08/04/2008

Le Daily News et la courtisane

On a déjà beaucoup parlé de la démission du gouverneur de New York Eliot Spitzer à la suite d’un nouveau SSS, ou scandale singulièrement salace. Il y était question de jeune prostituée, de nuit facturée à 4'300 dollars et de l'ignominieuse chute d’un homme qui avait construit sa carrière sur une réputation de probité morale. C’est au fond une histoire bien banale, presque prévisible. Même Bill Clinton n’avait rien inventé avec sa stagiaire, ses cigares et l’usage insolite auquel ils furent soumis sur cette dernière. Je viens aussi de lire dans Vanity Fair l’histoire d’un homme qui se dit le fils naturel de JFK. Et pourquoi pas, quand on sait que le président défunt était surnommé 2-minute-Jack par les pleines garnisons de femmes que les services secrets mettaient à sa disposition. On sait depuis Rome que le pouvoir corrompt et fait perdre la tête à ceux qui l’exercent. Or le pouvoir politique, très réel, ne signifie rien pour celui qui en jouit s'il n'est pas confirmé par le sentiment de puissance, plus immatériel, qu'on peut obtenir par la possession physique, qu'elle soit sexuelle ou meurtrière. Je me sentirais donc un peu naïf de m’offusquer de ce énième SSS politique.

 

Le Daily News, un tabloïd new-yorkais, met le projecteur dans une récente édition sur l’aspect féminin de ce SSS. On voit sur sa couverture une photo provocante d’Ashley Alexandra Dupré, nom d’emprunt de la jeune brune en question, avec laquelle une sortie au cinéma et une crème glacée s’obtiennent en prenant une hypothèque sur votre appartement. Bien dotée par la nature et affichant des tenues minimalistes, elle correspond en tous points à l’idée qu’on s’en fait : jeune, plutôt mignonne, gonflée et sans scrupules. A voir la photo du gouverneur, qu’on appelle désormais « le client numéro 9 » et qui fait furieusement penser au gardien d’une prison face à une crise de sureffectif, on devine qu’elle ne couchait pas avec lui pour son charme. Probablement pas non plus parce que « c’est la mode et qu’elle est snob », comme le suggérait Brassens. Pour de l’argent ? La demoiselle gagnait correctement sa vie et ne risquait pas d’être jetée à la rue. Alors pourquoi ? Par impatience, voilà pourquoi.

522659023.jpg

Je ne vais pas jeter la pierre à Ashley Alexandra Dupré, alias Ashley Youmans, son vrai nom, alias Kirsten pour ses fortunés clients. Elle est le produit extrême d’une époque extrême. En cela elle est plus intéressante que son client, plus révélatrice du système qui lui a donné vie. Et puis elle me fait penser à Jérôme Kerviel, le trader fou qui jonglait avec les dizaines de milliards de la Société Générale. Les deux sont des apprentis sorciers, des jouets pour des forces qui les dépassent très largement, ont un système de valeurs personnelles pour le moins flou et sont prêts à tout pour être riches, célèbres et puissants. Ils n’ont pas le temps d’attendre de le devenir, peut-être, un jour. C’est ici, maintenant, tout de suite. Leur gloire aussi fulgurante qu'inattendue grâce à Internet vient d'ailleurs les conforter dans leurs choix stratégiques. Alors, ce cynisme violent et décomplexé, cette soif d’excès, ce contexte de crises financières en série, ces multimilliardaires clinquants auxquels se heurtent la masse grondante des pauvres qui ne cessent de s’appauvrir, et cette montée irrésistible des nationalismes, ça ne vous rappelle rien ?

Commentaires

Enfin, quelqu'un qui ne parle pas de la flamme olympique. Les années 1930 peut-être? C'est vrai qu'il y a une certaine ressemblance, ça me rappelle le roman d'Erich Kästner Fabian, où l'idée de décadence morale qui précède un grand désastre, sans en être la cause, est très importante.

Écrit par : Inma Abbet | 08/04/2008

Amusant ! La presse à scandale est surement une arme assez efficace pour ceux qui savent la manipuler. Un bon lynchage médiatique, ça vous conforte le citoyen dans ses certitudes et lui enlève toute volonté d'être la prochaine victime - Et la peur, quelle merveilleuse alliée pour faire taire toute question embarrassante et détourner l'attention.

Écrit par : Greg | 08/04/2008

Ca me permet d'en ajouter une couche avec Paul Watzlawick: "La déliquescence des cultures précède la disparition des sociétés". Mais, n'est-ce justement pas un jeu de société de prophétiser des apparitions et des disparitions ? Et ce qui est pire, de les justifier par une morale.

Écrit par : Pierre-André Rosset | 08/04/2008

Plus qu'un jeu de société, le déclin serait un artifice rhétorique permettant de maintenir éveillés des spectateurs qui s'ennuient grâce à une ligne narrative simple.

Écrit par : Inma Abbet | 08/04/2008

J'ai bien peur que le déclin de la société occidentale soit autre chose qu'un jeu de société. Mais bon, après tout, qu'est-ce qu'on en a à foutre, il est vrai...

Écrit par : Géo | 08/04/2008

... puisqu'on va finir nos jours en Asie.

Écrit par : Pierre-André Rosset | 09/04/2008

Sire P.-A. Rosset,

Vous avez parfaitement raison! Depuis des siècles et des siècles, les Européens finissent leurs jours en Asie, mais ils les commencent et les vivent égalementen Asie. l'Europe n'est qu'unevue de l'esprit.

Géographiquement, nous sommes en Asie! Le petit appendice ridicule nommé "Europe" est asiatique... Et ce n'est ni la "barrière" de l'Oural, ni Gengis Khan, ni la tectonique des plaques qui me contrediront ! Même la plupart de nos langues sont issues de l'Asie. Pour ne pas avoir à admettre que l'Europe c'est l'Asie on dit: langues Indo-Européennes.

Écrit par : Père Siffleur | 16/04/2008

Farpaitement (encore un qui s'est fait piéger dans la cave à Géo): Lucy avait les yeux bridés et Neanderthal mangeait avec des baguettes. C'est pas avec des délires de ce genre que vous allez vous faire inviter pour l'ouverture des jeux (sont pas si nases).

Écrit par : Pierre-André Rosset | 16/04/2008

La cave à Géo n'a pas livré tous ses secrets.
Avez-vous entendu parler de ces jeunes occidentaux qui vivent à l'heure japonaise? Cela a commencé avec le Manga et le cinéma japonais, mais c'st devenu assez intéressant lorsque des jeunes ont commencé à s'habiller comme leurs héros.

Écrit par : Inma | 16/04/2008

Navré Inma, mais j'ai interdiction absolue de m'occuper des Japonais, les Chinois(es) les détestent.
De plus, je m'habille aussi comme mes héros....

Écrit par : Pierre-André Rosset | 16/04/2008

Les commentaires sont fermés.