16/11/2009

The Guardian et l'anonymat des blogs

Je déteste les bals masqués. J’aime bien boire, danser, écluser des petits fours et raconter des âneries à la cantonade, mais si possible sans turban, fausse moustache ou bicorne. J’ai la chance d’avoir un nom facile à prononcer dans toutes les langues et un casier judiciaire (encore) vierge et ne vois donc aucune raison de dissimuler quoi que ce soit de mon identité, même pour rire. Chaval, dessinateur et dépressif de génie, résume exactement mon sentiment avec ce croquis d’un homme penaud, habillé en toréador sur un trottoir parisien avec ce titre : « Personnage folklorique attendant impatiemment l’arrivée des autres ».

Depuis les années soixante, les autres sont arrivés et sont désormais la majorité dans cette grande célébration folklorique qu’on appelle Internet. Sur une grande quantité de sites que je visite, on me demande de créer un pseudo. Avec les années, j’ai fini par établir un choix d’environ six pseudos, liés à une égale quantité de passwords. Et le résultat est toujours aussi affligeant puisque je reçois tous les jours des emails marketing qui me saluent en commençant par un claironnant « Bonjour bitenbois ! ».

Mais les champions toutes catégories de l’anonymat sur le net, ce sont les blogs. Auteurs et commentateurs se lâchent complètement dans un délire de pseudos à clés, à tiroir et à vapeur. Autant de nuages de fumée pour masquer autant de vies anonymes que cet anonymat virtuel est sensé briser, l’espace d’un instant. On argue volontiers que cet anonymat protège son auteur, dans son travail, dans sa famille ou dans son miroir. Mais alors, ce n’est plus de l’anonymat. L’anonymat, c’est ce dont souffrira pour toujours l’architecte de la Mosquée de Cordoue et non pas celui, hélas, de la gare de Lausanne.

Comment qualifier alors ce mouvement de l’âme qui fait que des millions d’internautes ne tapent non pas, dans la case réservée au nom, Blaise Ducret mais Cléopâtre ? L’histoire que rapporte le Guardian de ce jour m’instruit un peu. Depuis 2003, l’une des blogueuses les plus accomplies du Royaume-Uni s’appelait Belle de Jour. Elle racontait comment, pour payer ses études, elle s’était adonnée à la prostitution pendant quelques mois. Son histoire avait tenu en haleine des dizaines de journalistes, des livres avaient été écrits, et vendus. Un film avait été produit mais toujours, on ignorait tout de Belle de Jour. Un homme ? Un écrivain célèbre ? Un scam ? Jusqu’au dimanche 15 novembre 2009 où le monde a appris que Belle de Jour était le docteur Brooke Magnanti, 34 ans, de Bristol.

Brooke raconte dans un entretien qu’elle ne regrette rien de son expérience, qu’elle a fait cela pour payer son PhD, qu’elle n’a honte de rien. En d’autres termes, elle offre absolument toutes les raisons de penser, d’être certain que son anonymat n’était rien d’autre qu’un jeu, un frisson facétieux, et non pas une protection nécessaire. Une double vie donc, banale comme celle des nombreux clients de Brooke qui trompaient leurs compagnes en se procurant surtout l’illusion d’avoir trouvé dans ce mensonge une certaine forme de liberté.

Et en se servant de protection à mauvais escient, Brooke contribue à saper le genre. Parce que cette dissimulation n’est rien d’autre qu'un abus supplémentaire de l’extraordinaire liberté d’expression qui est offerte sur Internet. Déjà la presse écrite agonisante est prête à recadrer la toile en y introduisant ses vieux codes institutionnels, sa censure et sa non-gratuité. Le jour où cette liberté d’expression se fera cadenasser, Brooke et ses imitateurs préfèreront accuser Murdoch, plutôt que d’admettre qu’ils se sont servis de l’anonymat pour en sortir.

 

00:38 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (58)

Commentaires

Vous mettez plein dedans le problème sans le voir. Pour un bobo qui se prostitue pour payer son PhD et qui peut l'assumer (question : jusqu'à quand ? qu'en penseront ses petite-filles dans un monde futur redevenu rigoriste ?), combien d'autres qui sont engagé dans une vie professionnelle ou affective à tiroirs dans laquelle on ne peut se lâcher complétement ?
Que va dire le patron de votre banque s'il sait que vous êtes un adversaire acharné des bonus, et donc du sien ? Ou si vous défendez l'initiative contre les minarets, alors que ce n'est pas du tout dans la ligne politique fortement suggérée de la banque ?
Je sais pourquoi vous vous en prenez une fois de plus aux pseudos. Vous êtes un multiculturel à condition que tous les autres pensent et s'expriment dans vos codes, et dans le même sens que vous. Voir dans le genre l'interdiction de l'affiche anti-minarets à Lausanne et le déluge de commentaires jamais fondés faits sur cette affiche : racisme, où ça racisme ? C'est une affiche qui dénonce les minarets et la burqa. Parlons de mauvais goût éventuellement, de style des années trente, mais il y a tellement d'autres exemples de mauvais goût...
Ceux qui s'expriment en faveur de l'initiative contre les minarets étant par définition des cons, vous n'allez guère vous soucier de leur liberté d'expression. C'est la grande complainte des journaleux qui râlent qu'ils ne sont plus seuls à pouvoir s'exprimer dans leurs éditoriaux où ils prenaient un malin plaisir à exprimer leur avis bien paradoxal (sensu strictu). Les Musulmans sont bienvenus chez nous ! C'est comme cela et fermez vos gueules !
Et la lettre de protestation de lecteur dûment signée parait trois semaines plus tard, parfaitement hors contexte. Ah qu'elle était bien huilée, la belle mécanique d'autrefois...
Et c'est ainsi que naissent tous les totalitarismes, défendus par ceux qui en profitent. les journalistes tels que vous, en l'occurrence. En fait, vous nous faites une poussée de boutons corporatiste.

Écrit par : Géo | 16/11/2009

Et tiens, puisque j'ai encore du temps devant moi. J'ai passé les trois derniers jours à distribuer des cartes de visite à mon nom à des gens qui ont vraiment une culture très, très différente de la nôtre. Mais pas au point de ne pas avoir subitement la bonne idée de googeliser ce nom...
Alors, cela m'étonnerait que qqn comme vous, en bon gradski debil qu'il est, ne sache pas à quel point les différences culturelles ne se relèvent pas en deux coups de cuillères à pot. C'est déjà difficile d'expliquer quoi que ce soit à la majorité des intervenants des blogs 24 heures/tdG qui ne soit pas un point de vue de gauche ou d'extrême gauche. Pour la majorité des commentateurs, l'extrême droite commence avec tout ce qui est un peu à droite du PS. (Parti Socialiste, pas l'autre allumé politiquement hyper-correct...). Le pays où je suis est un des plus identitaires au monde, et je vous mets au défi d'y aller en touriste seul. Mais tous ses habitants seraient très choqués que je puisse avoir envers eux chez moi en Suisse le 1/100ème des réserves qu'ils ont à mon égard ici.
Et pour illustrer le propos du commentaire précédent, lisez le billet de J-N Cuénod. Imaginez qu'on ne puisse rien répondre à ces cocoricos débiles...

Écrit par : Géo | 16/11/2009

@ Géo: excellent: La gouaille du clavier de Monsieur Laufer, le champion du "moi je" me fait un peu penser au rédacteur en chef de la Pravda! Ce monsieur attend que tout ceux qui ne sont pas de gauche, sont selon votre vocabulaire et celui de vos adeptes des chemise brunes, des nazis, des fachos, des cons, des péouses... Vous et vos amis insultés des centaines de milliers de Suisse et vous attendez qu'ils la ferme! Une des CN les plus microgène a aussi un blog dans 24heures, mais il est unidirectionel, car toujours fermé. Cet esprit d'ouverture en dit long sur l'ésprit démocratique qui l'anime!
Acceptez enfin que tout le monde n'à pas le bac+10 (heureusement)! Il est évident que si vous étiez aussi bon que vous pensez, fait votre site bien à vous et ne venez parasitez les sites porteurs offert aux lecteurs!

Écrit par : Tell Quel | 16/11/2009

C'est marrant, car on est tous censé savoir ce qu'est un PHD ? C'est trop difficile de parler un tant soi peu français ?

Écrit par : Djinius | 16/11/2009

Djinius (cela vient de Genius, n'est-ce pas ?)@ En haut à gauche de votre écran, il y a une petite fenêtre, à droite du mot Google. Vous tapez PhD et sur "Enter" et vous obtenez ça :
"Le philosophiæ doctor (ou doctor philosophiæ ; en français, docteur en philosophie ; en anglais, doctor of philosophy ou en abrégé Ph.D. ou PhD) est, dans le système universitaire anglo-saxon, l'intitulé le plus courant d'un diplôme de doctorat. Le terme philosophie est utilisé dans son sens antérieur au XIXe siècle et désigne ici l'étude générale des connaissances."

De rien, ce fut un plaisir...

Écrit par : Géo | 16/11/2009

Merci Géo,
Donc, tant qu'à faire, autant écrire "doctorat" ...

Écrit par : Djinius | 16/11/2009

La lecture de la prose de Monsieur Laufer est très "rafraîchissante"!

Afin d'illustrer son propos "anti-pseudo", ce Monsieur nous décrit une image produite par un humoriste. Il nous indique que le dessinateur se nomme Chaval... Rien d'autre qu'un pseudo!
Son vrai nom était Yvan Le Louarn, mort en 1968. Il était probablement un Chaval de Troie ce qui lui a permi d'infiltrer subrepticement le monde des oiseaux, puis de publier "Les Oiseaux sont des cons".
Après lecture de la prose du Monsieur ci-dessus qui se nomme... Heuh! Attendez... Puis au fait, bof, on s'en tape...
Donc, après avoir lu la prose ci-dessus et le titre que Chaval a donné à une de ses oeuvres, on comprend pourquoi il dessinait sous le pseudo de Chaval.
Ben oui! Sinon, sous son vrai nom, il aurait subit la vindicte puis la vengeance de ces cons de volatiles. Un peu comme dans la nouvelle de Daphné du Maurier qui a inspiré Alfred Hitchcock et son film "Les Oiseaux".

Signé Père Siffleur, un pseudo qui cache un certain Jean-Claude Bouille.

Et Bouille n'est pas un pseudo!... Dommage, ça aurait pu!
Pour le reste de mon état civil inutile de chercher sur FaceBook, je n'y suis pas, ou alors à l'insu de mon plein gré comme disait un cycliste dont j'ai aussi oublié le nom.

Écrit par : Père Siffleur | 16/11/2009

"Donc, tant qu'à faire, autant écrire "doctorat" ..."
Bon, chacun son style. J'aurais par exemple pu écrire débile des villes pour gradski debil, mais cette formule, qui nous vient du beau-père même de l'auteur, me charme particulièrement. On a ses petites marottes, avec l'âge.

Écrit par : Géo | 16/11/2009

Monsieur Géo,
Vraiment désolé. J'ai totalement oublié de mentionné votre apport à ma "notoriété" frelatée puisque sous pseudo.
Donc, je répare cet oubli en vous présentant mes salutations illuminées. Voilà:

À tous,
Lorsque Géo dit:
" ... Parti Socialiste, pas l'autre allumé politiquement hyper-correct..."

L'allumé (PS), c'est Père Siffleur.

Heureusement que j'ai un pseudo! Sinon Géo n'aurait pas été en mesure de faire sa pertinente remarque. Vous voyez que ça peut servir les pseudonymes! Bien que je n'ai aucune crainte: avec JCB il aura tôt fait de me trouver un équivalent!
Il y aurait bien "Jeune Con Bigleux"... Seuls ennuis, je ne suis pas jeune et si je suis louche, je ne louche pas!... Sauf peut-être après le petit-déjeûner et le 12 ans d'âge! (Cette dernière remarque à l'attention exclusive de Géo l'irremplaçable.)

Écrit par : Père Siffleur | 16/11/2009

Il y a bien longtemps que nous avons compris que pour vous, mieux vaut une mauvaise pub que l'anonymat. Et comme je n'ai pas l'attention d'en faire de bonnes pour vous, cela tombe bien.

Écrit par : Géo | 16/11/2009

"en se servant de protection à mauvais escient, Brooke contribue à saper le genre."
Tou est dit : l'anonymat en soi n'est pas un problème, c'est bien son abus à titre purement gratuit qui est montré du doigt
A partir de là, tout délire de type "Fouyaya on est en pleine dictature gaucho-fasciiiste...on peut plus rien dire, d'ailleurs je risque tous les jours ma vie à tapoter fiévreusement sur mon clavier sous pseudo, moi guerrier masqué du politiquement incorrect" tombe à peu près à plat.

PS : PS, j'admire votre gouaille, on sent poindre chez vous, PS, un amour du PS qui se cache souvent dans vos PS

Écrit par : Tapioca | 16/11/2009

Merci et bravo à David Laufer qui une fois de plus démontre son indépendance et sa curiosité. Avec pertinence et fraîcheur, avec courage et humour, les lignes de ce blog-ci me donnent le sentiment d'une réelle prise d'altitude sur l'énorme phénomène que représente le blog aujourd'hui. Cet anonymat mérite toute notre attention et appelle retenue et sagesse pour en user sans en abuser... Et dénoncer la culture du pseudo, quand il n'est pas une réelle protection d'un danger évident, et la déresponsabilisation où elle conduit, déresponsabilisation qui est aux antipodes de la quête de liberté à laquelle peut prétendre internet.

Écrit par : polo | 16/11/2009

je n'ai pas lu les commentaires, cher David, mais je pense aussi que c'est beaucoup plus transparent "de signer de son nom". The Guardian excelle au sujet des analyses et je visite régulièrement le weekly Guardian.
Pourquoi ne pas assumer la responsabilité de ce que je dis, si la liberté d'expression existe. Merci d'avoir abordé ce sujet. Je reconnais aussi que parfois, dans des situations comme celles de "la Belle du Jour". mieux est d'avoir un pseudonyme.
Claire-Marie

Écrit par : cmj | 16/11/2009

A chacun de dire se qu'il veut et comme il le veut, avec son langage. Finalement, il se qualifie et/ou se disqualifie lui même! L'important est que le message passe.
N'oublions pas que des pays comme, la chine et la corée du nord censure le net!
Les "professionels" du blog n'ont aucuns droits particuliers. Leur avis n'est pas obligatoirement l'avis "universel", le "juste" avis. Le journalisme ne supportent que la communication unidirectionelle, la toile ouvre d'autres scenarios. Et quand on leur dit se que l'on pense, alors là, c'est la consternation. Quant aux pseudos, combien d'artistes en ont utilisés et personne n'en a été effarouché! Chaque internaute à la possibilité de s'informer en temps réel! Le journaliste écrit sont papier et pendant au moins 24 heures, il est muet. Le monologue des journalistes a été remplacé par des dialogues sur le net, plus ou moins enrichissants! Et c'est bien comme ça.

Écrit par : pseudodo | 16/11/2009

Vaudrait mieux parler de ceux qui ne laissent pas les commentaires ouverts pour débiter leurs salades en paix. Là sont les vrais lâches, qui viennent poser leur petit caca éditorial et s'en vont. Complétement contradictoire avec ce qu'est un blog...

Écrit par : Géo | 16/11/2009

Pseudo, du grec pseudé "menteur". C'est nos petites névroses qui se montrent dans ce e.sport. "je vous montre que je me cache"(Davet). Alors que l'anonymat a d'autres fins que le pseudo. Que signifie 'sortir de l'anonymat'? Les questions que soulèvent ce blog renvoient à des jeux de miroirs ... "On argue volontiers que cet anonymat protège son auteur, dans son travail, dans sa famille ou dans son miroir". Etrange.

Écrit par : polo | 16/11/2009

Le problème est parfois encore ailleurs...

Je signe sous un pseudo alors même que je suis prêt à décliner ma réelle identité sans gêne aucune à toute personne me lisant et me la demandant.

Par contre, je me méfie comme de la peste de tout ce qui ressemble de près ou de loin à un robot, en terme plus simple de Google et autres. Et c'est pour cette raison-là que je refuse d'afficher mon nom en toutes lettres ici.

Sinon, quand vous êtes employés d'un seul employeur, que vous avez besoin de conserver votre travail parce que vous l'aimez et qu'il vous permet de nourrir la famille, et que vous savez que votre employeur n'aimerait pas voir votre nom ici, vous avez le choix : vous admettez les limites de la liberté d'expression pour ce quelle est réellement, ou vous y croyez suffisamment pour risquer de vous faire virer, gagner un procès, et ensuite le regretter jusqu'à la fin de vos jours...

Du moment que l'anonymat ne me sert pas à dire des choses que je n'oserais vous dire en face, je ne me sens pas coupable face à vous. C'est de tous les autres innombrables possibles dont je me méfie.

Chaque individu à son histoire et ses raisons, bonnes ou mauvaises.

Bon, pour finir : vous aimeriez le retour des votes à main levées ? Vous n'avez ni rideaux ni stores chez vous ? Votre salaire, c'est combien ?
Moi c'est 67'000 brut par année, tout compris. Vous voyez, mon salaire est pour moi moins important dans mon échelle de valeurs que pour d'autres. Nous n'avons pas tous les même pudeurs, ni pour les mêmes raisons...

Écrit par : Greg | 16/11/2009

Au début que je suis entré dans ce blog j'avais dénoncé inanité des pseudos, le manque de courage de ne pas signer par son vrai nom et bien je me suis fait engueulé comme du poisson pourri!
De toutes façon on a tous les petoches car si j'étais vraiment courageux après mon nom je devrais mettre mon adresse mais on a tous peur de se faire casser la gueule par un grincheux acariâtre au moment où on ouvre sa porte pour aller faire pipi à son chienchien!
Allez les gas tous votre nom et votre adresse après vos interventions du cran! Et on se réuni sur le bord du lac à Vevey pour voir la gueule que l'on a et éventuellement se taper dessus!!

Louis HERVE ( même le prénom hein ! c'est y pas beau! )

Écrit par : HERVE | 16/11/2009

M.Hervé, ce que vous suggérez s'est presque passé ce week-end au pied de la Tour Eiffel comme l'a relaté la presse. Pour se faire connaître une entreprise du net a lancé un rendez-vous au cours duquel seraient distribués 50'000 euros en petites coupures. Ce sont 7'000 personnes ANONYMES(dont certaines ne le sont plus après leur arrestation pour la casse causée) qui ont été déçues par l'annulation de l'événement, les services (publiques) de sécurité étant débordés par le succès de l'opération.
Cette affaire pose de nombreuses questions analogues à celles posées par David Laufer. Je pense aussi au buzz que sait aujourd'hui produire le net et qui opacifie les limites de nos libertés et de nos droits. Ce bourdonnement (buzz) peut avoir des conséquences telles qu'il paraît peu probable que nous évitions un encadrement légal renforcé, surtout quand on découvre les dérapages actuels, dérapages et abus qui comme le souligne bien DL invoquent la liberté d'expression et son pseudo encadrement salutaire. Alors qu'il faut l'admettre, ce cadre est en ruines et le respect qu'il impliquait n'est plus qu'un souvenir, comme l'amour courtois dans la presse porno. Je dis cela sans nostalgie mais avec le souci de dénoncer, à l'instar de DL me semble-t-il, une liberté d'expression devenue caduque et le plus souvent invoquée que pour être outrepassée, coupant l'herbe sous les pieds d'éventuels contradicteurs.

Écrit par : polo | 17/11/2009

Allez hop, j'y vais de ma version de faits: un pseudo parce que ça simplifie les choses et c'est rigolo. Et puis aussi parce je n'ai pas l'intention de devenir un "people". Le but étant le dialogue, ni plus ni moins.

"Parce que cette dissimulation n’est rien d’autre qu'un abus supplémentaire de l’extraordinaire liberté d’expression qui est offerte sur Internet."

Vous êtes pour ou contre la liberté d'expression ? je ne comprends pas bien.

Et puis un liberté, qu'elle soit d'expression ou d'autre chose, ne s'use pas que quand on en abuse, mais aussi quand on n'en use pas.

Écrit par : Fufus | 19/11/2009

A Futus

Non au contraire je suis pour la liberté d'expression mais quand je signe de mon vrai nom je n'ai absolument pas l'impression d'être brimé , question de personnalité.
Est-ce que David Laufer est brimé dans ses dialogues, je n'ai vraiment pas l'impression, je crois même qu'il doit habiter à Vevey ,il l'a plus ou moins fait comprendre. Pourquoi seul l'auteur d'un blog devrait signer de son vrai nom pendant que les autres se pelotonneraient dans un anonymat bien douillé et bien planqué.
D'ailleurs quand on prend la parole dans une conférence pour émettre ses idées à l'occasion d'une question on ne se met pas une cagoule sur le tetiau ou on ne s'habille pas en burka pour le faire!!

Louis Pierre François HERVE ( tous les prénoms du livret de famille c'est y pas beau ça!!)

Écrit par : Hervé | 19/11/2009

Merci Louis Pierre François Hervé pour ce commentaire qui résume parfaitement mon sentiment.

David Charles Auguste Edouard Laufer (pas des blagues), de Vevey.

Écrit par : david laufer | 19/11/2009

@Louis Pierre François Hervé et David Charles Auguste Edouard Laufer:

Vous devez envier les portuguais et les brésiliens, ils ont encore plus de noms. ;) Bon, je dis ça, mais j'en ai personnellement aussi 4, prénoms et nom confondus. Je n'en suis ni fier, ni honteux, mais j'ai choisi de ne pas les donner. Vous avez fait le choix inverse, soit. Et bien maintenant assumez et ne venez pas pleurnicher que d'autres ne donnent pas leurs noms, puisque c'est un choix libre que vous avez fait. Et si vous regrettez, vous pouvez du jour au lendemain agir différemment et signer d'un pseudo.

Cela dit je ne comprends toujours pas en quoi cela vous agace de ne pas connaître le nom et prénom officiel de ceux avec qui vous dialoguez. Quand vous demandez l'heure à quelqu'un dans la rue, vous lui demandez aussi son nom et prénom ?

Et aussi je ne crois pas au "recadrage de la toile" de la presse traditionnelle. On passe d'un modèle d'information à un autre. Entre Gutenberg et le web 2.0, il y a un saut définitif. Et si la presse traditionnelle recadrait ses sites, sa clientèle se déplacerait tout simplement. Vers agoravox, ou des sites comme ça.

Écrit par : Fufus | 19/11/2009

« Nom de guerre » (sic) est une expression couramment usitée dans plusieurs pays (dont les USA) pour désigner un pseudonyme. http://fr.wikipedia.org/wiki/Pseudonyme

En ce qui me concerne, cela me correspond assez bien et me rappelle une chanson de Renaud dont voici le premier couplet:

"Ma plume est une arme de poing
mes mots parfois sont des grenades
dans ce monde cruel et crétin
ma guitare est en embuscade
contre toutes les barbaries
contre les silences assassins
le conformisme des nantis
et l'ignorance des gens de rien
car si jamais une chanson
n a jamais fait tomber un dictateur
si la tyrannie et l'oppression
vivent toujours de belles heures
je sais que j'écrirai toujours
comme un acte de résistance
outre quelques chansons d'amour
à l'encre noire de la violence!
c'est pas donné aux animaux
c'est la mission des balladins
que de combattre avec des mots,
et faire de couplets des coups de poing!"

Écrit par : Ngabo | 19/11/2009

Non cela ne m'agace pas du tout, chacun fait ce qu'il veut simplement je trouve que ce n'est pas très poli d'agir ainsi et puis c'est un peu une mode et j'ai tendance à prendre le contre pied des modes car du coup ça m'agace de voir tant de gens s'engouffrer dans toutes sortes de mode sans esprit critique de bêler avec les autres comme des moutons de panurge!

Louis et le reste, HERVE

Écrit par : HERVE | 19/11/2009

@Fufus, je suis peu souvent d'accord avec vos propos mais là, je dois dire que je partage votre avis. Si je signe de mon propre nom et m'affiche même sur mon blog, je comprends parfaitement que d'autres ne les fassent pas, pour un tas des raisons. Géo en a expliqué quelques-unes. Et je pense aussi que la liberté d'expression doit être défendue sans conditions.

@David. Si vous n'aimez pas les bals masqués, si l'ambigüité vous met mal à l'aise, ce n'est pas le cas de tout le monde. Personnellement, cela ne m'intéresse pas de connaître le nom des gens qui participent aux blogs, ni de voir leur tête, puisque je ne les rencontre pas dans ma vie quotidienne. Ce qui m'intéresse, en revanche, c'est ce qu'ils racontent, le sujet de la discussion, leur opinion et leurs arguments. Le reste est anecdotique. Aussi, si vous n'aimez pas les pseudonymes, vous devriez éviter les livres, le théâtre et le cinéma, étant donné le grand nombre d'écrivains et d'acteurs qui ont troqué leur vrai nom contre un masque plus seyant, ou moins attaché à une famille, ou qui fait partie d'une stratégie de contrôle de l'image. Si je parle d'acteurs, et surtout d'actrices, c'est parce que dans l'histoire racontée dans votre billet, le pseudonyme n'est, à mon avis, qu'un des aspects du jeu. Je ne crois vraiment pas à cette histoire. Elle est trop littéraire, trop symétrique, trop dans la ligne d'une série de fantasmes érotiques basés sur l'effet de surprise et le contraste que l'on retrouve facilement dans les films anciens (à une époque dominée par une censure visible). Pour moi cette Belle de Jour est un montage destiné à vendre quelque chose (un film, un livre, un produit dérivé quelconque)qui démontre précisément, toujours à mon avis, le principe chestertonien selon lequel l'exhibition est la forme la plus aboutie du masque, et de manipulation. Soyez 'transparent', les autres n'y verront que du feu.

Écrit par : Inma Abbet | 19/11/2009

Inma : "Aussi, si vous n'aimez pas les pseudonymes, vous devriez éviter les livres, le théâtre et le cinéma, étant donné le grand nombre d'écrivains et d'acteurs qui ont troqué leur vrai nom contre un masque plus seyant."

Oh là, mais ce que vous dites, c'est que Scipion ou Père Siffleur ou 100Blagues sont choisis pour les mêmes raisons que Molière, Chaval ou Jean Ferrat. Ce qui n'a vraiment absolument rien à voir. Le nom d'artiste est le choix que fait une personne à priori publique de se donner une autre identité que celle de son état civil pour des raisons artistiques. Père Siffleur ou Scipion, sans rien dire sur les vrais personnages qui sont derrière, ne risquent rien, ne mettent rien en scène, ne scénarisent rien, et leur deuxième identité est seulement une façon de mettre la première de côté l'espace d'un instant. C'est néanmoins la première qui compte. Pour Molière, le Poquelin qui était en lui était minoritaire.

On ne peut pas tout mettre sur le même pied, comme le tente d'ailleurs Père Siffleur un peu plus haut, avec sa touchante et habituelle maladresse.

Écrit par : david laufer | 19/11/2009

Les raisons pour prendre un pseudonyme ne sont pas importantes. L'essentiel est que la possibilité d'écrire sous un nom d'emprunt puisse exister toujours et que personne ne conteste cette liberté. Cela peut être frivole, superficiel ou profond. Pour le reste, ce n'est pas parce que certaines personnes se battent dans la rue qu'il faut interdire à tout le monde de s'y promener. Le mauvais usage d'une technologie comme internet existera toujours, et ils deviendront aussitôt des prétextes (pour ceux qui n'aiment pas la liberté), pour instaurer une forme ou une autre de censure. Il faudrait couper court à toute tentative de contrôle, de 'gouvernance' ou de manipulation de l'Internet de la part d'Etats ou d'organismes privés. Nous sommes adultes et parfaitement capables de décider avec qui nous voulons discuter, et sous quelle forme nous voulons nous présenter aux autres.

Le plus drôle, dans ce blog, c'est que j'écris sous mon propre nom pour défendre le droit au pseudonyme, alors que quelqu'un qui dit une grosse bêtise, telle que celle-ci : "une liberté d'expression devenue caduque et le plus souvent invoquée que pour être outrepassée," utilise un pseudonyme. C'est à mourir de rire.

Écrit par : Inma Abbet | 19/11/2009

Hervé@ Cela vous arrive-t-il de lire les commentaires des autres ? Alors si oui, qu'auriez-vous à répondre aux miens ? Parce qu'"effet de mode" me parait nettement trop léger...

Écrit par : Géo | 20/11/2009

"Les raisons pour prendre un pseudonyme ne sont pas importantes."

Mais non, précisément, ces raisons sont fondamentales et c'est toute la raison de mon blog. Eddy Mitchell fait tout pour qu'on le connaisse, qu'on connaisse son visage et sa voix. Belle de Jour fait tout pour les dissimuler. Pour le premier, le pseudonyme est devenu sa véritable identité. Et pour la seconde, c'est sa fausse.

En d'autres termes, pour un artiste, c'est plus une nouvelle identité qu'un nom d'emprunt. Pour un blogueur, c'est seulement une fausse identité. Vous ne pouvez pas passer ces différences par pertes et profits.

Écrit par : david laufer | 20/11/2009

Alors fermez votre blog aux commentaires ou ne l'ouvrez qu'aux commentaires identifiables. Vous verrez de vous-même si cela enrichit ou appauvrit votre blog. Le blog soviétique de Langaney, je ne le lis même plus. Et pourtant, il y aurait beaucoup à répondre à l'idéologisme forcené de Dédé-la-Science...
Vous faites profession d'écrire sous votre nom et vous faites une défense corporatiste contre ceux qui ne le peuvent pas. C'est aussi simple que ça.

Écrit par : Géo | 20/11/2009

holalalala, toutes ces histoires pour quelques petits pseudos... Quand on voit à longueur de journée les gueules d'enterrement qui se baladent dans nos villes et villages on attend avec impatience le port obligatoire du masque sanitaire pour tous

Souriez en attendant, vous êtes filmés :)

Écrit par : méchante madame | 20/11/2009

Les blogueurs anonymes ne sont pas des artistes, et leurs pseudonyme ne s'inscrit pas dans une stratégie de contrôle de l'image ou de création de l'image, mais d'évitement de certaines nuisances (je répète ce que d'autres ont déjà dit, il s'agit de possibles problèmes au travail, à l'embauche et de la fin du 'droit à l'oubli', notamment pour les erreurs de jeunesse). Peut-être que l'identité de certains caricaturistes danois aurait dû rester secrète, cela leur aurait épargné pas mal de désagréments. La liberté d'expression n'est pas négociable, tout comme la liberté de réunion ou de pensée (ou si elle l'était, nous ne serions pas dans une démocratie). Cela n'a rien à voir avec le goût de chacun, avec l'esthétique, le talent ou même avec l'honnêteté. Je n'aime pas les films d'une certaine réalisatrice française (qui datent pour certains des années 70). Je les trouve d'une sottise et d'une bassesse incroyables. Pourtant, je ne voudrais pas qu'on les interdise. Contre ce genre de nuisance j'ai un mode d'emploi assez simple:

1-Prendre la télécommande et la pointer vers l'écran.
2-appuyer sur le bouton 'off'.
3-Prendre un livre, boire un thé, mettre un peu de musique ou faire toute autre activité.
4-Répéter l'opération aussi souvent que nécessaire.

Il en va exactement de même pour les blogs fermés, il faut passer à autre chose.

Écrit par : Inma Abbet | 20/11/2009

Madame I. Abbet,

Je suis parfaitement d'accord avec toute une partie de votre commentaire. Pourtant un chose me chifonne. C'est l'assertion suivante:

"Les blogueurs anonymes ne sont pas des artistes"

- Est-ce parce que ceux qui ne sont pas anonymes le sont, artistes?

- Et quelle est votre définition de l'artiste? (Si vous répondez à cette question, nous en aurons pour un bout de temps, probablement!)

- Le français est malheureusement incapable de rendre exactement le mot allemand "Lebenskünstler". Les "Lebenskünstler" sont pourtant parmi les plus grands des artistes. Parmi tous les blogueurs anonymes il y en a certainement!... Non?

Maintenant, que je signe mon commentaire "Père Siffleur" ou "Bouille" (qui n'est pas un pseudo), est-ce que cela change la portée, la signification, la valeur de celui-ci!... Il n'en irait pas de même si, d'une manière où d'une autre, j'étais un "homme public"! Mais je ne suis qu'un lambda et mon vrai nom ne vous en dira pas plus que mon pseudo. Peut-être même le contraire puisqu'avec le mien par exemple, j'annonce la couleur, donc l'éclairage à donner à mes dires.

Signé: Père Siffleur, le lambda qui cache sa Bouille sous un pseudo!

Écrit par : Père Siffleur | 20/11/2009

@PS : il suffit d'ajouter "forcément" ou "nécessairement" à la phrase "les blogueurs anonymes ne sont pas des artistes. L'imprécision (involontaire) est mienne et je le reconnais. Ce que je voulais dire, c'est que lorsqu'un prend un faux nom, on ne le fait pas nécessairement dans une perspective créatrice, mais souvent pour éviter des ennuis, ou pour une raison totalement différente : est-ce que les blogueurs mineurs devraient, par exemple, devraient signer de leur propre nom, ou ce serait plus sûr et plus raisonnable pour eux de prendre un pseudo? Ce n'est pas pour rien que les visages des enfants sont floutés à la télévision.

Écrit par : Inma Abbet | 20/11/2009

Il y a des artistes parmi les blogueurs et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'ils s'arrangent pour que cela se sache ! Difficile de ne pas savoir qui est le roi de l'art culinaire, le plus grand écrivain de Piogre ou de l'anarchie militante et voltigeuse, non ?

Écrit par : Géo | 20/11/2009

A Geo
Je suppose qu'il faut que je réponde à votre première intervention de ce blog?
J'avoue que vous êtes trop intelligent pour moi, parfois je ne comprends pas toujours bien ce que vous voulez exprimer. Par exemple: "Pour un bobo qui se prostitue pour payer son PhD et qui peut l'assumer " excusez moi je ne comprends rien. Au sujet des minarets interdits ou pas en Suisse je ne connais pas assez la question. Vous semblez avoir une rancœur contre les "journaleux" comme vous dites. Je vous lis mais je n'arrive pas à embrayer. Ne le prenez pas mal chacun a sa longueur d'onde on n'est peut être pas sur la même fréquence du moins pour cette fois-ci.
Le sujet était tout de même bien pseudo ou pas. Je suis sûr que la mode est un puissant levier pour animer les gens et attention Cocteau a dit « la mode est affreuse avant affreuse après merveilleuse pendant » Vous ne trouvez pas que c’est lumineux de clarté et de simplicitécette remarque d’un de nos plus grands poetes du 20ème siècle !

Louis et tout le reste HERVE

Écrit par : HERVE | 20/11/2009

Nous voilà avec un débat sur l'intelligence ! Je suis navré de paraitre trop intelligent pour vous mais cela me parait plutôt un effet de votre humour...
Non, sans blague, je parlais de l'employé de banque qui s'exprimerait contre les bonus, etc...Celui-là n'a rien à faire avec la mode. Il s'exprime sous pseudo ou alors il la ferme. Et personne ne connaitra son avis, ce qui peut être très dommage. Plus j'y pense, plus je trouve que l'usage du pseudo est un instrument énorme de démocratie. Quand Soljenytsine a visité notre pays, il a détesté les Landsgemeinde, parce qu'il a tout de suite compris qu'il était beaucoup plus difficile de s'opposer au vu de tous.
Bien à vous, Louis et tout le reste HERVE !

Écrit par : Géo | 20/11/2009

Et oui, nous pouvons retomber sur le débat non pas de la supposée liberté d'expression, mais celui de la protection de la vie privée.

Je le disais et le redis, si l'anonymat n'est pas détourné pour insulter ou diffamer, il ne s'agit que du respect de la sphère privée. Surtout dans un blog ou le but au départ pourrait sembler être le débat d'idées.

Et comme je tentais de le montrer, ce qui est important pour vous l'est peut-être moins pour d'autres, chaque individu a ses pudeurs.

Donc je le répète, dans un débat d'idées qui ne concerne nullement une personne particulière, le nom de celui qui avance ses idées est-il si important ? Pas pour moi. Le parcours de vie qui amène telle personne à penser telle chose m'intéresserait plus : éducation, voyages, beaucoup d'autres critères, mais le nom, pourquoi ? Pour pouvoir le mettre dans Google ? Coller une étiquette ?

Bien que je traine sur internet depuis très longtemps, je suis heureux de savoir que mon nom ne donne aucun résultat dans Google. Et je tiens à faire tout mon possible pour que cela perdure. L'anonymat n'est pas uniquement un masque derrière lequel cacher ses zones d'ombre, il peut être un choix de simple protection de la sphère privée, la mienne, celle de ma femme et de mes enfants.

Greg.

Écrit par : Greg | 20/11/2009

"Quand Soljenytsine a visité notre pays, il a détesté les Landsgemeinde, parce qu'il a tout de suite compris qu'il était beaucoup plus difficile de s'opposer au vu de tous."

Oh, cuistrerie de toutes les cuistreries. Vous confondez à dessein le secret de l'isoloir, constitutif de la démocratie, avec l'anonymat corbeau-esque qu'offre Internet et qui n'a absolument rien à voir avec la démocratie.

Vous voudriez donc nous faire croire que vous exercez votre droit de vote, que vous jouissez de vos prérogatives de citoyen d'une démocratie directe, Geo, en échangeant des invectives et des arguments massue à longueur de journée sur les blogs de 24 heures avec les Ngabo, 100Blagues et autres Greg que vous croisez.

Si j'ai une raison de penser que mon blog en particulier et les blogs d'une manière générale sont condamnés, elle est toute entière résumée dans votre raisonnement indigne et mensonger.

Écrit par : david laufer | 21/11/2009

Le pseudo peut être ludique, et le nom et prénom du titulaire du commentaire, barbants.

Moi je me fais mon petit cinéma, avec les pseudos. Ce sont des personnages haut en couleurs. Voyez Jean d'Hôtaux, serait-il un aristo? Mère avec ses analyses fines, pertinentes, ne me déçoit pas. Je connais sa prose, sans lire sa signature.

Et bien d'autres encore, mais je n'ai pas le temps de vous faire un portrait de tous les pseudos...

J'ai un petit faible pour Géo....

bon dimanche

Écrit par : oceane | 21/11/2009

Ada Marra cette grande Dame mediatique de l'ouverture, politicienne du PS et en lutte pour le démocratie et de son crapeau. Son blog dans 24h est à sens unique! Ce que les gens pensent ne l'interesse pas, même chose pour les démocrate di croissant rouge ou du C rouge eux aussi, leurs sens de l'ouverture et aussi à sens unique! Décidement démocratie et liberté ne vont pas bien avec la gauche et la gauche de la gauche, de la gauche!

Écrit par : Tell quel | 21/11/2009

Cuistrerie, vous y allez fort. Et vous ne répondez pas rationnellement à l'argument de la protection de celui qui ne peut s'exprimer à visage découvert. Déjà assimiler Nantermod à Freysinger, alors que Nantermod nous bassine avec des arguments ridicules il est vrai que l'initiative anti-minarets est sans objet, cela ne parait pas être d'une grande finesse d'analyse. Et dieu sait si je n'ai pas envie de défendre Nantermod...
On vous a connu en meilleure forme. Maintenant, comme déjà dit, il vous reste à poser vous-même une condition à votre blog : commentaires ouverts à ceux qui signent de leur nom. Et vous et nous en tirerons les conséquences...

PS. Océane, je vous interdis de me piquer mon pseudo...

Écrit par : Géo | 21/11/2009

"Et vous ne répondez pas rationnellement à l'argument de la protection de celui qui ne peut s'exprimer à visage découvert."

Mais que craignez-vous, que craignent Scipion, ou 100Blagues, ou Océane ? je sais bien que MorningBull n'a pas le droit de s'exprimer sous son vrai nom, ou que tel autre choisit l'anonymat pour faire du "whistleblowing", mais parler de protection sur les blogs de 24 heures, c'est comme si je sortais de chez moi avec un fusil-mitrailleur, des grenades et une tenue inifuge pour aller à la Coop. Et Dieu sait que j'ai horreur des métaphores.

Écrit par : david laufer | 21/11/2009

Imaginez les écrivains signer leurs œuvre par des pseudos, quelle frustration pour eux. Oh! Cela c'est déjà fait dans le passé mais alors là contraints et forcés, on parlait d'ailleurs à cette époque d'anagrammes plutôt que pseudonymes encore qu'il y a une petite différence entre les deux mots. Un célèbre citoyen est venu se protéger en Suisse qui portait un faux nom , Voltaire tellement connu que c'était devenu un vrai nom. ! L e pseudo. accentue l'anonymat et par conséquent l'irresponsabilité et de fait la tendance à l'exaction, aux vieux bas instincts cachés en nous de ce qui reste de la bête sauvage et qui se traduit par des relâchements du comportement des petites phases assassines des petites insultes à moitiés dissimulées , des impolitesses tout ce que l'on ne pourrait pas se permettre si l'on était face à face mais peut être que cela fait plaisir à tout le monde de se relâcher grâce au pseudos et qui fait l'essentiel du charme de retrouver une certaine liberté sauvage derrière le masque du pseudo.

Louis ……………………………………………………………….HERVE

Écrit par : HERVE | 21/11/2009

"Le pseudo accentue l'anonymat et par conséquent l'irresponsabilité et de fait la tendance à l'exaction, aux vieux bas instincts cachés en nous de ce qui reste de la bête sauvage et qui se traduit par des relâchements du comportement des petites phases assassines des petites insultes à moitiés dissimulées , des impolitesses tout ce que l'on ne pourrait pas se permettre si l'on était face à face mais peut être que cela fait plaisir à tout le monde de se relâcher grâce au pseudos et qui fait l'essentiel du charme de retrouver une certaine liberté sauvage derrière le masque du pseudo."

Voilà qui est mieux dit, et en moins de mots, que mon article. Merci.

Écrit par : david laufer | 21/11/2009

"Mais que craignez-vous, que craignent Scipion, ou 100Blagues, ou Océane ?"

On vous l'a déjà dit, la googlisation et des sanctions diverses pour avoir exprimé ses idées, déplaisantes pour un employeur, bailleur, etc.

Et vous, que craignez-vous de ces pseudos ?

S'il y a insulte ou calomnie, vous pouvez toujours demander à l'éditeur de vous révéler le vrai nom de la personne et obtenir justice. Pareil pour des propos ouvertement racistes. Quant à faire schmolitz ensemble, il y a de toute façon très peu de chances, tant les gens sur ces blogs viennent de lieux et milieux très variés, il me semble.

Écrit par : Fufus | 21/11/2009

Cet aspect n'est pas à négliger, on ne peut qu'être d'accord sur ce point. Vous avez bien ressorti le côté négatif des pseudos, voyons le côté positif de ce relâchement que mentionne aussi Hervé : "tout ce que l'on ne pourrait pas se permettre si l'on était face à face". C'est tout-à-fait exact, parce que face à face, cela donne les débats à la télévision française. Le dogue Bayrou contre le rottweiler Cohn-Bendit... où tout le monde parle en même temps.
Mais comme à la télévision, celui qui tombe dans l'excès perd des points infailliblement. Le jeu est tout de même de contrer efficacement les arguments de l'adversaire. Convaincre, mieux vaut ne pas trop tabler là-dessus, puisque en général, on dialogue entre gens convaincus. Les sans opinion n'ont par définition pas d'envie de commenter...

Donc, pour résumer, ce qu'il y a de bien dans les blogs, c'est précisèment qu'on peut s'exprimer différemment de ce qui se passe à la Stammtisch du café du village, où on préfère recommander un demi plutôt que de répondre à l'ânerie que vient de proférer le voisin...

Écrit par : Géo | 21/11/2009

"des sanctions diverses pour avoir exprimé ses idées".

Alors commencez par exprimer des idées. Les sanctions, c'est réservé aux propos subversifs dans les dictatures totalitaires. Pas aux paranos oisifs des démocraties directes.

Écrit par : david laufer | 21/11/2009

"Alors commencez par exprimer des idées."

C'est fait.

"Les sanctions, c'est réservé aux propos subversifs dans les dictatures totalitaires."

Je ne parle pas uniquement de déportations dans un goulag. Ne soyez pas si manichéen.

"Pas aux paranos oisifs des démocraties directes."

Même pas mal. Continuez, ça m'excite..

Écrit par : Fufus | 21/11/2009

"qui se traduit par des relâchements du comportement des petites phases assassines des petites insultes à moitiés dissimulées , des impolitesses tout ce que l'on ne pourrait pas se permettre si l'on était face à face"

Certes. Vous avez raison sur ce point. Mais est-ce vraiment un problème. Préférez-vous un blog aseptisé, qui créerait les mêmes conditions que dans le monde "réel"?

Car dans un blog, il est possible d'exprimer ses opinions sans filet à son CEO, à sa belle-mère ou même à sa famille. Et pour beaucoup, contrairement à certains, ça n'est pas une tribune pour faire de la pub sur sa personne...!

Un pseudo, ça permet également de se montrer - comme on me le dit parfois - d'un exclusivisme outrancier, en faisant fi de certaines règles de bienséance qui voudrait que l'on ne froisse pas son interlocuteur. J'en ai marre de faire des courbettes à des connards qui s'attaquent sans cesse aux plus faibles (vous savez, les "abuseurs" de toutes sortes) sans que personne (ou pas grand monde) prenne leur défense, ou alors en étant super mou du langage par soucis de préserver ses électeurs.

Alors, bien sûr, c'est la mode aujourd'hui de prétendre que "moi, je dis toujours ce que je pense". Oui, ben certains d'entre nous, quand ils le font en public, ils en paient le prix fort. Et puis je constate que c'est souvent les mous du langage qui "osent" (quel courage) ne pas utiliser de pseudo et dire ce qu'ils pensent. :o)

Je ne mentionnerai donc même pas toutes les autres bonnes raisons de prendre un pseudo.

Un politicien veut occuper le terrain. Un journaliste aussi. Un Ngabo, un Geo ou un Scipion sont des combattants de l'ombre, armés (du moins pour ma part) seulement de leur clavier. Moi je trouve ça chouette, pas vous? Ah bon!

(et puis en plus, avec certains comme Scipion, franchement, on rigole bien. Il est sacrément mâlin d'ailleurs cet imbécile. Et j'aime bien son style.)

Alors bon, tous ces jolis élans de "mais pourquoi ils osent pas dire leur nom", moi ça me fait bien marrer.

Vous n'aimez pas le ton que j'utilise? Il fallait m'inviter dans votre salon, avec des petits fours. Là, j'aurais fermé ma gueule.

Écrit par : Ngabo | 21/11/2009

A Ngabo

Oui votre position est tout à fait défendable. Finalement internet est un défouloir et on éprouve une certaine satisfaction intellectuelle de rédiger un texte que l'on pense cohérent même si l’on a des doutes sur sa lecture par les autres , finalement grâce à ces blogs on fait fonctionner notre machinerie cérébrale comme lorsque l'on était au lycée. On entretient certaines fonctions intellectuelles qui auraient été complètement abandonnées sans cette occasion de s'entretenir, on révise même son orthographe et ceci est très satisfaisant pour notre santé psychique.
Alors pseudo ou pas pseudo cela relève d’un certain état d’esprit mais attention à vouloir trop se défouler sous le couvert de l’anonymat conduit vers des outrances et on dit bien que ce qui est trop excessif est sans valeur et conduit à se décourager de lire ce qui est trop grossier.

Louis HERVE

Écrit par : Hervé | 22/11/2009

Ngabo: vous êtes démasqué: cette façon grandiloquente de se proclamer défenseur des plus faibles et de refuser haut et fort les mondanités -tout en se mettant des petits fours plein la bouche; ce ton qui se veut rebelle et altruiste mais d'où suinte l'arrivisme le plus crasse... Vous vous êtes trahi, Josef Z.!

Écrit par : Hag | 22/11/2009

Encore les pseudos ! C’est une véritable manie chez les blogeurs….

Ce qui est certain c’est que tant que chacun sera libre d’être qui il veut et de dire ce qu’il veut sur Internet, cela restera un bastion extraordinaire de Liberté.

Pourvu que ça dure !

D’autant que comme je viens de le lire ; grâce à la toile, on peut enfin s’exprimer publiquement sans avoir l’obligation d’être connu ou reconnu et sans être à la merci des humeurs du stagiaire préposé au courrier des lecteurs…

Surtout à une époque où (le look, la vie privée, le parcours, etc.) des messagers reconnus semblent traités avec beaucoup plus d’importance que leurs messages (quand il en ont un !) ¨

Voilà pourquoi, c’est agréable, de temps en temps, de pouvoir se concentrer sur le fond du discours sans se soucier de qui cela provient.

En même temps, c’est vrai que l’anonymat nous permet de dire des trucs pas forcément exprimables en public. Le truc c’est donc de savoir où s’arrête notre liberté (là où commence celle des autres non ?) mais aussi (je l’avoue !) d’observer qui est capable de s’auto discipliner et qui ne l’est pas….

Écrit par : Vincent | 22/11/2009

@ Hag

hé hé hé. :-)

Très drôle. Mais je ne partage pas du tout les mêmes idées que Z. Je suis individualiste, lui est collectiviste.

Écrit par : Ngabo | 22/11/2009

Ouaip. Et lui est malgré tout plutôt sympathique.

Écrit par : Géo | 22/11/2009

Inma Abbet@ Sur TV5 Monde ce soir, lancement du DVD de "Belle de Jour"...

Écrit par : Géo | 22/11/2009

@Géo, merci de rappeler cette idée des pseudonymes comme stratégie commerciale. Il y a aussi un usage différent des commentaires des blogs : ils deviennent une méthode de sondage gratuite, permanente, facilement actualisable, sans les barrières que pourrait rencontrer celui qui interroge un quidam au téléphone n'ayant pas envie de s'écarter de la pensée unique. La possible exploitation statistique des commentaires anonymes des articles des journaux est une idée fascinante. Une sorte de vox populi à l'état brut, avec ses excès, ses digressions, ses idées fixes, mais avec des tendances qui se dégagent facilement, des expressions qui reviennent, des évolutions dans une image de la société en temps réel.

Écrit par : Inma Abbet | 23/11/2009

Les commentaires sont fermés.