11/01/2009

Le Times et Jeremy Clarkson

Alors que l’Europe prend des airs d’Antarctique, on entend les mamies sur le quai qui commentent, goguenardes : « Et on nous parle de réchauffement de la planète. » Comme d’autres qui, se plaignant d’un début d’année trop chargé, se demandent avec une once d’irritation : « La crise ? Quelle crise ? » C’est l’expression de ce qu’on appelle le bon sens populaire, rassurant despote sans visage, plus puissant que tous les médias et tous les politiques, mais plus changeant que la lune. Car les mêmes s’exclament un 24 août, par 35 degrés : « ben ouais, c’est la catastrophe qui se prépare. » Ou, en lisant les chutes de l’action UBS : « Ce pays est foutu. » Tout, au fond, dépend de l’humeur du sujet. Dépendant de cette humeur, le futur sera blanc ou noir, mais toujours plein de bon sens.

 

Or Jeremy Clarkson possède ces traits distinctifs qu’il est presque toujours de mauvaise humeur, et qu’il s’oppose avec la dernière énergie – et un peu de mauvaise foi - à ce qu’on appelle le bon sens populaire. Jeremy est l’un des chroniqueurs automobiles les plus influents de la planète. Avec son show Top Gear sur BBC et sa chronique dans le Times, il a conquis le monde entier, transformant les essais de voiture en véritables petits films, pleins de commentaires délirants, de séquences incroyablement dangereuse (l’un des chroniqueurs a failli y laisser sa peau dernièrement) et le tout dans un esprit fondamentalement britannique. C'est-à-dire pince-sans-rire, conservateur, pragmatique, violent, machiste et bourré d’autodérision. Il installe un Renault Espace sur des rails et lance une motrice à 100 km/h pour voir ce que ça donne. Il démolit à la masse, complètement, une petite japonaise. Il grimpe une colline écossaise en 4X4, jusqu’au sommet. Etc. Souvent irritant, parfois infâme, toujours drôle et intéressant.

 

Et comme nous parlions de réchauffement climatique, le sujet de Jeremy est évidemment sensible. Car les voitures qu’il aime, les voitures rapides et chères, donc polluantes et bruyantes, sont l’objet d’attaques d’une violence encore inimaginable il y a cinq ans. Mais voilà qu’arrive la Tesla. Baptisée en l’honneur de Nikola Tesla, l’inventeur serbe de la radio mort à New York en 43, la Tesla est un élégant coupé sport, avec la particularité que son moteur est entièrement électrique. Développée en Californie et assemblée en Angleterre, et vendue au prix de 100'000 Euros, la Tesla Roadster a suscité un enthousiasme délirant parmi une classe très particulière de la société : les riches sensibles aux questions d’environnement. Ça fait un paquet de monde, et de beau monde. Car voilà un moyen de ne rien abandonner tout en ayant bonne conscience : l’équivalent, en automobile, d’un pur malt écossais hors d’âge en quantité illimitée et qui ne fasse pas mal au foie. Ou d’une soirée avec deux escorts tchèques offerte, avec le sourire, par votre femme.

 

Lorsque Jeremy est parti essayer la Tesla, il était plein d’espoir. Mais très rapidement, l’essai tourne au pataquès. Sur les deux modèles présents, l’un tombe en panne après 70 kilomètres, alors que la batterie est censée durer plus de 300, et 16 heures sont nécessaires pour la recharger ; quant à l’autre, elle part en surchauffe pour des raisons inexpliquées. Même si Jeremy conserve un bon souvenir de son accélération époustouflante et de ses lignes racées, il n’hésite pas démolir la Tesla dans son émission suivante, avec son habituel humour ravageur. C’est là que la chose se corse. Car si Tesla Motors ne dément pas un seul des mots du chroniqueur et reconnaît la mésaventure, tous les autres journaux tombent sur le râble de Jeremy et lui en font voir de toutes les couleurs. Du New York Times au Guardian, de l’Independent au Daily Mail, on le traite de menteur, d’incapable, et toutes sortes de noms d’oiseaux. On n’est plus très loin du blasphème, de l’outrage absolu qui consiste à dénigrer la religion du plus grand nombre, forte de la conviction de ses adhérents plus encore que de sa réalité.

 

Qu’on me comprenne bien, je n’ai rien contre le réchauffement climatique. Comme tout le monde, il me fait peur parfois, m’intrigue souvent et me laisse songeur la plupart du temps. Je ne suis pas certain de bien le comprendre, et encore moins certain que ceux qui nous disent le comprendre l’ont effectivement compris. Mais comme mode, comme esprit du temps, on a connu bien pire et je préfère signer des pétitions contre le réchauffement climatique que contre les Juifs, ou contre les Bulgares et les Roumains.

14:28 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (19)

Commentaires

Jeremy Clarkson est l’incarnation du diable, et excusez-moi de l’euphémisme. Sous la surface d’habile chroniqueur aux billets d’humeur toujours d’un humour décapant, ce sale type a autant d’influence sur le bon peuple britannique que devait en avoir à l’époque en Suisse le Général Guisan. Ecouté comme le messie, il s’est imposé comme un personnage controversé par les mous et autres timorés du politiquement correct, pour diffuser sa vision du monde basée sur la déresponsabilisation totale des plus riches face aux défis de la planète. « Profitons du monde car il va bientôt disparaître » et « Jamais je ne prendrai de transports publics, et alors ? » Et ça marche ! Les fans se bousculent au portillon pour acheter ses livres, le Times assure un lectorat fidèle et il a même reçu un doctorat d’une université.

Je l’ai croisé en Valais alors qu’il tournait son show où il s’agissait de prouver qu’il était plus rapide de rallier Londres à Verbier en Ferrari qu’en transports publics… Cet affreux bonhomme est à l’origine des gumballs, ces rallies de supers-riches qui traversent l’Europe à tombeau-ouvert, causant des accidents et se moquant de toutes les lois et du simple respect basique de l’être humain. Jeremy Clarkson ? A cunt of the highest order.

Écrit par : Herb | 11/01/2009

Il y a quelques années j'ai lu les livres sur l'histoire du climat de Leroy Ladurie. Ils sont réellement passionnants, mais je dirais que leur principale qualité est qu'ils ne sont pas dogmatiques. Leroy Ladurie se base sur des données comme les dates des récoltes et des vendanges qui laissent apparaître de grandes tendances, comme le "little ice age", qui ont duré plusieurs siècles. Après, il y a un réchauffement progressif, mais qui commence au XIXe siècle, où l'effet de serre peut être un facteur à prendre en compte parmi d'autres, mais en aucun cas la vérité unique et absolue. Le problème avec le réchauffement climatique, c'est qu'il est sorti du domaine purement scientifique pour devenir un article de foi médiatique. C'est très mauvais, mais je me demande s'il ne s'agit là de quelque chose comme l'histoire des grenouilles dans un ouvrage de Régine Pernoud, ce qu'elle appelait une revanche de l'imaginaire sur le réel. Je veux dire, un besoin très humain d'irrationnel, une théorie suffisamment obscure mais qui contient tous les éléments des légendes anciennes, à commencer par la punition de l'Homme qui a volé le feu, ou qui a voulu construire une tour infinie... J'ai déjà lu cela quelque part.

Écrit par : Inma Abbet | 11/01/2009

"Qu’on me comprenne bien, je n’ai rien contre le réchauffement climatique." Des professions de foi pareilles ne vous procureront pas que des amis...

Écrit par : stéphane staszrwicz | 11/01/2009

Le réchauffement de la planète c’est la nouvelle tarte à la crème du moment comme ce fut le cas pour le trou d’ozone, les pluies acides, la sécheresse dont on entend plus parler aujourd’hui. Ce sont des sujets qui font peur et sur qui se précipitent goulument les médias en mal de mauvaises nouvelles qui font vendre leurs journaux ou augmenter l’audimat. Il fallait absolument trouver des sujets sensibles qui remplissent les colonnes des journaux depuis la fin de l’URSS et la démolition du mur de Berlin.
Sur le fond cette question du réchauffement de la planète est controversée par d’éminents scientifiques qui sont d’ailleurs peu convoqués sur les plateaux de télévisions pour discuter de cette question tant le consensus général par un effet de mode et quelques préoccupations mercantiles agitent l’ensemble des intervenants considérés comme maniant la pensée correcte.
Il est vrai que d’une façon générale tout le monde s’accorde pour reconnaître qu’il existe bien un réchauffement mais qui n’a rien d’effrayant et il a été estimé à 0.6° depuis le début de 20ème siècle. Pas de quoi fouetter un chat ! L’augmentation est faible comme cela s’est produit de nombreuses fois au cours des âges. Par exemple comme se gardent bien de le rappeler les climatologues de bon teint qui mentent par omission, le Moyen Age entre le 9ème et 13ème siècle a été le témoin d’une augmentation autrement plus importante de la température que maintenant puisque le Groenland comme son nom l’indique était vert et que l’on a retrouvé des vestiges vikings et même des églises importantes qui témoignent d’un climat doux à l’époque. Et les ours blancs n’ont pas disparu puisqu’ils sont toujours là et pourtant que de suppositions catastrophiques sur la disparition possible de la faune de l’Arctique par tous ces mêmes prophètes de mauvaise augure ! Et à cette époque il n’y avait pas de moteurs et autres pétoires pour augmenter le co2 qui serait parait-il la cause ultime de nos malheurs à venir. Car vous remarquerez que les climatologues ne parlent qu’au futur ou au conditionnel jamais au présent. « Ca va se passer ainsi », « on subira telle chose » etc.… façon de parler comme on nous l’assène à longueur d’année. Les nouveaux oracles l’ont prédit ainsi c'est-à-dire les simulations par ordinateur qui simulent ce que l’on veut bien qu’ils disent en fonction des programmes qu’on leur injecte. Et ces fameux climatologues qui ne sont pas capable de prédire l’avenir à 4 jours ont l’outrecuidance de vouloir péremptoirement nous affirmer ce qui se passera dans 100 ans !
Et la fameuse modification du climat où est-elle. ? Je vous défie d’en trouver une chez vous. Il fait toujours aussi moche dans l’Est de la France et aussi beau sur la cote d’Azur aussi hivernal dans certaines régions des Etats-Unis ou en Sibérie, il a même neigeait au Soudan en Décembre ! Bizarrement depuis que l’on a un bon hiver on entend plus parler du réchauffement de la planète ; Ils sont de ce coté là d’une discrétion de violette !! Et les fameuses années de canicules qui devaient se succéder après 2003 de plus bel on les attend toujours !
Le niveau des mers devrait monter (Je fais remarquer que l’on parle toujours au conditionnel, ce n’est jamais maintenant) Si la mer doit monter ce ne sera surement pas à cause de la fonte des glaces de l’arctique puisqu’elles flottent sur l’eau et si toute la banquise venait à disparaître pas un centimètre de plus du niveau des mers, il faudrait que l’Antarctique dégèle et bien ce n’est pas pour demain. On parle de l’éventuelle disparition des Maldives et autres petites iles du pacifique. Mais on ne parle jamais de l’ile de Sein au large de Brest inondée deux fois par an aux grandes marées. Si les Maldives doivent disparaître il en sera de même pour l’ile de Sein mais de cela motus !?
Soit disant ce réchauffement serait du essentiellement à l’augmentation du co2 mais savez-vous que le co2 est un gaz rare de la composition de l’atmosphère. Exactement il ne représente que 0.03% de l’air (vous pouvez vérifier sur internet). Et l’homme ne produit qu’une infime partie de co2 par rapport à celui de l’atmosphère qui lui ne représente qu’une infime partie de l’atmosphère. Beaucoup de climatologues allemands pensent que l’augmentation du co2 est la conséquence et non la cause du réchauffement. Beaucoup d’autres éléments entre en jeu et notamment la vapeur d’eau principal gaz à effet de serre et puis on oublie l’activité du soleil qui a des hauts et des bas que l’on considère de plus en plus comme déterminant.
Evidemment le co2 permet de culpabiliser l’homme et tous les pisses vinaigres se sont engouffrés dans la brèche. C’est une occasion pour les verts souvent anciens communistes et pour les extrêmes gauchistes, trotskistes de tout poil de dénigrer le régime capitaliste qui encourage la croissance et donc la production de co2. Avant tous ces gens là nous embêtaient avec le marxisme désormais c’est avec l’écologie et ce co2. « La décroissance n’est pas un gros mot » dit notre saint Nicolas Hulot qui est inspiré par un trotskiste dont j’ai oublié le nom !
Et puis toute cette théorie permet à certains de s’en mettre pleins les poches, les écrivains du catastrophisme, les Al Gore, certains climatologues , les fabricants d’éoliennes, des panneaux solaires et pompes à chaleur, ceux qui profitent des écotaxes que l’on s’est empressé d’instituer en France pour faire bonne figure. Quel impact sur le climat que 1% de la population mondial, les français se comportent comme de mignons petits saints écologiques !
Tout à fait d’accord pour préserver la nature éviter les pollutions flagrantes mais souvent locales utiliser le moins possible les énergies fossiles. Mais que l’on ne vienne pas prêcher la décroissante sous prétexte que l’on croit en des suppositions loin d’être vérifiées. On est de nouveau dans un domaine de croyances, on assiste à la naissance d’une nouvelle idéologie voir une nouvelle religion qui une fois de plus veulent changer l’homme ce qui n’augure rien de bon pour l’avenir.
Et tout simplement il vaut mieux un petit réchauffement qu’un refroidissement qui ferait autrement hurler dans les chaumières avec de terribles factures de chauffage. !
Dans dix ans comme pour tout le reste une fois la mode disparue on ne parlera plus de cette théorie.

Écrit par : hervé | 11/01/2009

Les climatologue sont avant tout des statisticiens qui font de beau graphique, des moyennes avec ce que les scientifiques, sur le terrain, leur donne.

Pour résumer les problèmes médiatiques de la statistique climatique, je le ferais ainsi:

- On prend tous les sommets des alpes, on fait un moyenne. on dira par exemple que ma hauteur moyenne des Alpes est de 1767 mètres.

Combien de montagne mesure exactrement 1767 mètre?
- une, voir deux... Est-ce que cela est représentatif de la réalité?
Clairement non...

Écrit par : DdDnews | 12/01/2009

@hervé,

100% d'accord avec vous. Ou plutôt 90% vu que je ne suis pas un défenseur du capitalisme, mais là n'est pas la question...

Concernant le climat, on nous bassine en larmoyant que la banquise du Pôle Nord est en train de diminuer (ce qui est vrai...) mais on oublie largement de dire (et là les scientifiques n'ont aucune excuses...) que l'Antarctique. lui, se porte à merveille puisque la couche de glace qui compose ce continent ne fait que grandir et s'épaissir! Etonnant non?

Écrit par : Olegna | 12/01/2009

On parle de Jeremy Clarkson, présentateur d'emission de voiture (ce qui est deja pas mal parti pour lui), tout comme avec Bush qui était déjà mal aimé rien que par le fait d'être républicain. Mais que devrions nous dire de Nicolas Hulot qui prend l'avion pour se rendre dans les coins les plus magnifique de la Terre, nous donnez envie de partir à la découverte de cette planète mais qui vient par la suite vous dire que vous, citoyen lambda, n'avez pas à vous rendre dans ces coins pour préserver la planète.

On dirait aussi que l'emission de Nicolas Hulot favorise la pollution de la planète. VOus ne pensez pas?

Écrit par : DdDnews | 12/01/2009

Je me demande depuis combien de temps et à combien de reprises on nous a annoncé la fin du monde.
Relire la Bible a l'avantage de nous permettre d'y trouver la description du déluge (bien malin celui qui peut démontrer sa véridicité).
Jésus lui-même l'a fait.
Aujourd'hui on en rigole en le disant clairement : "Jésus annonçait le Royaume et c'est l'église qui est venue".

L'écologie est une science, tout le reste ne sont que pâle copie des mouvements messianiques.

J'adore Jeremy Clarkson, nous avons bien de la chance de pouvoir capter les émissions de la BBC.
Merci les câbles opérateurs.

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 12/01/2009

"Adorer Jeremy Clarkson", c'est avouer ne pas comprendre l'anglais. Un peu comme regarder les images d'un livre et ignorer le texte quand on ne sait pas lire.

Dans son émission suvie par des millions de téléspectateurs sur les cinq continents, votre idole se plaît à ridiculiser les Suisses en les assimilants à des nazillons zêlés s'exprimant uniquement dans la langue d'Adolf Hilter.

Cet infâme personnage fait plus de dégâts à l'image de ce pays qu'aucune "Présence Suisse" et autre "Swiss Centre" à Londres ou à l'étranger ne pourront jamais récupérer. Il faudra plus que des expositions de trentenaires suisses-allemands urbains et dynamiques pour redorer le blason de la Suisse.

Les ignares et les pré-adolescents voient en J.Clarkson un esprit libre alors qu'il n'est que le relai habile et surpayé du lobby automobile.

Cette brute épaisse devrait purement et simplement être bannie des médias.

Écrit par : Herb | 14/01/2009

Je vous rejoint au sujet de Jeremy Clarkson. Depuis Hitler on ne peut plus parler l'allemand sans être soupçonné un tant soit peu d'être légèrement nazi. Par exemple chez moi en Lorraine il y a encore quelques frontaliers qui parlent le "plate" donc un certain allemand et bien dans "l'intérieur" c'est à dire le restant de la France on les traitent de boches! Et traiter les suisses allemands de nazis est totalement infamant. Et les anglo-saxons appuient sur le champignon pour dénigrer toutes les autres langues à part la leur.
Depuis c'est l'hégémonie tout azimut de l'anglais. Sa présence est écrasante dans le monde entier. Je n'ai rien contre l'anglais sauf que son orthographe est déroutante un peu comme le français et comme par hasard ce sont les deux pays où il y a le plus de dyslexiques et pratiquement aucun en Allemagne ou en Espagne parce que eux ont réformé leur orthographe.

Écrit par : hervé | 15/01/2009

N'est-ce pas leur prince, futur roi du Royaume-Uni, qui portait l'uniforme nazi ?

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 15/01/2009

EH bien moi, Jeremy Clarkson, il me plait!
Pourquoi? PArceuq'il est honnete. Il aime les grosses bagnoles, il aime aller vite, bref, c'est un mec qui assume ses desirs purs, infantiles, meme.
On dira ce qu'on veut, mais le succes de James Bond s'est fait parceque, au fond, presque tous les hommes veulent etre lui. Et James Bond, c'est pas le genre a prendre le bus, a respecter les limitations de vitesses, a ne pas boire car il va prendre le volant. Et je ne parlerai meme pas de ses bond girls qui, meme lorsqu'elles sont censees etre des phisyciennes nucleaire, sont toutes des bombes sexuelles.
Alors, c'est pas PC, c'est sans doute un peu bete, plutot irresponsable, mais ca plait.
Et Jeremy Clarkson quire roule a toute zingue dans sa ferrari dernier modele avec un sourire radieux d'enfant, je pourrais me moquer de lui et le critiquer autant que je veux. Au fond, je l'envie, car moi aussi, j'aimerais bien rouler a toute vitesse en ferrari et si je le pouvais, mon sourire serait encore plus grand que celui de Jeremy.

Pour la remarque de Victor, Permettez-moi de vous corriger, tout d'abord. Harry ne sera pas roi a moins que William ne meure sans enfants. Et ensuite de dire qu'il portait l'uniforme nazi comme s'il s'agissait la d'un crime immense, c'est afligeant de betise.
Desole, mais remettons les choses dans leur contexte. C'etait un bal costume et il avait mis une chemise beige et un short beige pour faire Afrika Korps. Il a ajoute un brassard a croix gamme pour finaliser son costume.
Que ce schoix de costume fut de mauvais gout, sans doute, mais en fin de compte, c'est vraiment un non-evenement.

Écrit par : Carl Schurmann | 16/01/2009

Carl, n'évoque-t-on pas suffisamment l'histoire de la poutre et de la paille ?
Chamberlain, si mes souvenirs sont intacts, était un anglais.

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 16/01/2009

Le monde va changer très vite. Marre des nouveaux pères dont l'ambition suprême est de changer les langes de son dieu de fils ! Entendu ce matin sur RSR1 Philippe Lelouch sur son livre "marre d'être un Juif". Très bon.
Son prochain livre : " Boire, fumer et conduire..."

Écrit par : Géo | 16/01/2009

"ridiculiser les Suisses en les assimilants à des nazillons zêlés s'exprimant uniquement dans la langue d'Adolf Hilter. "
Peut-être, mais pour nous- et Edith Cresson, premier ministre de la France - les Anglais ne seront jamais qu'un ramassis de pédés tristes et arrogants.
Alors bon...

Écrit par : Géo | 18/01/2009

On se le répétera pour se consoler quand les villages de montagnes auront tous été définitivement colonisés par les Brits. Les Villars, Leysin et autres Zermatt ressembleront à la Costa del Sol, avec hotels, pubs, garages, agences immobilières, toiletteurs pour chiens, coiffeurs, par et pour les Brits. D'ailleurs Verbier se prononce déjà "Ve:biée"

Écrit par : Alpert | 18/01/2009

Pourquoi utilisez-vous le futur ? Et bon, ces gens viennent ici faire la foire et boire des bières. C'est très écologique : les eaux usées de Villars sont turbinées. Plus tu bois de bières très chères, non seulement tu fais des couilles en or à l'honorable taulier, mais tu fais fonctionner les turbines. Et donc diminuer ma facture d'électricité. Vive les fêtards rosbifs...

Écrit par : Géo | 18/01/2009

@ Victor:
"Chamberlain, si mes souvenirs sont intacts, était un anglais."
Et puis? Daladier etait francais. Et la, on ne parle que de ceux qui o9nt negocie avec Hitler. On pourrait parler des collabos, de Petain a Antonescu.
Je pense que le nombre de pays ayant eu des collabos doit etre similaire au nombre de payx que compte l'Europe. Alors, cibler Harry parcequ'un autre Britanique a signer un accord avec Hitler, je trouve l'argument faible, tres faible

Écrit par : Carl Schurmann | 19/01/2009

J'adore Jeremy clarckson! Je ne roule pas en voiture et n'aime donc pas 'Top Gear', son emission automobile.
Peut-etre en France il n'est connu que pour cet emission automobile, mais moi je le considere comme un mec super intelligent, et tellement marrant que j'ai parfois mal a la poitrine de rire, juste en lisant ses colonnes du journal 'the Sun' tout les samedis. Il n'est pas racistes, ni anti-gay ou anti-suisse, c'est juste que le type y dit tout haut ce que les gens on pas les couilles a dire. Par example quand il dit que il a horreur d'aller au mac do ou au snack a londres parce que les employees ne parle pas l'Anglais. Ou quand il dit a une audience en australie , 'Nous en Angleterre on a un Ecossais idiot a un oeil en charge du pays! en parlant de Gordon Brown.
Evidemment apres ca il a eu la communaute de mal voyant a son cul, Ahhahahahahah moi J'adore ce type, comme des millions d'autres personnes ici en Angleterre.

Écrit par : Bryan | 13/06/2009

Les commentaires sont fermés.