19/10/2008

La BBC et Simon Schama

Simon Schama est peut-être l’un des individus les plus intelligents de notre temps. Sans surprise, il est historien et je n’ai pas peur de faire ici preuve d’un corporatisme éhonté, même si je lui concède l’appartenance à une autre ligue que la modeste mienne. Mais chaque fois que je lis une ligne de lui ou que je l’entends à la télévision, son intelligence à la fois synthétique et analytique me séduit et m’inspire. Pour ceux qui ont accès à BBC World, ils peuvent désormais y voir une série de petites histoires hebdomadaires sur l’Amérique en pleine campagne électorale, intitulée « Le futur américain : une histoire ». Schama y montre, une fois de plus, ses immenses talents de conteurs, d’historien et de commentateur.

J’apprécie particulièrement chez Schama son absence totale de complexes. Non seulement il s’est attaqué aux sujets les plus rebattus, mais il y a trouvé une substance toute neuve et insoupçonnée. Chaque titre laisse sans voix par la simplicité biblique de son énoncé : l’histoire de l’Angleterre, pas l’histoire de la fin du règne de Georges III ; l’histoire de la Révolution française, pas l’étude des liens entre la Terreur et les débuts du Consulat. Mais c’est bien plus, de sa part, le souci de notre civilisation qu’un manque d’imagination ou pire, une prétention déplacée.

Lorsque, par exemple, il dépiaute le fonctionnement de la société hollandaise du XVIe siècle, le Siècle d’Or des colonies, Simon Schama parvient à y déceler et à identifier très clairement les fondements du capitalisme mercantile et global d’aujourd’hui. À partir d’un détail curieux comme un certain supplice d’une prison d’Amsterdam où le prisonnier devait pomper seul l’eau qui menaçait de le noyer, il reconstruit le système de valeurs d’une nation entière obsédée par la menace de l’océan, et par les nouvelles valeurs du protestantisme que sont le travail et la rédemption individuelle. Toute découverte est mise en perspective, reliée à des phénomènes apparentés pour finir par expliquer, en partie, le monde dans lequel nous vivons aujourd’hui.

Il est impossible de savoir si Schama conservera une place dans cette Histoire qu’il tente si brillamment de consigner. Mais pour notre temps, je salue la présence d’une personne, trop rare, qui prend le monde très frontalement, l’embrasse, l’aime, le retourne et le soupèse avec l’espoir peut-être illusoire de le comprendre, en commençant, cela me semble évident, par son passé. Ainsi, le lire me procure autant de plaisir que de désarroi.

Commentaires

Vous êtes notre Shama à nous, David Laufer. Je regrette de m'être moqué de vous la 1ère fois qu'on s'est croisé chez Salem...

Écrit par : Géo | 21/10/2008

Vraiment vous êtes décidé à me faire enfler. Prenez garde, vous y parviendrez un jour et alors vous me trouverez arrogant. En attendant merci pour votre fidélité. Pour l'accrochage chez Salem, j'avais totalement oublié et à postériori, c'est plutôt drôle qu'autre chose. Bien à vous, DL.

Écrit par : david laufer | 21/10/2008

"c'est plutôt drôle qu'autre chose."
D'autant plus que vous m'aviez traité de peine-à-jouir, moi qui ai commencé ma carrière comme éjaculateur précoce. Bref...

Écrit par : Géo | 21/10/2008

Ma foi, s'il y en a un qui enfle et l'autre qui précocéjacule, vous devriez pouvoir vous arranger.

Écrit par : Nagolet | 21/10/2008

Faites nous un schéma, sous-rabbit...on ne vous comprend guère.

Écrit par : Géo | 21/10/2008

Les commentaires sont fermés.