31/01/2010

Jerusalem Post et les minarets

L’honneur des 57,5% de Suisses opposants aux minarets est sauf. Le résultat d’une enquête VOX vient de prouver ce qu’ils hurlaient depuis des semaines : non, ils n’ont rien contre les musulmans ; oui, ils voulaient donner un signal clair à l’Islam radical. Ah bon, on souffle, tout cela n’était donc pas du racisme mais un sursaut républicain face à la haine barbue. Peu importe que plus de 15% de ce mêmes votants aient menti sur leurs intentions de vote, rendant du même coup cette enquête idiote et inutilisable.

On aura rarement vu vainqueurs si embarrassés par leur victoire, tout étonnés, presque ahuris, de la soudaine attention que le monde leur porte, passant leur temps à se justifier et à marteler que le résultat du vote est indépassable, que la discussion est close. Tandis qu’elle vient tout juste de commencer. En effet, dès le choc du 29 novembre, d’autres pays se sont lancés sur ce thème avec plus ou moins de bonheur, en quête de vague électorale. Aussitôt on a évoqué des sondages trompettants le réveil des peuples méprisés par les bureaucrates gauchistes et les technocrates arrogants, ou l’inverse.

Freysinger peut désormais se royaumer avec ses habituels rires étouffés – qui sont sa seule réponse à toute question – dans sa position rhétorique du moi-je-sens-ce-que-veut-le-peuple. Mais peut-être serait-il moins prompt à évoquer un autre sondage dont le résultat est moins claironnant, moins confortable et certainement moins prévisible aussi : à la question de savoir s’ils voulaient imiter les Suisses et leur opposition aux minarets, 43% de Juifs israëliens religieux ont répondu non, contre 28% qui ont répondu oui. Et plus on va vers les groupes orthodoxes, plus la proportion de oui diminue.

Deux mois plus tard, on continue donc de parler de notre vote du 29 novembre et toujours plus loin de chez nous. Bientôt les Français seront peut-être appelés à voter sur la burqa, une décision politique prise par la majorité gouvernementale aux premiers jours de décembre. Dans toute l’Europe, on s’agite et on fourbit en tenant la partition que nous avons écrite. Les quelques milliers de barbus et de burqas qui hantent le continent n’ont qu’à bien se tenir. Et c’est là que le sondage israëlien prend toute sa valeur. Car en Israël, la question de l’islamisme radical est tout sauf rhétorique. Elle tue, tous les jours. Toute décision politique en la matière est ancrée dans une obligation d’efficacité pratique qui donne à nos discussions, entièrement fondées sur des hypothèses, la pleine mesure de leur ridicule.

On ne va pas soupçonner les Juifs israëliens de sympathie avec l’Islam. Encore moins va-t-on les accuser – crime suprême chez nous semble-t-il – de naïveté ou de mener une politique munichoise face à l’imminence supposée de l’attaque, bien au contraire. Les Juifs orthodoxes d’Israël savent fort bien ce que signifie l’Islam radical et le lui rendent souvent fort bien. Ainsi, s’ils refusent d’interdire la construction de minarets, il faudra bien comprendre que ceux-ci ne représentent en aucun cas une menace. Pour ces Juifs, le radicalisme islamiste ne passe pas par ces symboles secondaires. Les minarets, nous disent-ils en creux, ce n’est rien et il est vain de les interdire, quel que soit le but recherché. Et c’est pourtant ainsi que nous avons entamé cette discussion importante, en la condamnant aussitôt par un vote agité, mal informé et inefficace.

09:47 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (3)

Commentaires

A lire avec modération!

Écrit par : Ah bon | 02/02/2010

Sans doute qu’il existe une crainte injustifiée d’une éventuelle puissance dominatrice de musulmans d’obédience salafiste mais il faut se méfier du Monde diplomatique qui est un journal krypto communiste, tiers mondiste, un tantinet maso, culpabilisant le français de souche à l’origine de tous les maux s’abattant sur les ex-colonies.
Un autre intellectuel n’est pas du tout de leur avis Mohamed Sifaoui . Il s’agit d’un musulman d’origine algérienne réfugié en France , un laïque libéral, démocrate et qui refuse toute compromission avec l’Islam. Il est passé en janvier à l’émission de « C’est dans l’air » dont le thème était le communautarisme. Et d’ailleurs curieusement ceux qui défendent avec le plus de vigueur nos valeurs républicaines ce sont des musulmans d’origine algériennes et foncièrement laïques et ils dénoncent en général la mollesse des intellectuels français devant les menaces des exigences de plus en plus radicales des musulmans salafistes.
Je rappelle qu’en Allemagne un maire vient d’autoriser l’appel du muezzin à la prière 5 fois par jour à partir de hauts parleurs installés sur le minaret de la petite ville qu’il préside. Il est rare que les cloches d’une église catholique sonnent 5 fois par jour.
On ne pourra sans doute pas empêcher l’installation des moyens de culte musulmans, les musulmans sont désormais trop nombreux en Europe et comme disait Sarkozy au début de son mandat « On a voulu les musulmans , on les a et bien maintenant il faut faire avec » et sans doute les suisses ont senti plus ou moins confusément que cet exotisme moyen oriental qui s’installe assurément chez nous, va changer notre paysage et lui donner une petite note de « Contes des mille et une nuit » poésie que l’on aurait tellement aimer qu’elle continue à enchanter de ses douces mélopées uniquement les horizons de sable chaud des contrées de l’ancienne Arabie heureuse. !
C’est difficile d’accepter que les échos des longues cornes des Alpenbub suisses soient subitement contrariés par l’appel du muezzin de vallées en vallées !!
Hervé

Écrit par : hervé | 05/02/2010

J'ai oublié de mentionner au début de mon intervention que le Monde Diplomatique avait sorti en première page le titre suivant "Le mythe renaissant de l'islam conquérant" car autrement on ne comprend pas pourquoi je parle subitement du Monde Dilpomatique

Écrit par : hervé | 06/02/2010

Les commentaires sont fermés.