plus brutal et plus amer : « Je dois prêter de l'argent à des gens qui achètent n'importe quoi parce qu'ils sont soumis à une pression publicitaire et sociale démente. Ils commencent par des iPads et des vacances à la mer, qu'ils ne peuvent évidemment pas se payer. Et c'est comme ça que, peu à peu, ils en viennent à emprunter pour payer l'essentiel, le pain, l'essence, etc. En fait je passe pas ma vie à détruire des familles et à foutre en l'air des individus. Je pense que si on continue comme ça, mon industrie sera une des premières responsables d'une nouvelle guerre. »

Je ne dénature et n'exagère pas les propos de Max et de Hans. Et je les relate parce que je récolte ce genre de discours depuis des années, toujours discrètement et toujours sur le même ton, mi-effaré, mi-résigné. Pendant qu'on fait des gorges chaudes avec Swissleaks ou que des gens qui se disent de gauches exigent des salaires minimums ou l'arrêt des délocalisations, les critiques les plus violentes et les plus effrayantes, mais aussi les plus crédibles, viennent de l'intérieur même du système. Alors on peut continuer à défiler en levant le poing ou en critiquant une industrie depuis longtemps aveugle et sourde, et surtout insensible aux attaques extérieures  Il serait plus utile, nécessaire en réalité, de fédérer ces voix critiques et conscientes, de leur donner une plateforme et d'écouter ce qu'elles ont à nous dire si nous voulons réformer ce qui peut l'être, et non pas assister passivement à une explosion pourtant prévisible.

06/04/2015

Michel Onfray et le discrédit de l'athéisme

Le 7 janvier 2015 n'aura pas été qu'un massacre abominable. Comme beaucoup d'actes commis par des extrémistes, il aura engendré une extrémisation d'un débat public jusqu'alors plutôt contenu. Ce qui n'était toléré que dans les bouches des opposants les plus radicaux est désormais repris verbatim par les pontes de l'idéologie dominante. A ce titre, Michel Onfray est probablement l'exemple le plus éclairant de ce basculement à la fois rapide et radical.

Une obsession s'est clairement manifestée dans sa pensée : l'islam. Cela avait commencé avec l'athéisme. Onfray, comme tout homme de gauche qui se respecte, proclame son athéisme. Il en fait presque une profession de foi, pour tout dire, avec ce zèle assez intolérant qui caractérise les nouveaux convertis. Pour lui, la foi n'est pas seulement une offense faite à la raison, encore faut-il insulter et moquer ceux qui pratiquent leur foi.

On connaît ce discours depuis très longtemps en France. Brassens s'en faisait volontiers l'écho. Cela s'appelait l'anticléricalisme, qui n'était pas forcément athée mais avant tout l'expression d'un rejet des églises constituées, de leur pouvoir et de leur hypocrisie. Depuis que l'église n'a effectivement presque plus de pouvoir, on se concentre sur la foi, nouvel objet de rejet. Mais sans l'humour potache et acide de Brassens ou de Brel. Désormais, Onfray et ses compères fustigent la foi de la même façon que les prédicateurs d'antan fustigeaient son absence. Mais les chrétiens n'ont plus la foi puisque, comme le souligne Zizek – qualifié de staliniste impénitent par Onfray, donc ignorant la pensée de Zizek – l'athéisme est un produit du christianisme. Il faut donc en trouver ailleurs.

Le 7 janvier a répondu à cette question. Pour Onfray désormais, nous sommes une civilisation en déroute appelée à se faire bouffer et nettoyer de la carte par l'islam conquérant. Dans un récent entretien au Figaro, il déclarait ceci :

« Les gens préfèrent toujours des mensonges qui les rassurent à des certitudes qui les inquiètent. Néanmoins, je crois qu'on assiste moins au retour du religieux qu'à l'avènement de l'islam. Je ne suis pas sûr que le judaïsme ou le christianisme se portent très bien. (...) Une civilisation se construit toujours avec une religion qui utilise la force. Si l'Église est tolérante aujourd'hui, c'est parce qu'elle n'a plus les moyens d'être intolérante. L'islam a aujourd'hui les moyens d'être intolérant et ne s'en prive pas. Reste que c'est la spiritualité chrétienne qui a rendu possible l'Occident. Aujourd'hui, une religion laisse la place à une autre religion. (...) L'islam qui lui succède fait l'économie de dix siècles de philosophie: quid du cogito, de la raison, de la laïcité, de la démocratie, du progrès? La raison disparaît quand la foi fait la loi. Et la disparition de la raison n'est jamais une bonne nouvelle... »

Ce qui est intéressant et révélateur dans ce texte, c'est tout ce qu'Onfray ne dit pas. Il regrette la disparition de notre civilisation qu'il lie à la disparition de la religion (ce dont il s'abstiendrait s'il avait lu Zizek). Il semble souhaiter une religion qui utilise la force, une religion intolérante. Il donne ainsi l'impression de détester l'islam tout autant qu'il envie sa puissance et l'absence de scrupules. Il y a là, déjà, une bonne indication de ce qu'est effectivement la pensée véritable de Michel Onfray, telle que révélée par les horreurs du 7 janvier. Il ne fallait donc pas comprendre « sans dieu », mais « sans ce dieu-là, faible et tolérant ».

Mais il n'y a pas que cela. Ce qu'Onfray passe sous un silence complet est encore plus surprenant pour un homme de gauche, à savoir les circonstances politiques, historiques et sociales. Parler de l'islam radical aujourd'hui, avant même de savoir de quel islam on parle – et Onfray est remarquablement générique sur ce sujet – c'est aussi et même surtout parler des conflits liés au post-colonialisme et aux énergies fossiles. Et parler de l'islam en France, c'est aussi parler de ségrégation, de précarité et de non-représentation. Là encore, Onfray maintient un silence sidérant. Autrement dit, tout ce qui doit nous permettre de comprendre pourquoi certaines franges de l'islam, aujourd'hui, sont entrées dans une phase de radicalisation destructrice doit être interprété comme une faiblesse idéologique intrinsèque à cette religion. Toute autre explication est naïve ou bien-pensante.

Se priver volontairement de toute interprétation sociologique pour décrypter des faits aussi extraordinaires que ceux survenus le 7 janvier est indigne d'un homme de gauche et encore plus d'un philosophe. Michel Onfray décide que la responsabilité de ces actes, et d'ISIS ou de Daech, repose entièrement dans un texte composé il y a 1400 ans, et par conséquent correctement interprété par les assassins. L'homme n'est pas seulement critique, c'est aussi et toujours un expert. C'est ainsi qu'il se permet de tancer publiquement Alain Juppé de n'avoir pas lu le Coran, comme si cela constituait une nécessité pour s'exprimer sur l'islam. Alors qu'en réalité cela lui permet de couper court à toute discussion d'ordre sociologique ou sociale. L'islam est un mal en soi, point barre.

Le voilà donc, notre nouvel ennemi. Onfray développe contre lui une énergie et une virulence que n'auraient pas reniés Saint Just ou l'Abbé Grégoire. Reste une question centrale et dont la réponse reste assez floue : pourquoi ? Pourquoi Michel Onfray et tant d'autres aujourd'hui peuvent-ils justifier l'abandon de toute raison pour combattre cet ennemi de la raison ? Suis-je naïf, idiot ? L'islam est-il effectivement un danger mortel et immédiat ? Je ne l'observe pas, ni dans ma vie de tous les jours, ni dans celle de l'écrasante majorité des citoyens de ce continent.

La réponse, peut-être, se trouve dans la personnalité et le profil des Michel Onfray de notre monde. Car il n'est pas seul. Aux Etats-Unis comme en Angleterre, plusieurs intellectuels ont développé depuis le 11-septembre une opposition radicale à l'islam, violemment amplifiée depuis janvier. Je pense notamment à Bill Maher ou au défunt Christopher Hitchens. Et tous partagent à peu près le même fondement idéologique libertaire ou en tout cas d'une certaine gauche. En d'autres termes, ce sont des enfants des années soixante et de l'interdit d'interdire. Michel Onfray, comme Maher, revendique haut et fort une liberté sexuelle absolue, un rejet des codes et des conventions. Ce rejet-là, eux-mêmes n'ont jamais vraiment eu à souffrir pour l'obtenir et pour butiner comme bon leur semble dans un nombrilisme orgasmique absolu. Et comme tous les héritiers, ils considèrent ce qui leur a été légué comme un droit divin.

C'est exactement là que se trouve, je crois, une double et fatale obsession : celle des islamistes radicaux qui fustigent nos moeurs dissolues, et celle des libertaires qui jugent tout régime en fonction de la liberté qui leur est laissée de continuer à jouir sans entraves. Or l'islam radical, et là Onfray ne se trompe pas, ne lui permettrait pas d'allonger indéfiniment la liste de ses aventures. Chaque fois qu'ils parlent de l'islam dans la presse, Onfray et Maher insistent continuellement sur l'homosexualité, sur la sexualité des femmes, sur l'adultère, autrement dit sur la sexualité en général.

Michel Onfray se lamente sur la mort de notre civilisation. Mais ce qu'il appelle « notre civilisation », c'est un ensemble de valeurs en réalité très récentes et dont il est, fort heureusement je crois, un des derniers représentants. Onfray est le pendant idéologique de ces milliardaires libertaires et « fun » que la presse nous montre en modèle. C'est-à-dire un courant de pensée qui s'est servi du combat pour la liberté pour la restreindre à une acception strictement individualiste, jouisseuse et intolérante. Pour eux, la religion, et surtout l'islam radical, est un ennemi non pas parce qu'il massacre des étudiants au Kenya, mais surtout dans la mesure où ils y voient un empêcheur de baiser en rond. En tant qu'athée, je ne peux pas imaginer de pire discrédit pour les valeurs que je porte.

16/01/2015

Charlie Hebdo, Mélenchon et la trahison de la gauche

Ce matin, le discours de Jean-Luc Mélenchon sur la bière de Charb, rédacteur en chef de Charlie Hebdo, m'a retourné l'estomac. C'était comme si, un en seul instant et un seul endroit, s'était cristallisée toute l'étendue de la capitulation et de la trahison de la gauche.

D'abord, les personnes en présence. Côtés vivants, un ancien sénateur socialiste devenu ultra-gauchiste par opportunisme électoral. Mélenchon a tout de même saisi que la social-démocratie s'était peu à peu vidée de son contenu depuis 1990 et qu'il convenait de revenir à l'essentiel. Ce qu'il a fait en devenant ce tribun populiste, qui ne s'est malheureusement pas trouvé d'autres cibles que les journalistes. Un fonctionnaire à vie, plus habitué aux petits fours et aux chauffeurs gratuits qu'à la distribution de tracts et à la grève dans le bassin houiller lorrain.

Côté trépassés, un caricaturiste engagé à vie au PCF, pour les funérailles duquel on fait tonner l'Internationale. Mais aussi un homme dont la compagne a été ministre dans le gouvernement Sarkozy avant de devenir avocate d'affaires pour le compte d'un cabinet américain. Un dessinateur qui, depuis plus de quinze ans, a développé une « islamophobie obsessionnelle », pour reprendre le constat d'un ancien fondateur de Charlie Hebdo. La victime d'un assassinat épouvantable, au cours duquel lui-même et 11 de ses amis et collaborateurs ont payé le prix, non pas de la liberté d'expression, mais de l'usage perverti et irresponsable qu'il en faisait. Le directeur communiste d'une publication sensément opposée au pouvoir, mais qui comptait parmi les membres de sa direction un directeur de la Banque de France. Et que le président de la République est immédiatement venu visiter, une fois qu'un des journalistes l'a obtenu personnellement au téléphone moins de vingt minutes après les faits. Et qui vient de recevoir de la République une aide de 100'000 euros pour se remettre sur pied.

Ensuite, l'indispensable lyrisme à la française, qui donne à la plus belle déclaration politique un petit relent distinctif de fascisme autoritaire. Après les hurlement tonitruants de Valls à l'Assemblée nationale, Mélenchon s'est lui-même mis à hurler, cette fois-ci sur la tombe de son ami « tombé le crayon entre les dents ». Un tribun vociférant sur une tombe, cherchant fébrilement à séduire autant l'assemblée que les électeurs qui la composent, dans une indignité complète.

Et puis il y a le fond idéologique de tout cela. Mélenchon lançait, au bord des larmes, à son ami Charb qu'il était tombé dans le combat contre l'éternel, le seul, l'unique ennemi : l'obscurantisme et le fanatisme religieux. Ah. C'est donc cela, aujourd'hui, en 2015, l'ennemi désigné de l'ultra-gauche auto-proclamée. Pas le fascisme à domicile. Pas le capitalisme ultra-libéral. Pas les errements de l'Europe. Non, non, ça, on s'en accommode très bien. Ou plus exactement, on en a besoin pour survivre électoralement et professionnellement. Et puis le fanatisme religieux et l'islamo-fascisme sont tout de même fort commodes. Ils permettent aux représentants de cette gauche de désigner un ennemi effectivement hideux, mais lointain et face auquel la défaite ne sera jamais honteuse.

C'est d'abord une capitulation. Lorsque Charb et Mélenchon désignent comme ennemi principal l'islamo-fascisme (ou plus simplement l'islam dans le cas de Charb), ils refusent d'admettre qu'en réalité ils ne sont plus capables et/ou désireux de mener le combat contre le capitalisme. Quand bien même ce combat est plus nécessaire que jamais, alors qu'en dépit de toutes leurs turpitudes avouées, les places fortes de la finance mondiale continuent de croître et de détruire la richesse industrielle de tous pour la transformer en dividendes pour quelques-uns. Mais même dans le parti de Mélenchon, et même à Charlie Hebdo, on admet en creux que le capitalisme, au fond, c'est pas si mal. En tout cas, on s'en accommode fort bien. On tire dessus de temps à autre en dessinant un gros bonhomme à moustache avec un chapeau haut-de-forme et un cigare, c'est-à-dire une caricature de ce que fut le combat de la gauche il y a environ 120 ans. Et on dépense le plus clair de son temps à vociférer contre des ennemis d'autant plus agréables qu'ils sont largement fantasmés, en dépit de ce qui vient de se passer.

Et puis il y a la trahison. Parce que l'islam, qu'on le veuille ou non, est d'abord la religion de 5 millions de Français qui sont pour la plupart tout en bas de l'échelle sociale. Que ces Français ne sont représentés par aucun parti, aucun média digne de ce nom, et même aucune institution religieuse véritablement française et musulmane. Ainsi, lorsque Charb le communiste et Mélenchon l'ultra-gauchiste, ces deux hommes français, bien éduqués et parisiens, se déboitent la mâchoire à vitupérer contre l'islam, ils ne font en réalité que s'en prendre à une minorité ouvrière, mal éduquée, facilement manipulable et traitée comme une entité négligeable depuis le début de la colonisation. Ils trahissent donc directement les idéaux qu'ils sont sensés défendre. Laissant ainsi la voie libre, d'un côté au Front National, qui est le dernier parti de France à s'adresser, avec succès, aux ouvriers ; et de l'autre côté aux imams radicaux, qui n'ont qu'à souffler sur la braise de l'identité bafouée pour récupérer et transformer cette frustration en machine de mort

08/01/2015

Lettre à Flavie

Chère Flavie,

J'ai reçu de toi un message privé qui m'a touché. Tu m'y expliques qu'en ce qui concerne la tragédie de Charlie Hebdo, tu n'es pas totalement d'accord avec moi. En un message, tu fais preuve à la fois d'honnêteté en m'exprimant ton désaccord, et d'élégance en me le disant avec douceur, en privé, et en ajoutant même un compliment. Ces vertus m'obligent. Permets-moi donc de m'expliquer un petit peu.

J'ai fait preuve hier, dans les heures qui ont suivi le massacre parisien, d'un manque typique de tact. En postant sur Facebook un blog vieux de deux ans dans lequel je critiquais la ligne éditoriale de Charlie Hebdo, j'ai confondu plusieurs événements et j'ai manqué d'un respect nécessaire aux victimes. Je voudrais tenter d'y remettre un peu d'ordre. Il y a, à mon avis, quatre sujets majeurs qui se sont amalgamés dans cette horreur : la ligne éditoriale de Charlie Hebdo, la liberté d'expression, l'attaque elle-même, et la réponse politique, sociale et médiatique à cette horreur.

Commençons par la ligne éditoriale de Charlie Hebdo. En réalité, et comme expliqué plus haut, il n'y a pas vraiment lieu d'en parler ce soir, ni même plus tard d'ailleurs. Parce que lier cette ligne à l'attentat atroce dont ses auteurs ont été les victimes, c'est se tromper de cible. Trois salopards ont décidé de tuer des journalistes qui les dérangeaient : quelles que soient les turpitudes réelles ou supposées de ces journalistes, un tel acte ne peut ni s'excuser, ni se justifier. Les caricatures de Mahomet ne sont pas une justification, elles sont un prétexte. A leur sujet, j'ai préféré la réserve du New York Times qui avait décidé de ne pas les reproduire. D'une manière générale, je préfère la satire politique anglo-saxonne, qui me semble à la fois plus fine et plus responsable, à la satire française, que je trouve souvent démodée, sans en dire plus. J'aime l'esprit de Jon Stewart, de John Oliver, de George Carlin ou de Conan O'Brien.

Ensuite, la liberté d'expression. Il ne m'a pas échappé que c'est surtout le Front National, l'UDC, le Tea Party et les fascistes de tous poils qui, depuis quelques années, se réclament d'une liberté d'expression absolue pour banaliser leurs propos les plus épouvantables. Dès qu'on leur fait remarquer que leur discours est insultant ou qu'on censure un article, ils hurlent au bâillonnement. Ce sont des bullies qui tentent, avec succès, de nous intimider. Or la liberté d'expression, comme toutes les libertés, a ses limites. Et une société se met à en perdre le sens et les contours dès qu'elle se sent obligée de la légiférer, ce qui est le cas aujourd'hui. Nous légiférons parce que nous ne sommes manifestement plus capables de faire un usage correct et responsable de cette liberté. A cause des irresponsables précités, qui ne s'en servent plus que pour insulter les minorités, les femmes et les gens qui ne pensent pas exactement comme eux, et qui hurlent au « politiquement correct » dès qu'on leur signale qu'un minimum de retenue et de conscience historique seraient de rigueur. La liberté d'expression est une victoire de haute lutte sur des siècles d'oppression. Elle a été remportée non pas par l'affrontement brutal mais par la lente corrosion de l'intelligence sur l'obscurantisme, la bigoterie et l'autocratie. Elle s'est gagnée par la métaphore, le sous-entendu, la science-fiction et les doubles sens. Autrement dit, par une attitude faussement naïve, en retrait, et toujours consciente du rapport réel des forces en présence. Sachant toujours qu'un papier est plus fragile qu'un sabre. Et que la patience, la ruse et l'humilité sont finalement plus efficaces et plus admirables que l'attaque frontale.

En ce qui concerne l'attaque elle-même j'ai été, une fois de plus, dégoûté par le traitement qu'en ont fait les chaînes d'information continue. Moins d'une heure après les faits, les spéculations les plus fantastiques fusaient de plateau en plateau. Moins d'un jour après les faits, les éditorialistes avaient non seulement compris les événements, ils savaient exactement qui étaient les coupables, quels étaient leurs mobiles et comment ils avaient agi. Or une certitude s'impose avec les heures qui passent : c'est une attaque d'une extrême complexité, à la fois en raison du profil de ses auteurs et de leur mode opératoire. Il faudra encore des mois et des mois d'enquêtes approfondies pour espérer comprendre ce qui s'est passé, quelles étaient les motivations réelles des assassins, s'ils ont agi seuls et pour les raisons qu'ils ont invoquées sur place. Pour le moment, nous n'en savons que très peu à leur sujet et sur le déroulement des événements. Une retenue s'impose, là aussi.

Enfin, il y a la question à mon avis centrale du traitement de cette tragédie. A droite et à gauche, j'entends ces propos affreux, horribles, fous : nous sommes en guerre, la France ne sera plus jamais la même. Cela ne se constate pas, cela se décide. En d'autres termes, il n'appartient qu'à nous de penser que nous sommes en guerre et de laisser nos émotions prendre le pas sur tout le reste. Ce que désirent ces assassins, c'est précisément nous faire changer de braquet, nous pousser jusqu'aux extrémités de la peur, de l'état sécuritaire, et même nous lancer dans une guerre meurtrière. C'est aussi ce que désirent les partis et les éditorialistes d'extrême-droite, qui y voient la matérialisation de toutes leurs prédictions et qui se voient déjà au pouvoir demain. Et c'est ma foi possible, c'est même probable. L'exemple américain nous montre à quel point c'est probable. C'est pourquoi mon sang se fige à l'idée d'une unité nationale. Je n'y vois pas, moi, d'unité mais une disparition de notre esprit critique et notre sens commun au profit de la vengeance et de la haine. Une disparition de la gauche et du centre au profit de la droite dure. Autrement dit, une insulte directe à la mémoire des victimes et de leur vie de travail. Et nous plongerons ainsi la tête la première dans des législations type Patriot Act, un flicage poussé à l'extrême et une perte générale des libertés civiles. Au nom de la défense de la liberté. Et au final, une multiplication des terrorismes et des terroristes et des violences sociales et communautaires. A mon sens, la réponse politique la plus intelligente à cette horreur, cela te choquera peut-être, mais c'est très simple : rien du tout. La Grande-Bretagne a vaincu des dangers mille fois plus grands avec cette ligne de conduite : keep calm and carry on. 

29/12/2014

Portrait psychologique du nationalisme

En quoi consistent le nationalisme et le chauvinisme ? Avec les années, il me semble que la différence fondamentale entre un admirateur de Blocher ou de Le Pen ou de Zemmour et moi-même n'est pas tellement d'ordre idéologique et politique. Sur le fond, nous sommes d'accord sur des points essentiels ainsi que sur une certaine vision de la société telle qu'elle est aujourd'hui. Ce qui nous divise est plus une question d'attitude psychologique. Je m'en convainc d'autant plus facilement que ma propre réaction aux propos de Farage ou de Freysinger est elle-même psychologique avant d'être politique : je suis profondément irrité par le ton de leurs voix et par leurs sourires, et puis ensuite par leurs arguments.

Un autre argument en faveur de cette lecture psychologique est d'ordre géographique. Bien sûr que l'UDC et le FN et l'Ukip ont des racines différentes et des nuances parfois importantes. Mais il me semble évident que tous ces mouvements, y compris aux Etats-Unis, partagent une attitude psychologique commune qui est d'abord une façon de se considérer soi-même, en dehors de tout contexte immédiat. Et puis il est idiot, et surtout vain, de faire du fétichisme sur quelques noms et sur quelques partis. Le problème, ce n'est pas l'UDC et le FN et le Tea Party. Le problème, c'est qu'ils ont gagné et que, même à gauche désormais, on emprunte les mêmes langages et les mêmes attitudes.

En tentant de résumer ces traits psychologiques, je parlerais du refus de l'auto-critique. En d'autres termes, un refus d'envisager le passé dans toute sa complexité. Ce qu'expliquent les penseurs et les acteurs du nationalisme est inchangé depuis des décennies et à travers les continents : nous ne sommes coupables de rien, nous sommes de braves gens, tous nos problèmes proviennent de l'extérieur. Toute auto-critique est systématiquement disqualifiée : on parle alors d'auto-flagellation pour bien souligner son caractère psychologique et dangereux. En Suisse, la publication du rapport Bergier aura servi de carburant politique à l'extrême-droite dans des proportions incalculables. En France, le rapport à l'Occupation autant qu'à la guerre d'Algérie ont permis à Le Pen et aujourd'hui à Zemmour d'émerger. Aux Etats-Unis, le rapport au 11-Septembre permettent au Tea Party de s'imposer, etc, etc.

Il y a là une posture psychologique remarquablement efficace d'un point de vue politique. Parce qu'elle est d'abord un moyen de dire aux gens : vous, individuellement, n'avez rien à vous reprocher, vos problèmes sont insupportables parce qu'ils sont causés par des agents extérieurs. Pour définir ces agents on peut remplir la case comme on l'entend : les juifs, les musulmans, l'Union Européenne, les écologistes, les Américains, les riches, les immigrés, la liste des coupables est en constante adaptation. On se convainc que tout bienfait n'est imputable qu'à soi-même, sans aucune cause historique ou géographique. Tout comme on se convainc que tout méfait n'est imputable qu'aux autres, sans aucun regard critique sur soi-même ou sa communauté.

En dépit de mon athéisme résolu, il y a un message des évangiles qui me semble conserver sa nature profondément et perpétuellement révolutionnaire. C'est cette idée selon laquelle les Romains, c'est-à-dire l'occupant, le tortionnaire, le salaud proverbial, sont un problème annexe. Et que le véritable et l'unique problème consiste à se réformer d'abord soi-même, à comprendre qui on est, d'où l'on vient, en quoi on est toujours perfectible. Que celui qui n'a jamais péché jette la première pierre, c'est-à-dire : changeons le monde en commençant par nous-mêmes. Ce que nous hurlent aujourd'hui les politiciens de droite et de gauche, les penseurs stipendiés, les publicistes corrompus, les Pharisiens de notre temps, c'est exactement l'inverse. Et c'est dit avec un sourire un peu désolé, comme si c'était une évidence. Et c'est ce qui m'irrite, perpétuellement.

16/12/2014

L'argent: sa vie, son oeuvre

Belgrade a elle aussi ses banlieues chics. C'est une nouveauté pour les plus de cinquante ans, qui ont grandi dans une ville communiste où seuls les dignitaires du parti et les officiers occupaient les quelques villas des grands bourgeois d'avant-guerre. Désormais, au sud de la ville, on peut naviguer par les rues d'un quartier cossu, peuplé des gigantesques villas des nouveaux millionnaires. On voit des portiques ornés de lions en plâtre, des grilles de fer forgé de cinq mètres de haut qui ceignent des parcs immenses, et d'énormes bolides allemands blindés aux vitres teintées.

Pour un Européen de la vieille école, à fortiori lorsqu'il est protestant, cet étalage est du dernier mauvais goût. On se moque de l'absence d'éducation et de raffinement que trahit cet empilement d'objets qui n'ont entre eux rien de commun sinon d'être chers. Et fort de ce point de vue qu'on imagine supérieur, on applique à cette ostentation le qualificatif de « nouveau riche » – une des insultes les plus injustes et les plus méprisantes qui soient. Un nouveau riche commet quotidiennement le crime absolu de ne pas savoir être riche. Un nouveau riche ignore l'allusion. Il ignore les vieilles pierres, les couleurs dont le nom n'existe pas et les intérieurs dépouillés.

Et Belgrade est pleine de nouveaux riches. Presque tous ont fait fortune durant, ou juste après la dictature de Milosevic. Ces fortunes considérables – certaines atteignent les centaines de millions d'euros – proviennent parfois des spoliations de guerre mais plus souvent de privatisations frauduleuses, de marchés publics truqués, de trafics de cigarettes ou de drogue. Bien sûr il a fallu en liquider quelques-uns, ce sont les exigences du métier. Il arrive encore que l'un d'eux répande le contenu de sa boîte crânienne sur les lambris d'un restaurant. Mais ils sont nos nouveaux maîtres et les agitations des politiques ne trompent personne. 

En Europe occidentale, cette réalité de l'argent et de sa provenance est masquée par les années et par les kilomètres. Lorsqu'on déambule autour de St Sulpice à Paris ou de St Pierre à Genève, on s'émerveille devant tant d'histoire et de merveilles architecturales. Or l'édification de ces demeures somptueuses a été rendue possible par exactement les mêmes mécanismes qui, aujourd'hui, couvrent les collines méridionales de Belgrade d'immondices clinquants. A l'origine de toute fortune sérieuse, de celle qui permet de construire des hôtels particuliers et de commissionner des artistes pour les décorer, il y a une forme plus ou moins nettement définissable de crime.

Mais à la différence de Belgrade, les crimes commis à Genève ou Paris ne sont pas sensibles. Ils ont été commis il y a trop longtemps, ou sont encore commis aujourd'hui mais trop loin de chez nous. On célèbre aujourd'hui le fondateur d'une ancienne dynastie de métallurgistes ou de banquiers, comme on célèbre le succès d'un entrepreneur du textile ou de l'Internet. Tout en sachant pertinemment que de tels succès ne sont possibles qu'au prix d'un nombre incalculables d'entorses avec la morale et les règles essentielles de la décence. C'est par cette magie du temps et de l'espace que les auteurs de ces crimes se métamorphosent en « pionniers » et en « visionnaires ».

A Belgrade, on ne s'embarrasse pas de telles délicatesses. L'origine de ces fortunes n'est ni lointaine, ni ancienne. Elle provient de crimes locaux et récents. Et j'aime cela. J'aime que l'argent ne mente pas et se montre sous son véritable jour. Cet argent-là, celui des nouveaux riches, dégoûte ceux qui vivent dedans depuis des générations. Ils peuvent ainsi avoir la chance de comprendre que l'origine de leur propre fortune repose sur des bases identiques. Et qu'il y a, quelque part dans leur arbre généalogique, un gros bras, inculte et brutal mais malin comme un singe, qui s'achetait de trop gros chevaux et construisait des écuries trop voyantes.

Et c'est d'ailleurs ce qui attend les enfants de ces nouveaux riches. La plupart de ces enfants sont envoyés dans les meilleures écoles de Belgrade. Ils iront rapidement à l'étranger, apprendront la différence entre un Rembrandt et un Frans Hals. D'ici trente ans ils seront devenus les parents de jeunes New Yorkais ou Tokyoïtes brillants, raffinés, cosmopolites. Que font glousser les lions en plâtre et le fer forgé.

14/11/2014

Mille heures de gymnastique pour rien

En 14 ou 15 ans de scolarité, à raisons de deux séances par semaine et en comptant 38 semaines par année, j'ai suivi plus de 1000 (mille) heures de gymnastique. A presque 43 ans, je suis en train de réaliser avec effarement que, durant ces mille heures, je n'ai rien appris du tout sinon quelques règles de sport. J'ai essentiellement obéi aux ordres d'un prof qui aurait tout aussi bien pu être un cours pré-enregistré diffusé par haut-parleur.

 

J'ai toujours détesté le sport et méprisé les sportifs, comme tout crétin instruit qui s'assure que seule l'élévation intellectuelle est admirable. Par acquit de conscience j'ai commencé la gym, le tennis, le vélo, le squash, la course à pied, le vélo d'appartement. Toutes ces tentatives se sont systématiquement soldées par un échec. Et puis j'ai horreur du matos, en contradiction complète avec habitudes des Suisses. Eux adorent dépenser des fortunes dans des culottes de vélo ou des lampes frontales ou des sacs à dos ou des lunettes de ski ou quarante trois sortes de chaussures de marche. Cela fait donc des années que je ne fais quasiment pas usage de mes muscles et de mes poumons. Ce printemps, une succession de petits ennuis de santé m'a convaincu que je vivais dans le péché. Le temps était donc venu de me convertir. Mais comment ?

 

Vanja. Voilà mon remède. Vanja est un ancien boxeur de quarante ans. C'est aussi mon entraîneur personnel, dans ce club de gym antique à côté de chez moi à Belgrade. J'ai compris que, seul, je n'arriverais à rien. Que j'avais besoin d'être dirigé, contraint, conduit, instruit. Deux ou trois fois par semaine, je me rends donc à pied aux leçons de Vanja. Et Vanja me fait comprendre que non seulement j'ignorais quasiment tout du fonctionnement de mon propre corps, mais pire encore que cela : j'ignorais que j'ignorais. Jusqu'à cet automne, j'ai toujours pensé pouvoir mesurer le bienfait d'un exercice aux litres d'eau que je transpirais et à quel point je parvenais à me mettre hors d'haleine. Vanja m'explique l'importance de la respiration, de l'extension des muscles, de la lente et progressive gradation vers les limites de sa propre résistance, que je ne dois jamais franchir. Je me sens donc beaucoup mieux, non seulement parce que ma structure physique est en train de se remettre de vingt années de négligence presque complète. Mais parce que je commence à comprendre comment je fonctionne, et comment je peux faire en sorte de fonctionner de mieux en mieux.

 

Si j'étais une exception, il ne me viendrait pas à l'idée que, peut-être, il y a dans cette petite histoire une des illustrations de ce qui est fondamentalement faux dans notre système éducatif. Car nous passons le plus clair de nos jeunes années assis, passivement, à écouter un adulte. Qui souvent s'emmerde ou n'a pas une idée très précise de ce qu'il doit nous raconter, et pourquoi ce qu'il nous raconte est important et/ou utile. Ainsi je sais quand et pourquoi la bataille de Bouvines a eu lieu et où se trouvent les sources du Nil et à quelle dynastie appartenait Néron. A une époque j'ai même su par coeur des dizaines de formules chimiques, des axiomes et des théorèmes. Mais je ne savais pas jusqu'à cet été qu'il faut expirer lorsqu'on contracte ses muscles et inspirer lorsqu'on les relâche parce que si on fait le contraire, le coeur est comprimé par les poumons et cela peut conduire à des complications. Je ne savais pas cela, et tant d'autres choses essentielles à ma propre santé, parce que personne ne me l'avait dit. Et personne ne me l'avait dit parce qu'on considère que cela n'a aucune importance dans la formation d'un contribuable discipliné. En gros, ça ne rapporte rien.

  

Pourtant, je continue de penser qu'il y a quelque chose de décadent dans l'idée même d'une salle de sport. Pendant des dizaines de milliers d'années, nous avons fait usage de notre corps pour survivre, chasser, creuser la terre et construire des maisons. Mais comme désormais nous sommes, pour la plupart d'entre nous, assis toute la journée, il fallait trouver un ersatz d'exercice pour lequel notre structure physique est constituée. D'où ces salles de sport et ces instruments par lesquels nous entretenons notre musculature comme on fait rouler régulièrement une vieille voiture pour ne pas que son moteur ne s'encrasse. C'est cela qui me semble décadent, cet exercice artificiel qui ne fait qu'entretenir, mais qui ne produit plus rien. Pourtant, beaucoup trop peu d'entre nous s'y résolvent. D'où les taux importants d'obésité, de cholestérol et de maladies cardiaques, que compensent des soins médicaux aux coûts de plus en plus élevés. Ce qui est une autre forme de décadence, c'est-à-dire un aveuglement et un refus complet de constater que l'exercice n'est pas une forme de distraction ou de punition, mais une nécessité absolue. Entre ces deux forme de décadence, j'ai fait mon choix. 

03/11/2014

Ellis Island, monument à la stupidité européenne (et américaine)

On doit s'y rendre par bateau depuis Manhattan, comme les immigrants qui s'y sont pressés par millions pendant des décennies. Au bout d'une vingtaine de minutes sur un ferry regorgeant de touristes américains à la recherche de leur histoire familiale, et après un passage par la statue de la Liberté, on débarque enfin sur Ellis Island. C'est là, à l'embouchure de l'Hudson, que les Etats-Unis avaient installé le centre de réception des immigrés entre 1892 et 1954. Ils avaient choisi cette îlot parce que les habitants du sud de Manhattan se plaignaient du désagrément causé par ce flot humain ininterrompu. Peut-être aussi parce que, de cette façon, il était plus aisé pour les autorités de contrôler ces humains, de les enfermer au besoin et de s'assurer qu'aucun d'eux n'entre illégalement sur le territoire. Cela donne à l'endroit un côté pénitentiaire, comme Alcatraz, dont la réalité quotidienne ne devait pas être tant éloignée.

 

Les immeubles qui constituent le complexe administratif sont délicatement dessinés avec des tours et des coupoles. Leurs architectes ont même reçu une médaille d'or à Paris pour leur travail. On croirait se trouver devant l'opéra de Monte-Carlo. Puis on entre dans la grande salle d'enregistrement, voûté, pavée de terre cuite, peu monumentale mais dont l'histoire si singulière vous saisit à la gorge. Parce qu'en 62 ans, plus de douze millions d'êtres humains se sont présentés dans cette salle, face aux officiers de l'immigration. On compte qu'environ 100 millions d'Américains sont issus de cette immigration, ce qui représente un peu moins du tiers de la population totale. En d'autres termes, on se trouve dans la matrice des Etats-Unis modernes, dans ce qui a directement contribué à forger leur force et leur grandeur, et leur domination – finissante – sur le monde dans lequel nous vivons.

 

Le candidat devait présenter trois caractéristiques : être en bonne santé physique et mentale, ne pas être un criminel en fuite, et être porteur d'un minimum d'argent. En réalité, seule une santé passable était exigée. Dans les faits, on soignait sur place les mal portants et on fermait les yeux sur une fortune personnelle inexistante. Les éventuels crimes du candidat donnaient lieu à des audiences où pouvaient témoigner des proches. Ce qui explique que sur 12 millions de candidats à l'entrée sur le territoire américain, seuls 2% ont été renvoyés chez eux, et en plus aux frais de la compagnie de navigation. Ces conditions sont tout à fait dérisoires au regard de ce qui se fait de nos jours pour les simples touristes. Même pour un séjour d'une semaine, même citoyen d'un pays riche, même porteur d'un passeport biométrique et libéré de l'obligation d'obtenir un visa, j'ai dû remplir un formulaire spécial au préalable, payer 14 dollars pour le remplir, répondre à un questionnaire détaillé dans l'avion, me soumettre à une fouille complète, me faire photographier par une machine dont j'ignore ce qu'elle a saisi de moi et ce qu'elle en fera, et enfin offrir au scanner du douanier mes pupilles et mes dix empreintes digitales.

 

Ce basculement de l'ouverture à la fermeture a pris plusieurs décennies. Mais il signifie à mes yeux, bien plus que les statistiques économiques ou les guerres ratées, la lente faillite d'un modèle et son inéluctable pourrissement. Ce faisant les Etats-Unis ont trahi leur raison d'être et ont fini par devenir aussi stupides et craintifs que le furent – et le sont toujours – les Européens. Parce que la stupidité des Européens est partout inscrite à Ellis Island.

 

En visitant ces salles de briques et de carreaux émaillés, j'avais l'impression de déambuler dans un monument à la bêtise et à la violence européennes. Car sur les douze millions d'immigrants qui ont franchi les portes d'Ellis Island, l'écrasante majorité fuyait l'Europe qui les condamnait à l'exil, soit pour des raisons ethnique et/ou religieuses, soit pour des raisons économiques. Les tsiganes, les italiens esclavagisés de Sicile et des Pouilles, les Irlandais crevant de faim sous l'oeil impavide de la couronne britannique, les ashkénazes ukrainiens ou biélorusses pogromisés, tous les damnés de l'Europe se pressaient sur des navires improbables vers un avenir meilleur. Parmi eux je compte un arrière-grand-oncle qui fuyait l'Allemagne hitlérienne et l'arrière-grand-père de mon épouse qui fuyait la misère économique imposée par Vienne sur les marches de son empire.

 

 

L'Europe rejetait ses propres enfants, trop occupée qu'elle était, qu'elle est toujours, à contempler sa propre grandeur passée et à entretenir ses haines intestines qui lui tiennent lieu de dénominateur commun, presque d'identité. L'Amérique l'imite aujourd'hui, construisant sur sa frontière sud un mur de barbelé sur lequel meurent les candidats à l'immigration presque quotidiennement. Tandis que l'Europe continue de laisser crever les Africains en exil par bateaux entiers au large de Malte et de Lampedusa. L'histoire ne nous apprend donc rien, jamais, nulle part. Ces immigrés, pauvres, incultes, souvent malades, parfois bêtes et violents, mais toujours désireux d'un avenir meilleur, sont pourtant ce qui constitue partout dans le monde la meilleure chance d'un pays. Ces humains déracinés sont la plus sûre façon pour la société qui les reçoit de renouveler sa propre population en y additionnant d'autres cultures, en y important une main-d'oeuvre peu chère et tout à la fois déterminée, et en bousculant constamment les classes sociales qui ont tendance, partout dans le monde, à se vitrifier avec le temps qui passe. Ce n'est pas un gauchiste larmoyant qui écrit ces lignes, c'est un libéral qui regrette que la libre circulation, de nos jours, ne concerne plus que les capitaux et les biens manufacturés, mais pas les hommes. Et il n'est pas impossible que si nous persistons à ériger des murailles et des barbelés et des visas et des souricières, nous crevions tous et toutes étouffés dans notre propre bêtise.

21/10/2014

Le plug anal et les cons

Dans l'affaire du plug anal géant de la place Vendôme, tous les protagonistes sont des cons. Voilà qui sont ces cons, et pourquoi ils le sont. 

D'abord, il y a l'artiste lui-même, un indiscutable con. Comment peut-on imaginer, la septantaine approchant, qu'on puisse encore briser un quelconque interdit en brandissant un gigantesque sex toy à usage anal sur une place parisienne ? Paul McCarthy semble incapable de renouveler son propre travail de provocation potache qui, depuis des années, à travers un hyperréalisme qui joue sur les codes de la culture pop, exhibe un peu partout son pipi-caca-zizi dans les foires d'art du monde entier. C'est comme les gars qui, aujourd'hui encore, trop souvent à mon goût, trouvent intéressant de se montrer nu sur des scènes de théâtre, si possible en érection, à hurler des imprécations contre le clergé et les pères et les présidents. Dans notre époque où le plaisir sexuel n'est plus un droit mais un devoir, une mesure universelle de bonheur et d'épanouissement, l'exhibition d'un plug anal sur une place passante n'est pas seulement dénuée de toute provocation, c'est l'expression d'un consensus bête et par ailleurs discutable. C'est triste, banal et ennuyeux.

Ensuite il y a « les autorités ». Jusqu'ici, j'aimais bien Fleur Pellerin. Cette conne a, pour moi, définitivement perdu toute forme de crédibilité en accusant sur Twitter les critiques (tout aussi cons qu'elle, j'y reviendrai) de vouloir revenir à une « définition officielle de l'art dégénéré ». Autrement dit, tu n'aimes pas McCarthy, tu es un nazi. C'est idiot, c'est une insulte pure et simple, et ça évite le fond, à savoir la sculpture elle-même et les réactions qu'elle suscite chez ses administrés. Fleur Pellerin n'est probablement pas à l'origine de l'installation en question, mais en tant que ministre de la culture elle en est évidemment responsable. Se défausser comme elle le fait sur le dos des artistes juifs allemands des années 30 est typique de l'atonie et de l'irresponsabilité de notre personnel politique. Les quelques cons qui ont choisi d'installer ce plug anal sur la place Vendôme, j'ai intérêt de ne pas m'étendre sur leur compte. J'aurais peur d'avoir raison sur leur niveau culturel, sur la conception qu'ils ont de l'art, de la mission de l'état et de leur propre métier. Ils ont en tout cas contribué, à leur petit niveau, à discréditer encore un peu plus l'autorité de l'état, et à faire savoir que les élites parisiennes n'aiment vraiment rien tant que choquer les péquenots et ces cons de touristes. 

Enfin il y a les critiques. On y distingue deux catégories, en gros. D'abord les grands cons, dans le genre de Gilles-William Goldnadel, secrétaire national UMP, qui s'est fendu d'un papier dans le Figaro dont je vous recommande la lecture si vous avez besoin de vomir. Sur un ton qu'on croirait tiré du film "Ridicule", et qui illustre (comme "Ridicule") le repli culturel et artistique français, Goldnadel explique que ce qui est beau est forcément ancien, et ce qui est contemporain forcément merdeux. On ne s'étonnerait pas qu'il traite McCarthy de fâcheux et on a, pendant la lecture, l'impression d'entendre tinter la cuillère d'argent dans sa tasse de porcelaine de Limoges. Ensuite, il y a les petits cons, ceux qui ont inondé Twitter et Facebook d'insultes, de jugements hâtifs et infondés et de sentences emphatiques (« Paris humilié ! », twittait un petit con). Ces petits cons et ces grands cons ont un point commun : ils ont l'indignation à orientation variable. Ce qui oriente leur indignation, c'est le fric. Car à quelques centaines de mètres de la place Vendôme, les Parisiens (ce dont certains et certaines se sont tout de même indignés, mais sans être entendus) ont eu droit, pendant plusieurs mois, à des affiches pour la marque Swatch recouvrant des milliers de mètres carré de façades historiques en front de Seine et sur la place de la Concorde. Ces affiches étaient non seulement immenses, elles étaient particulièrement moches et sans aucun sens quant à l'emplacement qui leur était dévolu. Les exemples de ce type sont aujourd'hui visibles partout : on défigure tous nos centre-ville à coup d'affiches commerciales géantes, on s'en fout, tant que ça rapporte, on passe devant durant des mois sans que cela suscite un seul commentaire. Mais il suffit qu'on installe une sculpture temporaire et passablement idiote sur une place parisienne aux frais du contribuable, et tout le monde sort en hurlant sa calculette et son manuel de bon goût. 

Et puis je ne suis pas en reste, avec cet article à la con qui ne sert à rien sinon à me lamenter sur la destruction de toute forme de subversion et de transgression, de beau et de moche, de vrai et de faux. Tout ça parce que la mesure unique et universelle de toutes choses, c'est l'argent, qui comme un trou noir avale tout et ôte à toute chose sa forme et sa substance. Ainsi, à Belgrade où je réside, la gay pride a suscité des hystéries comparables à celle suscitée par le plug anal. Et j'ai vu près de chez moi un graffiti qui résumait assez bien mon état d'esprit face à cette connerie à plusieurs niveaux: "Ce ne sont pas les pédés (donc le plug anal dans le cas présent) qui vous emmerdent, c'est le capitalisme".

12/10/2014

J'ai mangé 3 planètes et j'ai encore faim

Si tous les humains adoptaient le même mode de vie que les Suisses, trois planètes telles que la Terre seraient nécessaires. Voilà ce qui ressort d'un rapport du World Wildlife Fund (WWF) de septembre dernier. Selon le WWF, l'empreinte écologique de la Suisse continue d'augmenter, et même très rapidement. En 2012, nous en étions encore à 2,8 planètes : en deux ans, nous avons augmenté cette empreinte de 6,6%. La Suisse est bien installée dans le club des vingt pays les plus consommateurs par habitant. Seuls six pays nous battent dans ces lamentables statistiques.

 

Et voilà qu'hier, je reçois une facture pour régler la « taxe annuelle de base des entreprises pour les déchets recyclables », pour un montant de 160 francs. Comme mon « entreprise » est une raison individuelle, sans locaux, ni employés, ni véhicules, ni outils, et qu'elle n'est plus active, cette somme semble non seulement excessive, mais particulièrement hypocrite au vu de ce qui précède. Ainsi l'état nous taxe sur nos déchets locaux, alors même que les statistiques indiquent que nous consommons et polluons toujours plus. Cette taxe est donc un proverbial emplâtre sur une jambe de bois. Et ce n'est pas un hasard : nous vivons, en Suisse, dans un système où la politique écologique est en réalité un permis de continuer de surconsommer.

 

Nous parlons sans cesse d'écologie, nous recyclons, nous filtrons, nous trions, nous taxons et nous légiférons. Cette incessante agitation consiste à nous donner à nous-mêmes l'impression que nous sauvons la planète. Le but ultime de cette agitation, c'est de nous permettre de ne surtout rien changer aux fondamentaux de notre mode vie. Or c'est bien notre mode de vie, pas la saleté éventuelle de nos trottoirs, qui est le principal responsable de la destruction active de la planète, comme le révèle notamment le rapport de WWF.

 

Nous sommes très fiers de nos sacs de poubelle hors de prix, de nos trottoirs immaculés, de nos prairies verdoyantes, de nos stations d'épuration et de nos filtres à particules. Oui, car ces gadgets ont en plus ceci d'utile qu'ils nettoient le premier plan, celui que nous voyons. En coulisse, c'est-à-dire dans le reste du monde et notamment dans les pays où nous extrayons les ressources indispensables à nos remontées mécaniques et notre neige artificielle, c'est le chaos et la désolation. Mais là aussi, nous avons inventé des solutions morales – des organisations charitables qui viennent saupoudrer cette misère de quelques centimes en nous faisant pleurer de pitié. Cela pour contraindre indéfiniment ces peuples lointains à la pauvreté et à la violence, condition sine qua non de notre niveau de consommation. Tout en se convaincant qu'on fait tout pour les aider.

 

Ainsi bardés de lois, de contraintes fiscales et de technologies de pointe, nous vantons les mérites de notre vertu écologique. Et nous continuons d'acheter beaucoup trop de voitures qui vont beaucoup trop vite, de construire des maisons beaucoup trop grandes, de consommer environ dix fois trop de viande et de poisson, et de faire venir d'extrêmement loin des produits dont nous n'avons aucun besoin.

 

Peu importe les labels colorés et rassurants que ces produits arborent. La sacro-sainte « qualité du produit » n'a presque plus aucun sens : c'est l'existence même du produit qu'il faut considérer. Peu importe que les crevettes ou les bananes ou les chemises soient « bio » et « issues du commerce équitable ». Avant tout, elles proviennent de trop loin et/ou sont produites grâce au semi-esclavage de nations entières. Tous ces labels ne pourront jamais qu'offrir un cadre juridique à ces réalités atroces. Mais on sait aujourd'hui qu'ils ne peuvent les empêcher. Un peu comme ces curés qui recueillent, impuissants, les dernières volontés des condamnés à mort.

 

Ce que le rapport du WWF dit en termes en somme très légers, c'est que nous sommes les dangers les plus graves et les plus pressants qui pèsent, et sur la planète, et sur ses habitants les plus vulnérables. Nous, presque plus que toute autre nation au monde, précipitons la disparition des ressources naturelles. Et notre gloutonnerie incontrôlée contribue directement à ce que les plus démunis de la terre le restent le plus longtemps possible. 

 

Le philosophe slovène Slavoj Žižek résume notre attitude par cette formule tirée de son ouvrage « Violence » : « « Le Mal exemplaire, aujourd'hui, n'est pas le consommateur ordinaire, qui pollue l'environnement et qui vit dans un monde violent où les liens sociaux se désintègrent ; mais celui qui, tout en créant activement les conditions de cette destruction et de cette pollution universelles, monnaie la possibilité de s'en dédouaner. »

19/09/2014

L'Ecosse et l'Union Européenne

Ainsi les Ecossais ont dit non à l'indépendance. C'est le sort de la majorité des référendums que de se mesurer au conservatisme naturel des êtres humains. Si on leur propose un changement authentique, pas une promesse électorale creuse, alors ils se rebiffent et se vantent d'avoir choisi la raison sur l'émotion, alors que c'est exactement l'inverse qui s'est produit dans ce cas précis, et dans tant d'autres : la peur a toujours le dernier mot, même face aux projets les plus raisonnables.

 

Il est dommage que les Ecossais aient dit non. C'eût été une opportunité unique pour l'ensemble de l'Union Européenne de retrouver un second souffle, en commençant par redéfinir ses frontières intérieures non pas par la guerre, mais par la paisible volonté de ses peuples. L'histoire européenne depuis le moyen âge est celle d'une constante évolution des frontières, et la relative stabilité de l'Europe de l'ouest depuis 1945 constitue un puissant leurre. La moitié orientale de l'Europe, elle, n'a jamais cessé de se redéfinir, le plus souvent au prix de massacres épiques.

 

L'Union Européenne ne fonctionne plus, sinon par la contrainte et par la subversion de ses propres règles. Cela fait déjà un certain temps que tout est rouillé. Dotée d'une monnaie unique mais sans budget, partagée par des frontières administratives capricieuses, sans armée, sans diplomatie, elle possède aujourd'hui tous les désavantages des petites nations combinés aux désavantages des grands ensembles : aucune puissance et aucune voix communes, et un fonctionnement administratif confus et pesant.

 

Le seul argument qui lui reste, c'est celui de la paix. Mais est-ce vraiment du fait de l'UE que l'Europe est en paix ? D'ailleurs, est-elle vraiment en paix ? Ce sont là des questions auxquelles je n'ai nulle prétention de répondre, sans du tout me satisfaire toutefois des certitudes que nous assène Bruxelles. Le noeud principal consiste, comme il semble de plus en plus évident, dans la volonté de chaque nation de ne rien céder de sa souveraineté, en tout cas pas publiquement. C'est une union à minima entre des partenaires qui ne s'aiment pas et n'adorent rien tant que se contraindre mutuellement à l'immobilité.

 

L'indépendance de l'Ecosse eût donc été un fait nouveau et bienvenu. Car l'Ecosse n'a pas les a moyens de ses ambitions, mais contrairement aux grandes nations européennes, elle ne peut même pas le prétendre. Incapable de lever une armée, de créer sa propre monnaie et sa propre diplomatie, elle ne fait que révéler la réalité individuelle de chaque état membre de l'UE. Pour exister et pour prospérer, l'Ecosse a un besoin naturel et évident des autres. Elle ne peut survivre, comme la France ou l'Angleterre, dans l'illusion de sa puissance, pour la bonne raison que même cette illusion n'existe pas. Multipliant les Ecosses à travers le continent, on parviendrait petit à petit à une union authentique de partenaires égaux et contraints à se battre ensemble, et non les uns contre les autres.

 

Les habitants d'une Ecosse indépendante auraient en plus le confort tout à fait significatif d'une identité collective bien mieux définie et d'une source de fierté, au-delà des statistiques économiques. Les Bourguignons, les Piémontais, les Bavarois ou les Catalans ne sont français, italiens, allemands ou espagnols que depuis peu de temps en comparaison avec leur histoire. Les rendre à cette identité-là serait logique. Ce serait offrir à l'Union Européenne bruxelloise une porte de sortie honorable, et à l'union politique des peuples européens une chance réelle d'avenir.

 

 Pourquoi pas, après tout. Le référendum écossais a fait parler et réfléchir pas mal de gens. Il leur a donné des idées. Pour la première fois depuis des années, peut-être même des décennies, on a enfin parlé de politique en Europe, pas d'économie ou de conformité budgétaire. Et tout cela dans le calme et même dans l'enthousiasme. Et si ce virus-là se répand à travers le continent, je souhaite à l'UE de n'avoir aucun anticorps. 

14/09/2014

Sur la route entre Féchy et Rolle

L'autoroute était totalement bloquée entre Lausanne et Nyon. Alors j'ai pris les petites routes. Je préfère cent fois m'envoyer dans des déviations sans fin et traverser des petits villages au pas que de jouer des deux pédales pendant une heure et demie. Entre Féchy et Rolle, le soleil finissait de mourir sous les nuages en envoyant parfois quelques rayons oranges à travers les trous. Les vignes chargées de grappes murissaient et les petits murets de pierre ceignaient la route avec exactitude.

 

Deux voitures étaient encastrées l'une dans l'autre. J'ai ralenti. L'accident venait de se produire. J'ai proposé mon aide, qui fut acceptée. Une jeune femme, dans une voiture rouge et déjà bien usée, tentait de secourir une femme âgée en l'aidant à sortir de sa voiture encore plus vieille. La jeune avait voulu dépasser et n'avait pas vu arriver la vieille. La collision avait fait jaillir les airbags dans la voiture de la vieille, qui s'était blessée au bras et saignait abondamment. La scène était banale et triste, mais pas grave ou atroce.

 

La jeune fille constatait avec effarement sa faute, se confondait en excuses. La vieille répétait des exclamations, comme pour ne pas perdre connaissance. J'ai appelé les secours. Un motard, plus âgé que moi, s'est arrêté puis s'est joint à nous. Les secours sont arrivés. La jeune fille s'est mise à pleurer. Elle avait tous les torts et les reconnaissait. A l'avant de sa vieille voiture, un siège enfant vide racontait un peu de son histoire. Habillée simplement, jeune mère, en retard, une vieille voiture, faute d'attention parce qu'elle a trop de soucis. Et voilà qu'elle allait en plus devoir payer et perdre sa voiture et faire face aux accusations de la police et de l'assurance et peut-être même du père de son enfant.

 

La vieille, pourtant blessée, ne perdait pas sa contenance. Les cheveux teints, la voix forte et les habits colorés, elle semblait capable de faire face à cinq ans de guerre de tranchée sans aucun problème. « Bah, c'est des choses qui arrivent », répétait-elle sans cesser d'éponger le sang qui lui dégoulinait sur la robe. « Je tiens un commerce, une laiterie, à Rolle ». Ni fière, ni humble, ni craintive, ni peinée. « Oh, ma petite choupinette », disait-elle à sa voiture toute défoncée.

 

Au loin, on voyait le lent serpent rouge et blanc de l'autoroute, toujours bouchonnée. Les voitures qui se reportaient sur la cantonale se faisaient de plus en plus nombreuses. Le motard et moi nous sommes placés aux deux extrémités de la scène de l'accident. Lui réglait le flot de voitures qui venait de Féchy, moi celui qui venait de Rolle. Pendant ce temps, les policiers prenaient les déclarations, et les ambulanciers soignaient la vieille et consolaient la jeune.

  

Debout sur mon muret de pierre, pendant une demie-heure, j'ai fait le trafic. Pendant une demie-heure, j'ai été incontestablement utile, indispensable même. Et gratuitement, sans solliciter quoi que ce soit, et sans me faire offrir quoi que ce soit. Et spontanément, sans signer de déclarations ou répondre aux exigences ou aux suppliques de qui que ce soit. Pendant une demie-heure, j'ai gagné mon année 2014.

23/07/2014

La vraie nature de l'utopie

Si l'on fait grossièrement la somme des programmes politiques suisses et européens, cela donne ceci : pour la droite, il suffit de démanteler encore plus nos appareils législatifs, régulatoires et fiscaux et notre économie, qui est la base de notre lien social, continuera de croître indéfiniment. Pour l'extrême droite, il suffit de verrouiller nos frontières encore plus, d'augmenter notre appareil sécuritaire, de limiter les droits des immigrés/réfugiés (c'est la même chose) et l'Europe restera l'Europe telle que définie par ce courant politique. Pour la gauche, il suffit de protester contre les injustices sociales/la guerre en Palestine/l'homophobie/les délocalisations (choisir ce qui convient) et d'y remédier en saupoudrant la misère sociale par des taxes et/ou des voeux pieux, et les classes moyennes et inférieures n'y verront que du feu. Pour les écologistes, il suffit de taxer les voitures/les camions/les poubelles/les entreprises/les foyers/les transports (choisir ce qui convient) et nous éviterons miraculeusement la déroute environnementale.

 

En gros comme en détails, ce que nous proposent tous les partis, c'est le conservatisme. Qu'il s'agisse du conservatisme économique à droite, social et/ou environnemental à gauche, national à l'extrême-droite, tous fondent leurs propositions sur l'idée selon laquelle tout va plutôt bien, et que rien ne va et rien ne peut fondamentalement changer dans un avenir proche ou lointain. En Suisse, avec un taux de chômage inférieur à 4%, une économie dynamique, des cerveaux étrangers qui se battent pour venir travailler chez nous, il est effectivement difficile de nier la réalité de notre actuelle prospérité. Pour le reste de l'Europe qui perd un peu plus de prospérité chaque année, qui regarde en sanglotant dans son rétroviseur, le réflexe est le même : vouloir tout préserver à tout prix. Or proposer comme seul et unique remède de rien changer à quoi que ce soit, sinon avec des mesures cosmétiques et ciblées, relève probablement de l'utopie.

 

Le mot utopie peut trancher dans ce contexte. Historiquement, il est plutôt attaché à un projet politique d'une audace extrême, la réinvention d'un monde sur des bases entièrement nouvelles. Et, la plupart du temps hélas, parfaitement catastrophiques. On pense à l'utopie communiste bien sûr, mais aussi à l'utopie nazie, c'est-à-dire aux grandes idées qui ont fait du 20e siècle un gigantesque cimetière, pour les humains autant que pour les idées qui les y ont précipité si massivement. Pourtant, il faut bien constater que ce type-là d'utopies est totalement absent de l'offre idéologique actuelle, si l'on exclut l'islamisme radical qui n'est pas une proposition autochtone, et qui n'a pas sérieusement de chances d'aboutir dans l'espace politique occidental. Tout le monde semble tétanisé par la seule perspective d'imaginer véritablement des alternatives fondamentalement différentes à notre modèle politique. La totalité du spectre politique, même l'extrême-droite, se met d'accord sur un point : le capitalisme libéral est incontournable.

 

C'est là, dans cet aveuglement collectif qui déguise une idéologie en évidence naturelle, que réside la puissance de l'utopie. Cette utopie est surtout manifeste dans les discours des dirigeants qui promettent depuis des années le retour de la croissance et la baisse du chômage. Or, même avec une croissance à 2% et un chômage à 4% ou 6%, qui peut encore prétendre qu'une économie est en expansion ? Mais cette réalité-là, c'est-à-dire la disparition définitive de tout espoir de croissance économique véritable, et l'incompressibilité du chômage de manière sérieuse, cette réalité-là demeure hermétiquement cloisonnée en dehors des discours politiques dominants. Qu'il s'agisse de la disparition de nos ressources naturelles, des désastres environnementaux dont l'activité humaine est responsable, des inégalités sociales qui sont désormais aussi élevées qu'au temps de l'Ancien Régime, les raisons de comprendre que le monde tel que nous le connaissons est condamné à moyen terme ne semblent réveiller personne. En tout cas, personne parmi les responsables politiques et économiques. Tout le monde semble s'en tenir à un conservatisme rigoureux : le système fonctionne, il suffit de le nettoyer/réparer/réviser/mettre à jour.

 

 

L'Histoire présente des factures extrêmement salées aux somnambules qui ne la voient pas venir. Plus on s'enferme dans la certitude, dans l'espoir fou, que le monde ne change pas, plus on s'expose à un changement violent, non voulu et dont les conséquences sont généralement négatives. On pense aux estivants de 1914 à travers l'Europe, insensibles aux injonctions de Jaurès. Aux nobles français de 1789, aux Iraniens occidentalisés de 1979, aux Soviétiques de 1991, etc, etc. La véritable utopie, dans le sens le plus négatif de ce terme, c'est de croire que rien ne va changer et de fonder tous ses calculs en prévision de la continuité. Ainsi il est paradoxalement devenu raisonnable et responsable de réfléchir à un monde entièrement modifié. Le premier pas consiste à comprendre la nature fondamentalement idéologique, et non évidente, du capitalisme libéral. Le second consiste à critiquer ses effets dévastateurs sur la planète autant que sur les sociétés. Le troisième consiste aujourd'hui à réfléchir, calmement, en s'extrayant du délire urgentiste et paniqué qui règne sur Facebook et dans la presse, à ce qui peut constituer une solution crédible et libérée de toutes illusions. C'est-à-dire une solution pessimiste, dans le sens où on ne lui donne que peu de chances d'aboutir à un résultat satisfaisant, et optimiste dans le sens où on lui donne toutes les chances d'être au moins plus satisfaisante que le statu quo. Le vieux slogan reste plus que jamais d'actualité : soyons raisonnables, demandons l'impossible. C'est-à-dire sortons de l'utopie conservatrice ambiante et modifions radicalement les coordonnées de notre monde.

12/07/2014

La perversion de l'ironie

A l'occasion de leur come-back sur scène, la troupe comique des Monty Python ont fait appel à Mick Jagger pour la promotion de leur spectacle. Le résultat est une petite vidéo, monument d'hypocrisie commerciale et artistique qui dépasse de très loin ce qu'on a pu voir de pire en la matière. On y voit en effet le chanteur des Rolling Stones commentant sur un canapé la conférence de presse télévisée des Monty Python. Mick Jagger, flanqué de son batteur Charlie Watts, se lamente du retour pas forcément opportun d'une bande septuagénaires et critique le prix élevé des billets, répétant ainsi l'essentiel des critiques qu'on entend au sujet de son propre groupe et de lui-même.

 

Ce jeu de miroir est sensé être d'une géniale ironie, d'une auto-dérision très british que seuls peuvent se servir des artistes de ce calibre. En se livrant lui-même à sa propre critique de cette façon, Jagger se moque en réalité de ceux qui en formulent contre lui. Il y a de quoi, en effet, critiquer ses innombrables compromis artistiques depuis les années 60, notamment le fait que les Rolling Stones sont devenus rien moins qu'une marque, un produit, et tout cela sous couvert d'être éternellement subversif, alors qu'ils ne représentent plus aujourd'hui que des intérêts commerciaux. Ces critiques étant justifiées, la meilleure façon pour Jagger, et pour les Monty Python, de les éteindre consiste à les discréditer plutôt que d'y répondre ou seulement de les écouter. Derrière la douce façade de l'ironie et de la dérision se dresse le mur de béton de l'arrogance, du pouvoir et de la cupidité.

 

Dans le monde de l'image et de l'immédiateté, l'ironie est devenue un élément essentiel de communication et de maintien du pouvoir. Barack Obama multiplie les initiatives dans ce sens, avec même une récente apparition sur le plateau du comique Zach Galifianakis. C'est aussi l'histoire de son selfie avec David Cameron et la Première ministre danoise lors des funérailles de Mandela, ou de sa fausse annonce de la construction d'Iron Man. On se souvient de Bill Gates et de la vidéo loufoque mettant en scène son dernier jour à Microsoft, à laquelle participaient Matthew McConaughey, Jay-Z, Bono, Steven Spielberg, George Clooney, Al Gore et Jon Stewart. Cette vidéo était elle-même inspirée de la vidéo de Bill Clinton lors de son dernier jour à la Maison Blanche. Warren Buffet n'est pas en reste pour se mettre lui-même en scène dans des vidéo-gags. François Hollande, en dépit de ses résultats, ne résiste jamais à une bonne blague sur lui-même. On se souvient aussi de cette hallucinante vidéo des cadres et des jeunes de l'UMP chantant en « lip-dub ».

 

Cette mode ne se circonscrit pas aux hommes politiques ou aux hommes de pouvoir en général. En réalité, ceux-là n'ont fait que suivre le ton donné par les grandes marques commerciales. Celles-ci, avec l'avènement de l'Internet, ont démultiplié leurs techniques de communication, notamment en diffusant par millions de vraies fausses publicités, ce qu'on appelle des « fake ». Ces vidéos, somptueusement financées et fallacieusement « filtrées » sur le net, jouent de manière très perverse sur la nature exacte de la motivation qui pousse telle ou telle marque à flirter avec les limites du politiquement correct. Ces techniques étant elles-mêmes un peu éventées, on repousse un peu plus loin les limites, comme par exemple en organisant le vrai-faux selfie des stars à la cérémonie des Oscars 2014, un coup totalement monté par une multinationale à coup de millions de dollars. Ou en créant une vraie-fausse étude comportementale sur les rapports humains pour vanter les vertus d'une marque de vêtements. Ces vidéos "virales" sont elles-mêmes reprises telles quelles, sans aucun filtre, d'abord par les usagers d'Internet, puis par les médias, qui amplifient considérablement le phénomène et deviennent les simples instruments dociles et soumis des marques.

 

D'abord, le communisme s'est effondré. Nous avons cru, un temps, que les démocraties libérales et capitalistes l'avaient définitivement emporté, comme le chantait Francis Fukuyama avec son livre « La fin de l'histoire ». Nous sommes aujourd'hui confrontés à l'effondrement de ces modèles politiques. Petit à petit, ils se sont fait remplacer par des multinationales (il faut lire Naomi Klein ou Thomas Piketty pour en saisir le mécanisme). Celles-ci gèrent désormais les domaines autrefois réservés, entièrement ou partiellement, aux états: la défense, les transports, la prévoyance, la culture, l'énergie, la santé, la gestion des sols et des cours d'eaux. Comme ces multinationales ne sont pas idiotes, elles comprennent que l'imposition de leur pouvoir sans contrepartie n'est plus possible. Les peuples des pays développés ne cessent de s'émanciper, des religions constituées, des partis politiques, des médias, des dictatures plus ou moins soft.

 

Et comme il n'est pas question de mettre en place une authentique démocratie, c'est-à-dire un système selon lequel les consommateurs seraient en mesure de choisir quoi que ce soit, les multinationales empruntent les codes et les uniformes de la démocratie. C'est-à-dire, en premier lieu, l'auto-dérision et l'ironie. Trompés par ces leurres remarquablement réalisés, exactement comme un poisson sautant sur une mouche synthétique, les consommateurs/électeurs se satisfont de l'impression sans nécessairement saisir que, précisément, cela ne reste rien de plus qu'une impression. Ces placebos démocratiques étanchent notre soif de vérité et de démocratie dans un monde de plus en plus violent, éclaté et compliqué. Comme un film porno, comme un gros joint d'herbe, comme un film en 3D, ces méthodes de communication nous offrent un « quick fix ». Mais la soif demeure. Qu'est-ce qui sera le plus fort: notre soif de vérité et de démocratie, ou bien la perversion morale dont nous sommes nous-mêmes capables pour tromper cette soif?

05/06/2014

Fin de régime: l'exemple soviétique appliqué à 2014

Par les temps qui courent, il est très recommandé de lire « L'effondrement de l'empire soviétique » de David Remnick, correspondant du Washington Post à Moscou de 1986 à 1994. Ce que Remnick décrit avec une précision chirurgicale, c'est le processus d'une fin de régime. Or à mesure que passent les mois de cette année 2014, il me paraît de plus en plus probable que nous vivons des temps fort comparables. Que nous vivons, en vérité, une fin de régime.

 

Remnick insiste sur quelques aspects, dont je crois qu'on trouve désormais toutes les correspondances dans les pays capitalistes, qu'ils soient démocratiques ou pas. J'en détaillerai trois: l'incapacité des dirigeants, la fin des illusions, et l'importance de la propagande.

 

Commençons par l'incapacité des dirigeants. En dépit de ses qualités personnelles et d'une présidence débutée avec une très grande popularité, Gorbachev s'est vite révélé incapable de résoudre les difficultés formidables auxquelles faisait face son pays. Sa popularité a également chuté. A force de repousser les problèmes de dettes, de l'énormité des administrations, d'incapacité industrielle et de léthargie sociale, les dirigeants de l'URSS avaient finalement creusé leur propre tombe. Ils y ont entraîné avec eux la totalité des institutions dont ils dépendaient.

 

Les dirigeants de l'Europe, des Etats-Unis et des autres grandes puissances capitalistes sont aujourd'hui dans une incapacité similaire. La crise de 2008 s'est transformée en maladie chronique contre laquelle aucun remède ne semble opérant. Que les élections soient régulières ou qu'elles soient volées, que les dirigeants soient populaires ou pas, leurs résultats, ou l'absence de leurs résultats est partout semblable. En France, cette incapacité est plus criante qu'ailleurs, mais il ne fait aucun doute que ni Merkel, ni Obama, ni Cameron, ni Poutine n'ont plus de succès sur les éléments que l'infortuné Hollande. Comme en URSS, la matrice économique et institutionnelle dont ils dépendent ne fonctionne plus, ce qui révèle leur incapacité désormais structurelle.

 

Ensuite, il y a la fin d'une illusion. Celle-là s'appelait l'Union des républiques socialistes soviétiques. Sur le papier, un truc super. Dans la réalité, pas vraiment un truc super. C'est la révélation des fameux protocoles secrets du pacte Ribbentrop-Molotov du 23 août 39 qui fut la chiquenaude fatale. Ces protocoles, connus depuis 1945 et publiés à l'Ouest mais farouchement niés à Moscou, prévoyaient l'invasion sans résistance allemande des républiques baltes par l'URSS. L'union reposait donc sur un viol, ce qui la rendait automatiquement caduque. A cela, il suffisait d'ajouter une situation économique tragique, et plus rien, pas même un putsch, ne permettait d'empêcher la désintégration du système.

 

L'illusion dans laquelle nous sommes plongés est celle de la croissance et du plein-emploi. Cette illusion est fondée sur une autre illusion, celle des ressources en hydrocarbures infinies. Chaque candidat à la magistrature suprême d'une grande puissance, qu'il ou elle soit de gauche ou de droite, ne peut l'emporter que s'il ou elle promet le retour de la croissance et la baisse du chômage. Or depuis 30 ans, chaque grande puissante est confrontée à un chômage en constante augmentation malgré les accalmies passagères. Et la croissance est partout en diminution constante depuis 1974, date du premier choc pétrolier. Même la croissance de la Chine, qui reposait en grande partie sur le charbon, est désormais en chute. Il faut donc faire face à cette vérité inconcevable: la croissance ne reviendra plus, et le chômage de longue durée est désormais structurel.

 

Enfin, il y a l'importance cruciale de la propagande. La propagande, c'est ce qui permet d'entretenir l'illusion. En URSS, il fallait contrôler le récit historique et empêcher la vérité d'éclater sur l'étendue des crimes staliniens et les invasions de diverses républiques. La décision de Gorbachev de faire la lumière sur ces faits, la fameuse Glasnost, a été fatale pour les conservateurs du parti que Gorbachev voulait détruire. Mais il a fini par en être lui-même la victime, et tout le système avec lui. Dès le moment où on l'on pouvait dire la vérité sur le passé, on disait la vérité sur le présent. Aussitôt, l'illusion volait en éclats. L'importance vitale des Sakharov et Soljenytsine doit se comprendre dans la mesure où ils réduisaient le récit de la propagande en poussière. Ils étaient, et l'histoire l'a prouvé, bien plus nocifs pour l'URSS que tous les missiles balistiques américains.

 

Notre propagande, c'est la publicité commerciale, devenue chez nous absolument omniprésente et dont dépendent des pans entiers de nos économies nationales. Une publicité pour Coca-Cola ou pour la Migros est tout aussi absurde, contraignante et mensongère qu'un slogan à la gloire du travail. Les publicités commerciales nous vendent depuis des décennies le rêve du capitalisme: de jeunes gens bien nourris, beaux, riches, épanouis au travail et heureux en famille. Pour atteindre cette illusion, nous n'avons d'autre choix que de consommer, puis, lorsqu'il n'y a plus d'argent, de nous endetter pour enrichir ceux qui nous vendent ce rêve. La publicité comme la propagande sont responsables de la démonétisation de la parole. La situation de dépendance vitale dans laquelle une écrasante majorité des organes de presse se sont mis par rapport aux revenus publicitaires n'est que la partie la plus visible du degré de pourrissement idéologique auquel nous contraint un système économique désormais condamné.

 

Reste à savoir, si tout cela se confirme, vers quel monde nous allons. Les habitants de l'URSS peuvent remercier Gorbachev de n'avoir pas entravé le cours des événements et d'avoir permis une transition de système sans effusion de sang. A postériori, c'est certainement son succès politique le plus extraordinaire. Avant de tirer des plans sur la comète et de prédire quelle sera l'organisation politique et économique de demain, espérons déjà posséder autant de sagesse et d'avoir autant de chances que les Soviétiques. Et puis réfléchissons et instruisons-nous. Les modèles qui nous tendent les bras sont, pour certains, de tristes resucées du passé, des modèles autoritaires et inégalitaires qui déjà semblent se dessiner derrière les résultats des récentes élections européennes. D'autres modèles existent et doivent être envisagés. Mais nous devons d'abord commencer par réaliser l'étendue du problème dans lequel nos sociétés sont plongées et qui porte un nom simple, technique et définitif: fin de régime.

24/03/2014

Cher Denis Martin

Vous m'avez écrit ceci ce matin sur Facebook :

 

Monsieur Laufer il existe des cours de dégustation afin de connaître et apprécier un vin avant de le critiquer , je vous conseille vivement de les suivre, d'apprendre, de comprendre et ensuite vous verrez que le chasselas est de loin pas une piquette. Aujourd'hui les jardiniers du Lavaux qui entretiennent nos murs et notre paysage viticole ont plus besoin de notre soutien que de reportage cassant qui ne servent à rien mis à part faire parler de son auteur. Vive le chasselas qui est mon cépage préféré et la mémoire de mon pays.

 

Je commencerai pour vous remercier de ce message et par regretter qu'en voisin du quai Perdonnet je n'aie pas encore eu la présence d'esprit de découvrir votre enseigne.

 

Comme beaucoup de critiques qui m'ont plu sur ma boîte mail depuis jeudi, votre propos est un déni quasi total de la réalité du terrain. Si je me savais totalement seul à trouver que le chasselas n'est pas un grand vin, j'aurais certainement choisi un autre sujet de débat. Pourtant, toutes les études nous prouvent depuis des années que les consommateurs suisses se détournent de plus en plus de ce cépage, parfois pour d'autres blancs, mais surtout pour des rouges. D'autres cantons l'ont compris, au premier rang desquels Genève et Neuchâtel, qui produisent aujourd'hui beaucoup plus de rouges de grande qualité, ainsi que des blancs plus variés et d'une qualité qui devrait nous faire rougir, nous qui restons invariablement producteurs de chasselas. Notamment, je vous conseille le chasselas de la Maison Carrée, des frères Perrochet à Auvernier. Voilà ce qu'on peut faire lorsqu'on limite fortement la production et qu'on vinifie correctement ce cépage, pourtant inadapté à la vinification. La consommation de blanc, et surtout de chasselas, ne cesse de chuter depuis quinze ans. Il est temps pour les vignerons vaudois d'entériner cette réalité et de diversifier rapidement et activement leur production.

 

L'autre argument, c'est que le chasselas doit naturellement rester un cépage emblématique de nos coteaux. Nous sommes presque les seuls au monde à le vinifier, ce qui est autant une preuve du faible potentiel de ce cépage qu'un signe distinctif et pittoresque de notre terroir, et surtout de Lavaux (et non DU Lavaux, comme vous, et tant d'autres de mes concitoyens, ne cessent de le répéter). Ceci étant dit, certains vignerons vaudois n'ont pas attendu mon papier vengeur pour se diversifier. Je déguste souvent des spécialités remarquables, des côtes de l'Orbe, des vignes de Pully, de Villeneuve ou d'Aigle. Gamaret, garanoir, viognier, chardonnay, et même gamay, un cépage pourtant inégal, y sont vinifiés avec savoir et talent. La question n'est donc pas la qualité de notre terroir ou le savoir-faire de nos vignerons : notre terroir est célèbre et exceptionnel, nos vignerons sont de grands professionnels. Mais la tradition n'est pas synonyme de qualité. Traditionnellement, les femmes restent à la cuisine. Traditionnellement, on ne mange pas chez nous de poisson cru. Ainsi la tradition n'a de sens que lorsqu'elle est pleinement partagée et vécue. Sinon, il faut la remettre en question. Et inventer de nouvelles traditions.

 

La Suisse est le berceau des montres de luxe et des grands chocolats. Je suis convaincu que, sur un vignoble minuscule à l'échelle du monde viticole, avec notre savoir-faire et notre terroir, les vignerons suisses peuvent – et certains le font déjà – produire des très grands vins. Des vins qui viennent concurrencer les français et les italiens, et que les consommateurs locaux plébiscitent pleinement. Nous avons la place, les outils et le talent pour le faire. Mais nous devons commencer par nous adapter aux goûts désormais structurels des consommateurs. Nous devons faire moins de vin blanc, et diversifier nos blancs en sortant de notre monoculture du chasselas. Nous devons faire moins de chasselas, et du meilleur chasselas, ce que trop peu ont déjà commencé à faire. Vous êtes un grand chef, célébré dans le monde entier pour vos talents et votre inventivité. Je terminerai donc cette lettre par une question : vous dites préférer le chasselas parmi tous les cépages. Combien de chefs de votre rang et combien de vos propres clients partagent-ils cet avis ?

 

Cordialement, David Laufer

19/03/2014

Vladimir Poutine, Che Guevara de la droite dure

Depuis qu'il a attaqué la Crimée, Poutine est universellement dépeint comme un maître de la stratégie, qui met en échec des puissances occidentales démunies et divisées. Il y a du vrai dans cette vision, mais à un seul degré seulement. Comme il a dans sa main la quasi-totalité des leviers du pouvoir, Poutine peut agir vite, sans concertation et en dehors du droit, puisqu'il décide seul de ce qui est, ou n'est pas légal. Tandis que les Occidentaux, comme dans les années 30, en sont réduits à respecter le droit international et à équilibrer leurs divers courants politiques pour parvenir à des décisions.

 

Mais c'est là que s'arrête cette flatteuse comparaison. La réalité est que Poutine agit, exactement comme Hitler lorsqu'il s'est emparé des Sudètes, puis de la Tchécoslovaquie et puis enfin de la Pologne, de façon brouillonne et dans une course effrénée contre la montre. Poutine n'a pas planifié cette invasion de longue date et s'y est probablement résolu contraint et forcé. Il savait fort bien qu'ainsi il devenait aussitôt un paria et qu'il lançait un processus si gigantesque qu'il ne pouvait qu'en perdre le contrôle. Mais il n'existait pour lui d'autre façon de conserver le pouvoir.

 

Cette invasion n'a pas pour unique objet le gaz ou les ports de Crimée, comme s'évertuent à nous le prouver les experts depuis le début du mois. Poutine aurait pu obtenir des résultats similaires sans s'embarrasser d'un conflit international. Milosevic n'a pas envahi le Kosovo pour des raisons géo-stratégiques, mais pour conserver le pouvoir. S'il ne déclenchait pas un nouveau conflit diplomatico-militaire, il aurait à répondre à une opposition de plus en plus forte et structurée devant sa porte. C'est le vieux complexe bonapartiste: « Mon pouvoir tient ma gloire et ma gloire aux victoires que j'ai remportées. Ma puissance tomberait si je ne lui donnais pas pour base encore de la gloire et des victoires nouvelles. »

 

Ce sont exactement les mêmes motifs qui ont poussé Poutine à intervenir. Dès que Ianoukovitch a été éjecté, il devenait aveuglément clair qu'il pouvait devenir la prochaine victime de ces mouvements populaires. Poutine détient le pouvoir depuis 14 ans et a désormais subverti tous les organes du pouvoir et de la société civile. Le Parlement, les tribunaux, les médias, les gouverneurs de province et l'économie sont à sa botte. Il a amassé, selon les estimations les plus convaincantes, une fortune personnelle de plusieurs dizaines de milliards de dollars. A la longue, comme tous les potentats, il s'est fait des puissants ennemis et n'est plus aussi habile qu'avant pour diviser son opposition.

 

Cela fait quelques années déjà que Poutine est en mode dictateur. Il n'intimide plus: il exécute, il confisque et il emprisonne. Ainsi lorsqu'il a libéré les Pussy Riots et Khodorkovsky, on comprenait fort bien que tout ne tournait plus aussi rond. C'était un premier aveu de nervosité. Il craignait pour ses jeux de Sotchi et pour sa stature autant qu'il redoutait les forces montantes d'une opposition de plus en plus décidée. Parce qu'il avait récolté beaucoup de voix que prévu – 30% - dans la course à la mairie de Moscou en septembre 2013, le candidat de l'opposition Alexeï Navalny s'est vu condamné aux travaux forcés, puis à la résidence surveillée. Lorsque son poulain Ianoukovtich a décidé de prendre la fuite, il ne restait plus que la force pour imposer son pouvoir, non pas sur l'Ukraine, mais sur la Russie.

 

La suite des événements n'est pas réjouissante. Les Russes font de l'agitation dans l'est de l'Ukraine pour obtenir un référendum, ce qui mènera à des violences, ce qui permettra à Poutine de justifier de nouvelles interventions. A terme, une guerre civile plus ou moins internationale et une dislocation de l'Ukraine deviennent chaque jour plus probables. Quel profit en tirera la Russie? Absolument aucun. Ou plus exactement, que des désavantages. Mise au ban des nations, lourdement sanctionnée économiquement, elle s'expose à des difficultés socio-économiques et diplomatiques formidables. Seul le Kremlin en profitera, puisqu'il aura bétonné sa position pour quelques années. Pour le Russe moyen, pour l'Ukrainien de Crimée et de l'est, les années qui s'annoncent sont faites de souffrance et de sang.

 

A lire la presse et les réseaux européens, il devient de plus en plus clair que Poutine a toutes les faveurs de la droite dure, anti-européenne et anti-américaine. Pour eux, le président russe est une icône qu'on pare de toutes les vertus pour l'unique raison qu'il s'oppose à Washington et à Bruxelles. La machine intellectuelle se met en mouvement, exactement comme autrefois avec Milosevic, pour construire une épopée poutinienne glorieuse et sardonique. Les mêmes nous expliquent qu'Obama, Hollande et Cameron se fichent bien des Ukrainiens et des Russes et que seul le gaz les obsède. Ce qui n'est pas entièrement faux. Mais ce qui en revanche est totalement vrai en ce qui concerne Poutine qui n'a que ce levier diplomatique à sa disposition.

 

Cette pensée binaire – les ennemis de mes ennemis sont mes amis – est l'une des principales caractéristiques de cette idéologie. Là où la chose devient piquante, c'est que cette idéologie anti-américaine et anti-européenne est ancrée dans un souverainisme militant. Que Poutine viole ouvertement la souveraineté de l'Ukraine ou Milosevic celle de la Bosnie ou de la Croatie ne les chiffonne pas plus que cela. La seule chose qui compte à leurs yeux, c'est que quelqu'un se dresse face à Washington. Qu'il fasse cela au mépris de son propre peuple et des peuples environnants, qu'il soit corrompu jusqu'à l'os, qu'il fasse exécuter ou embastiller tous ses opposants, qu'il maintienne son pays dans la misère sociale, qu'il déclenche des conflits dans le seul but de rester au pouvoir, cela n'a aucune importance. On s'est abondamment moqué, à juste titre, de l'idolisation du Che au mépris des réalités historiques très peu reluisantes qui entourent le personnage. Poutine a aujourd'hui le même statut que le Che auprès de la droite dure européenne. Je lui souhaite un destin identique.