14/02/2008

Libération et les faux-culs

C’est sans originalité mais sans haine que je boude la St Valentin. Voilà quelque chose que je célèbre tous les jours et sans ordonnance. Après tout, pourtant, autant célébrer l’amour que la loterie à numéro, et si ça peut redonner à certains l’envie de se faire tendre, qu’ils y aillent carrément. Je passe la journée sans y penser, peut-être juste une mention au café avec mon épouse. Mais pas de remarques graveleuses, pas de commentaires amers, un 14 février froid et ensoleillé, on travaillera, on promènera le petit le long du lac, et le soir on mangera des blinis.

 

En dépit de ma bonne volonté, j’ai un gros retour d’acidité en lisant Libé. Les gradski debili frappent à nouveau. Ils ont décidé de parler d’amour mais comme c’est dans Libé, c’est décalé et vachement profond. Ils posent la question de la fidélité amoureuse à 11 personnes, et sur ceux-ci, 10 déclarent tromper leur partenaire et ne pas le lui avouer. Tous ensemble, ils trouvent que vraiment la fidélité n’a rien à voir avec l’amour, que leur couple c’est du solide et que c’est pas un petit coup à gauche qui va changer quoi que ce soit, enfin tant qu’on n’en parle pas. Curieusement, 2 candidats sur les 11 interrogés sont homosexuels. Pour être gentil, on dira que ce sont 11 personnes représentatives du lectorat de Libé. Aucun parmi ceux qui avouent tromper leur partenaire ne semble accorder, en dehors du seul contexte de la sexualité, une quelconque importance au concept de parole donnée. Ce qui compte, à les entendre, c’est uniquement l'assouvissement de ce besoin. L'article s'intitule courageusement: "La fidélité, une question de faux-cul", et on réalise à la fin que c'est surtout la réponse que le qualificatif concernait. Parce que quarante ans après Mai 68, on ne s'attendait pas vraiment à trouver un tel étalage d’hypocrisie et de mesquinerie lorsqu’on touche au sexe et à l’amour, et à ce désir de différencier ceux-ci, mais secrètement. Comment peut-on se vanter jusque dans les pages d’un journal d’être libéré, mais sous le pseudonyme de « Georges, 35 ans », par crainte essentiellement de se faire découvrir de sa propre femme ?

 

Est-on revenu à l’époque de Victoria où l’on entretenait, sans en parler et sans complexes, une femme et une maîtresse, avec comme seule amélioration que les femmes sont désormais libres de tirer elles aussi dans les coins sans craindre l’humiliation publique ? Est-ce que c’est cela, le gain de la libération sexuelle, celui de faire son petit truc dans son coin avec la seule consolation de ne plus être pénalement condamnable, mais avec en plus le poids d'une honte inavouable même à son partenaire ? Si c’est pour ça, je recommande la masturbation, bien moins risquée et onéreuse. Pour les frissons et la double vie, allez plutôt faucher des carambars au kiosque du coin. Et puis on ne sait jamais, peut-être la kiosquière est-elle jolie.

23:49 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (8)

Commentaires

Excellent, simplement.

Écrit par : Julien | 15/02/2008

Si l'onanisme rend sourd, ma grand-mère aurait dit que vous allez vous abîmer les yeux à lire des publications comme Le Monde ou Libé. Ne me dites surtout pas que Le Monde Diplomatique....., j'en serais navré pour vous.
Mais la véritable information au milieu des redondances Boboïdes réside dans le fait que les Carambars existent encore: je pars séant en chaparder quelques-uns.

Écrit par : Rabbit | 15/02/2008

J'ai une autre théorie sur le désir d'anonymat de ces infidèles si convenus. L'article fait probablement partie d'un de ces marronniers qu'on nous ressort chaque année. Peut-être les gens interrogés n'existent tout simplement pas, ou (au cas où ils existeraient) leurs réponses ont été accommodées à l'idéologie du journal en question, ou le sondage a été fait il y a dix ou vingt ans. Les possibilités de copier/coller sont quasi infinies. Ce qui me fait penser aux enquêtes d'opinion qui précèdent les élections et autres indices de popularité. Comment sont-ils faits? Qui vérifie quoi?

Écrit par : Inma Abbet | 16/02/2008

Vous savez être méchant d'une façon que je vous envie, David. Je vais commencer à boire moins. Ou plus ?
Dites à Madame votre épouse que je ne serai certainement pas le seul Suisse à avoir une grosse pensée de solidarité avec le peuple serbe demain.
Tout ce qu'il y aurait à dire sur la manipulation étasunienne de l'Europe (avec Micheline CR au premier rang...) !

Écrit par : Géo | 16/02/2008

Quelle que soit la façon de procéder, il est clair que la séléction des répondants correspond tellement à la ligne idéologique de Libé que c'en est drôle. Ce qui renforce l'idée selon laquelle les journaux, de plus en plus, sont des organes.

Écrit par : david laufer | 16/02/2008

Merci Geo. Et de grâce, ne cessez pas de boire. Surtout de la prune, serbe de préférence...

Écrit par : david laufer | 16/02/2008

Et je suis tombé sur le blog de Eric Hoesli...
Excellent !

Écrit par : Géo | 16/02/2008

Et bien moi, ce jour là je saute tout ce qui bouge car j'ai remarqué qu'elles sont toutes exitées ces chiennes ce jour là. Allez savoir pourquoi, après tout on s'en fou, on en profite.

Écrit par : Max | 17/02/2008

Les commentaires sont fermés.