09/03/2009

Le Figaro et Auschwitz

En passant devant le château de Chillon, j’expliquais à un ami en visite qu’on avait pensé à le raser pour faire passer le chemin de fer, il y a cent ans. Face à l’énorme bâtisse, l’idée paraît aujourd’hui aussi absurde que sacrilège : s’attaquer à des murs de 5 mètres d’épaisseur qui ont tenu bon durant 8 siècles, pour le seul plaisir de faire passer des touristes anglais en route vers les palaces de Zermatt. C’est qu’alors on n’entretenait pas le même rapport avec le passé. Ce rapport était vivant, quotidien, on ne ressentait donc pas le besoin d’en conserver des traces matérielles. On vivait comme son grand-père, on respectait les mêmes traditions et on connaissait dès son jeune âge l’endroit du cimetière l’on irait reposer plus tard, à côté de plusieurs générations portant le même nom.

Serge Klarsfeld, le célèbre « chasseur de nazis », a récemment fait des déclarations étonnantes et très représentatives de notre époque. Il s’inquiète de la détérioration du camp de Birkenau, particulièrement des baraques en bois où dormaient les prisonniers qui, on s’en doute, n’avaient pas été construites pour durer 60 ans et plus. Soulignant qu’il s’agit du dernier camp de concentration nazi presque complet, Klarsfeld pense que sa conservation représente une chance inouïe pour les générations à venir de comprendre, se souvenir, réfléchir à la Shoah. Un budget, à répartir sur quelques pays européens, est d’ailleurs prononcé : 120 millions d’Euros, pour maintenir lesdites baraques, et aussi trouver des moyens de conservation pour les tas de cheveux, de chaussures et de valises qui ont tendance à tomber en poussière face aux manipulations des quelque 1,3 millions de visiteurs annuels.

Pour louable et compréhensible qu’elle soit, je ne crois pas que cela soit une bonne idée. D’abord, parce que ces monuments sont l’œuvre de ce que la Terre a porté de plus effroyable dans l’humanité et que la destruction du mal passe aussi par des actes, passifs ou actifs. Une ruine, lente mais inéluctable, de cette architecture de l’horreur me semble autrement plus symbolique et efficace que sa conservation à tout prix. Même si elle peut servir à des fins pédagogiques, cette conservation me semble être aussi, d’une façon particulièrement perverse, une espèce de victoire des bourreaux sur les victimes, incapables d’en détacher leurs regards à jamais ébloui. La visite du camp de Westerbork, en Hollande, qui n’est plus qu’une clairière dans une forêt d’épicéas, m’avait profondément marqué par l’absence de toute trace. On était seul face à ce vide sacré, de toute façon incompréhensible pour celui qui n’y est pas passé, et il y avait quelque réconfort à savoir que, précisément, tout avait été détruit.

L’autre raison de ne pas conserver Birkenau à tout prix est plus désespérée. On n’a bien vu que toutes les preuves matérielles n’empêchaient pas les cuistres par milliers de remettre en doute, au nom d’une supposée science, la vérité historique. Comme certains doutaient encore, dans les années 60, de l’innocence de Dreyfus. Les cuistres ne voient que ce qu’ils veulent bien voir et même si tous les camps de travail et tous les camps d’extermination nazis étaient encore debout, ils nous abreuveraient quand même de leurs questions arithmétiques macabres. Ce ne sont pas quelques baraques en bois qui sauveront la mémoire des milliers d’innocents qui y sont passés.

La mémoire de ces victimes doit être défendue becs et ongles, sous peine de quoi c’est une seconde mort qui les menace. Mais il me semble parfaitement garanti que cette mémoire existe et survivra toutes les attaques qu’elle subit de la part de ces esprits malades et criminels, parce que, au bout du compte, la vérité trouve toujours son chemin à travers les mensonges. L’histoire de la femme de Lot, dans la Genèse, me semble pleine d’enseignements pour la présente situation. Se retournant sur Sodome en flammes, c'est-à-dire sur un passé corrompu, pleine de nostalgie et de regrets, elle se fait transformer en statue de sel, immobile et stérile. Et c’est un peu ce qui menace notre époque qui, au lieu de se souvenir et de réfléchir, préfère toucher quelques planches et quelques briques pour ressentir un frisson fugace et probablement inutile. Il faut laisser les morts reposer en paix et s’en souvenir. Et la meilleure façon de le faire, c’est de commencer par laisser s’écrouler, lentement, le lieu de leur martyre.

09:23 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (18)

Commentaires

Entierement d'accord avec vous. Et specialement pour votre analyse d'une victoire posthume des Nazis a travers la preservation du monument qui represente le plus ce qu'ils etaient ou tout de moins ce en quoi ils croyaient.
Je pense en effet que les negationistes pourront toujours trouver des idiots prets a croire que ces camps ont ete construits apres la guerre par les Russes, les Americains, les Juifs eux-memes voire meme des Martiens, pourquoi pas, le tout afin de discrediter les Nazis qui, en fait etaient des enfants de coeur innocents. D'autres continueront, comme vous le dites, a faire des calculs en multipliant le nombre de becs de douche par le nombre de minutes qu'il faut pour mourrir du gaz afin de calculer que, NON, c'est faut, ce ne sont pas six millions de Juifs et onze millions de victimes en tout, mais plutot cinq millions ou quatre et demi. Peu importe au fond. Ce chiffre n'a rien de sacre. C'est une approximation qui donne une echelle. Mais de fait, le seul fait d'assassiner ces gens a cause de leur religion, ethnie ou appartenance sexuelle, est en soit une monstruosite, surtout lorsqu'elevee au niveau institutionel. Une seul victime rend le regime criminel. Alors se battre entre cinq, six ou sept millions, cela n'a strictement aucun interet, si ce n'est pour certains de creer le doute pour leur agenda cache.
Pour en revenir a nos moutons, je pense qu'un monument faisant office de pierre tombale collective serait plus appropprie. Je doute en effet que les victimes de la Terreur aient souhaite etre enterree sous une Guillotine qui soit entretenue.
Mais peut-etre cette volonte de garder cet endroit peut-il est quelque part identifiable a une forme de masochisme, un peu a l'image de l'Eglise qui collectionait les morceaux de la croix ou le Christ est mort agonisant (meme des fausses puisque je crois me souvenir que tout les petits morceaux de la vraie croix pourrait servir a fabriquer cinquante croix).
Enfin il y a l'explication qu'il faut conserver la memoire pour que cela ne recommence jamais. Le Rwanda parmi beaucoup d'autres exemples montrent bien que la lecon n'est jamais apprise.

Écrit par : Carl Schurmann | 09/03/2009

Monsieur, nombres de malheureuzx périrent dans ces lieux sordides... Il est légitime de conserver ces endroits intactes pour le travail de mémoire, mais également comme "Mausolé Sacré" pour toutes ces âmes arrachées à la vie de façon si brutale et inhumaine...
La symbolique d'une ruine eut été certes efficace pour marquer les esprits sur un autre temps...mais sommes nous vraiment dans un autre temps...?
NE JAMAIS OUBLIER, OUI !

Écrit par : mur | 09/03/2009

"Pour en revenir a nos moutons"
Image quelque peu fâcheuse...
C'est néanmoins celle que me rappelle la lente invasion de l'Europe par l'islam. Les Juifs aussi se laissaient embarquer dans leurs wagons à bestiaux par les représentants de l'Ordre. "J'ai confiance dans les Lois de mon pays !" pensaient-ils tous. Même mis à nu pour aller prendre une douche de désinfection.
Aujourd'hui, on peut écrire tout ce que l'on sait, mettre sur Youtube la vidéo de Khadafi à Tombouctou déclarant tranquillement que dans quelques années, toute l'Europe sera musulmane, montrer des enregistrements de prêches anti-occidentaux d'une violence extrême dans les mosquées de Londres, démonter tous les moyens que les musulmans déploient pour rendre ineffectives nos lois, les moutons inlassablement nous disent et nous répètent qu'il faut faire confiance dans nos représentants de l'Ordre. Même quand ils seront musulmans...

Écrit par : Géo | 09/03/2009

Garder, conserver, mémoire oblige. Sinon rien n'a de sens...

Soulever la question sur la nécessité de préserver cet endroit de sa détérioration c'est presque remettre en cause l'utilité de sa préservation.

Même si l'horreur ne peut être imaginée par ceux qui ne sont pas passés par là, une visite dans ces lieux contribue à une certaine prise de conscience.

Sinon, rien n'a de sens...

Écrit par : Igor | 09/03/2009

La question fait-elle sens ? Quoi de plus indécent que de dépenser 120 millions de jenesaisquoi pour préserver Auschwitz ? DL a parfaitement résumé la situation : quoi qu'on fasse, quoi qu'on dise, il se trouvera toujours des pervers polymorphes pour essayer de nier, envers et contre tout. Leur cas relève de la psychiatrie. Soviétique, si possible.

Écrit par : Géo | 09/03/2009

Monsieur Laufer, vous ne nous dites pas tout, ou à mots couverts, sur le "passé" du château de Chillon?

Les Juifs ont été persécutés et massacrés au moyen âge, seuls de récents documentaires nous l'ont rappelé? Hitler a reproduit le même schéma avec des moyens plus sophistiqués...Auschwitz-Birkenau c'est Hitler transformé en statue de sel, pour l'horreur qu'il a laissé derrière lui, c'est la MEMOIRE DU PLUS JAMAIS CA! Auschwitz-Birkenau est classé au Patrimoine mondial de l'Unesco. Il doit être entretenu et non pas le laisser tomber en ruine. C'est un lieu essentiel qui se doit d'être conservé. Les cuistres ne voient que ce qu’ils veulent bien voir (sic) Et Alors? Vous faites cas des brebis galeuses? C'est elles qu'il faut combattre au nom des SIX MILLIONS de Juifs exterminés au nom de l'antisémitisme et qui lui, n'est pas mort!

Ces mêmes cuistres nient le 11 Septembre qu'ils disent être une manipulation des Etats-Unis et des Juifs! Quelques mois avant le 11 septembre, Al Quaïda avait projeté un attentat qui visait la Cathédrale de Strasbourg et le marché de Noêl. Il a été déjoué par les services secrets français, et rendu public après celui des Tours Jumelles. Croyez-vous que les cuistres n'auraient rien eu à redire?

Écrit par : Patoucha | 10/03/2009

@Geo: Mon expression etait peut-etre en effet mal choisie, mais je puis vous assurer qu'il n'y avait aucune arriere pensee. Je voyais que l'idee que je poursuivais sortait un petit peu du sujet et ai voulu y revenir. J'ai dinc utilise une expression qui, pour malheurseuse qu'elle soit dans ce contexte, n'en reste pas moins une expression courante.
@Patoucha: Je suis curieux de savoir ce que vous insinuez sur la part d'histoire du Chateau de CHillon que David Laufer nous cacherait. Quand au besoin de preserver Auschwitz pour le "Plus Jamais Ca", justement, ca ne marche pas et je citais plus haut le seul exemple du Rwanda mais il y en a eu beaucoup d'autres (Darfour, Cambodge,...).
Mais, plus prosaiquement, su un proche a vous venait a mourir d'une maniere violente (a Dieu ne plaise!), vous la reppelleriez-vous dans son agonie ou plutot avec un sourire lors d'un moment heureux partage?
Je pense justement que preserver cette horreur de la meme maniere que nous preservons les cathedrales ou les Temples Grecs a quelquechose de pervers et/ou de masochiste.
Cela etant, chacun est libre de voir la chose comme il l'entend.

Écrit par : Carl Schurmann | 10/03/2009

Il est tout à fait honorable de se pencher sur les conséquences de la Shoah d’une part pour que ça ne recommence pas et pour ne pas oublier. Encore que cela avait recommencé dans les Balkans mais en plus modeste si le puis dire, donc ce rappel constant de la sinistre histoire de l’Europe de la première moitié du 20ème siècle n’est pas superflu.
Mais ce qui est à déplorer c’est que pendant que l’on rappel à longueur d’année les crimes nazis on semble oublié ceux des communistes ce qui est étrange car Staline a fait plus de mort dans sont pays qu’ Hitler ( voir les livres d’Alexandre Soljenitsine ou le livre noir du communisme Stéphane Courtois)
Je rappellerai tout simplement le massacre par famine de 6 millions d’ukrainiens et là aussi très curieusement on en parle très peu comme si l’on voulait discrètement faire oublier ces crimes perpétrés par les communistes. Et ce communisme existe bien toujours de par le monde particulièrement en France alors que le nazisme a pratiquement disparus.
Un autre drame dont on ne parle presque plus c’est le massacre de Katyn en Pologne où les communistes on massacré ignominieusement 25000 officiers polonais et que Staline avait essayé aimablement de mettre sur le dos des nazis. C’est pourtant un drame qui a été porté à l’écran de façon magistral par un metteur en scène polonais connu Wajda.
Ce film a même eu un prix spécial au festival de Cannes et une fois de plus très curieusement il n’a pas été distribué en France sauf discrètement dans quelques salles d’art et d’essai à Paris!!!???
Et je vous défi du moins en France de vous le procurer. A la Fnac niet, je me suis même engueulé avec un vendeur qui niait ce fait historique. A la médiathèque de ma ville le film est bien dans les catalogues mais impossible de l’obtenir curieusement on ne le trouve plus. !? J’ai essayé un tas de sites sur internet, il est aussi répertorié mais impossible de le louer ou de le télécharger ou de l’acheter.
Motus, circuler il n’y a rien à voir. Ceci est extrêmement irritant d’autant plus que 10% de la population en France rêve de nouveau d’un grand soir et Besancenot a déclaré que l’on devait recommencer les expériences du 20ème siècle et que la crise actuelle est une très bonne opportunité pour refaire une révolution à la française. Je n’invente rien ce sont ses termes.
Pas étonnant que l’on ne peut pas mettre la main sur ce film « Dans la forêt de Katyn ».

Louis Hervé

Écrit par : hervé | 10/03/2009

L'Histoire contemporaine sert d'outil idéologique et politique et seuls les idéologues ont droits à la radio /télévision. Il y avait deux totalitarismes qui décimaient ou prévoyaient de décimer en 1933: le communisme et le nazisme, les faits sont incontestables.
En plus d'être une affaire d'idéologues c'est une affaire d'hommes, de mâles j'entends, les femmes dérangent les idéologues probablement. Dans toute la pseudo révision de l'Histoire de la Suisse pendant la SGM, qui peut me citer une seule historienne qui serait intervenue ?
On me dira que ça n'a pas grand chose à voir avec le sujet. Si quand même, car si l'on prenait vraiment conscience de l'imbrication de la politique et de l'enseignement de l'Histoire contemporaine, on aurait beaucoup plus d'arguments pour clouer le bec aux négationnistes. Le fait de dissimuler le massacre de Katyn,comme l'a montré Louis Hervé, démontre parfaitement que l'Histoire contemporaine est un réservoir inépuisable de faits que l'on trie et que l'on présente selon ses affinités idéologiques.

http://www.livresdeguerre.net/forum/sujet.php?sujet=1091&surl=katyn

Écrit par : Christian Favre | 11/03/2009

Katyń n'est pas disponible sur le web ?

http://www.dailymotion.com/playlist/xtjtn_mart86_katyy

Pour un film paru en 2007 en Pologne, il n'est pas si étonnant qu'il ne soit pas très diffusé. Combien de films polonais sont projetés chaque année sur les écrans de votre ville, Louis ? Pas besoin de soupçonner des raisons idéologiques, la loi du marché, un autre nom pour désigner le conformisme et la frilosité des gens d'affaires, suffit à tout expliquer.

Quand à prétendre que le massacre de Katyń soit occulté, c'est une plaisanterie. Il fait partie des poncifs du discours anti-bolchévique depuis des lustres ; impossible de parcourir un ouvrage sur le sujet sans l'y trouver et même les anticommunistes les plus ignorants en ont entendu parler.

Il est curieux du reste que ceux-ci reviennent toujours à une tuerie relativement secondaire dans la liste des méfaits du soviétisme, et passent sous silence d'autres évènements qui serviraient bien mieux leur argument, comme la G'olodomor... Tout se passe comme si la raison primitive de la popularité de Katyń venait de ce qu'on l'ait attribué d'abord à l'Allemagne avant de se réviser, correction qui donne l'occasion, pour une fois incontestable, de comprimer le chiffre des victimes du Reich.

Je ne prétends pas bien sûr que tous les protestataires historiques qui brandissent un massacre d'officiers dans une forêt polonaises soient des négationnistes sublimés. Mais c'est peut-être bien la cause de l'intérêt initial que ce massacre a suscité dans certains milieus pseudhistoriographiques, avant qu'il ne soit repris par d'autres cercles animés d'autres raisons.

Écrit par : stéphane staszrwicz | 11/03/2009

Louis Hervé a parlé de la FNAC et moi de l'enseignement de l'Histoire contemporaine et j'ai mentionné une adresse du net sur le sujet. L'immense avantage des forums d'Histoire est que les intervenants sont de toutes les tendances politiques, il n'y a donc pas cette orientation que l'on constate dans l'enseignement et la diffusion de l'Histoire contemporaine qui nuit considérablement à l'impartialité. Voici trois adresses:

http://www.livresdeguerre.net/forum/forum.php

http://www.passion-histoire.net/search.php?search_id=active_topics

http://www.39-45.org/search.php?search_id=active_topics&sid=087d1ed01d4f8c2ce96d4891f0fef42c

Écrit par : Christian Favre | 12/03/2009

Cher Monsieur,

Bel article sur Birkenau et sur la mémoire. Félicitations!

Écrit par : J.-F. Cavin | 12/03/2009

A Stephane Staszmrcz

Tout à fait d’accord que l’on ne vit pas dans des régimes d’intolérance mais ce que je voulais dire c’est qu’il existe pour certaines choses une censure implicite. Essayez par exemple de vous fournir des œuvres de Céline plus ou moins antisémites, vous n’y arriverez pas alors qu’il n’existe pas de censure officielle. Bien sûr si on est un spécialiste d’œuvres rares ou insolites, on finit toujours par y arriver en perdant beaucoup de temps. Mais pour le vulgum populéum qui est pressé, qui parcourt superficiellement le panel des possibilités de recherche, s’il ne trouve pas rapidement, il abandonne. C’est le but recherché et c’est justement ce à quoi veulent en venir les idéologues de tous poils tapis dans l’ombre pour arriver à leur fins. Bon je ne pousserai pas le ridicule jusqu’à évoquer l’apparition d’une nouvelle cinquième colonne, cela commencerait à faire fada !!
Mais tout de même comment vous vous expliquez que le film de Wazda qui a eu un prix spécial à un des festivals de Cannes n’a pas été distribué en France sauf en catimini. Pourquoi ne voit-on dans les média pratiquement que des émissions traitant de la Shoah et pratiquement rien sur les crimes des communistes, « Nuit et brouillard » aucun problème. Pourquoi dans les Fnac Katyn est inconnu ?. Pourquoi en France il y a une telle propagande sur le réchauffement de la planète et aucune contre partie des thèses opposées et on pourrait continuer les exemples. Il y a une nette volonté d’orientation de l’opinion dans beaucoup de domaines véhiculée par les médias dont on ne se rend même pas compte.
Je suis allé sur plusieurs sites internet pour essayer d’acheter le film « Dans la forêt de Katyn » impossible peut être faut-il déployer un trésor de patience pour y arriver. On trouve un livre mais non le film. Il y a encore tellement de communistes en France surtout chez les intellectuels qu’il n’y a rien d’étonnant, heureusement qu’internet est international ce qui contrarie beaucoup les milieux d’influences.
Merci pour avoir communiqué le site sur Katyn.

Louis Hervé

Écrit par : hervé | 12/03/2009

Carl Schurmann @Patoucha: Je suis curieux de savoir ce que vous insinuez sur la part d'histoire du Chateau de CHillon que David Laufer nous cacherait. Quand au besoin de preserver Auschwitz pour le "Plus Jamais Ca", justement, ca ne marche pas et je citais plus haut le seul exemple du Rwanda mais il y en a eu beaucoup d'autres (Darfour, Cambodge,...).

Demandez-le à Monsieur Laufer! Il saura mieux que moi vous relater ses heures sombres.

(...)sous une Guillotine qui soit entretenue.

Vous avez un "humour" bien particulier car réduire Auschwitz à une Guillotine c'est avouer son ignorance du lieu et de son importance. Vous devriez aller le visiter et vous saurez ainsi ce qu'il représente pour les témoins encore vivants.

Où est le rapport avec le Rwanda, (Darfour et le Cambodge,...) et l'extermination méthodique de six millions de Juifs? Hitler a fait la guerre au peuple Juif qu'il voulait rayer de la planète! Ils ont eu une mort atroce, sans parler des humiliations du port de l'étoile jaune et des exactions qu'ils ont eu à subir! Quel fâcheux amalgame vous faites là!

Écrit par : Patoucha | 03/04/2009

@Patoucha: "Demandez-le à Monsieur Laufer! Il saura mieux que moi vous relater ses heures sombres."

Que voulez-vous dire, exactement ?

Écrit par : Carl Schurmann | 08/04/2009

Je suppose que Patoucha fait référence à ces juifs qu'un duc de Savoie a fait enfermer et questionner à Chillon en 1348 parce qu'on les soupçonnait de causer délibérément la pestilence en empoisonnant les fontaines. Les aveux qu'on leur a extorqués ont débouché ensuite sur des massacres dans les environs.

Écrit par : stéphane staszrwicz | 08/04/2009

stéphane staszrwicz : Excellente mémoire! Je faisais effectivement référence à aux massacres de ces malheureux juifs innocents accusés de tous les maux dont la peste noire!

Et j'en profite pour corriger ".....qu'ils ont eues à...

Écrit par : Patoucha | 10/04/2009

Que l'Europe occidentale ait passé outre comme chat sur braise au film "Katyn", n'a rien d'étonnant. Cette oeuvre est un pied de nez à tout le théâtre du droit humanitaire, si sûr de sa moralité ...
La Pologne serait pourtant habilitée à demander un procès des responsables de l'acte génocidaire commis en 1940 à quelques jets de pierre de Smolensk, qu'un Barbie, ou plusieurs, soient jugés. Veto de Moscou, qui en fait une affaire de poupée russe. Alors pour Londres, Paris, Berlin (a fortiori), le courageux film de Wajda ? Connais le moins possible. A la trappe donc les légitimes revendications que formule - à travers les images cinématographiques insoutenables d'un combat mémoriel perdu d'avance - un peuple (européen) au nom d'une identité nationale que lui dénient ses plus proches partenaires : ils ne veulent pas comprendre qu'il y va d'un honneur patriotique bafoué. C'est une ignominie.

Écrit par : Glauser Daniel | 24/11/2009

Les commentaires sont fermés.