04/04/2010

Le Nouvel Obs et le massacre de Srebrenica

Dans notre époque de surinformation, le négationnisme a le vent en poupe. Il a pour visages Faurrisson, Meyssan, Irving ou même Marion Cotillard et adopte toujours une posture identique, très girardienne : seul contre tous, je porte la vérité cachée que je viens vous révéler. Forcément, ça pose. En tout cas, ça permet de paraître intelligent, impertinent, et pas dupe des manipulations médiatico-politiques dont les coutures de fil blanc ne vous avaient pas échappé, à vous. De la négation des chambres à gaz à celle des attentats du 11-Septembre en passant par Srebrenica, le négationnisme est en train de devenir une véritable contre-religion, une nouvelle identité pour tous ses adeptes qui y voient une espèce de rédemption au sein d'un monde désenchanté.

Le massacre de Srebrenica a une place particulière parmi ces victimes collatérales des grands conflits. En effet, encore plus que les attentats du 11-Septembre, le massacre de Srebrenica est un fait documenté et d'une clarté historique à peu près totale. Voilà un événement qui, une fois achevé, apporte ses cohortes de témoins, ses cadavres, ses vidéos, ses transmissions d'ordres militaires, sa cartographie précise, ses auteurs, bref, le massacre de Srebrenica est devenu en 15 ans le plus évident, le plus documenté et le plus indéniable des événements sanglants survenus durant les guerres de Yougoslavie. Et comme cela, manifestement, ne suffisait pas à faire taire les mécontents, ceux qui ne parviennent pas à se faire à l'idée que ce qui s'est passé s'est vraiment passé, le Parlement serbe a fait cette semaine une déclaration solennelle - à une voix de majorité près - qui reconnaît l'intégralité des faits en adoptant la version établie par le TPIY.

Le Nouvel Obs, comme toute la presse, rapporte cette déclaration, le peu de crédit que lui donnent les victimes et la morgue avec laquelle la reçoivent ceux que rien, jamais, ne convaincra du contraire. On peut évidemment se tourner vers la loi et déclarer, comme c'est le cas dans certains pays pour certains crimes, que nier est passible de poursuites pénales. Je suis fondamentalement contre cette option législative. Bien au contraire, c'est parce que Faurrisson et consorts sont libres de s'exprimer qu'ils forcent les historiens et les législateurs à accumuler le plus de preuves possibles de la vérité. Cette oeuvre-là est fondamentale et bénéficie directement de cette contrainte, en soi une abomination totale et une prolongation des crimes commis.

C'est que le négationniste, contrairement à son credo de base, ne s'intéresse nullement à la vérité. A peu près tous les négationnistes reconnus et assumés trouvent leur origine à droite de l'échiquier politique. Pour cette frange extrême, il se cache dans le combat contre la vérité acceptée un autre type de combat, celui qui est mené par ces troupes-là contre l'Etat, ennemi suprême. Déclarer que Srebrenica n'a pas eu lieu, ce n'est pas du tout, pour les négationnistes, une insulte faite aux victimes et à la vérité. C'est un embarras bienvenu dans les affaires de l'Etat qui doit soudain désigner des coupables lèse-vérité établie en les adoubant automatiquement au rang de martyre de la liberté d'expression. Aujourd'hui, on pare même cette scélératesse du nom de "combat contre le politiquement correct", alors qu'il ne s'agit qu'un vulgaire mensonge.

08:04 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (25)

Commentaires

Excellente analyse a un point pres, mais point important qui me chagrin:
vous insinuez que ce negationisme vient de droite alors qu'il s'agit en fait des extremes des deux bord. Le NPA comme les differents PC ont fait du negationisme par rapport aux crimes commis en URSS, en Chine, au Cambodge et j'en passe.
Vous etes de gauche et c'est, dans une democratie, votre droit le plus absolu.
Mais de grace, ne vous abaissez pas a ce que font trop de gens, a savoir diaboliser, dans ce cas faire passer pour fasciste (ou pire, comme dans un de vos blogs precedents, pour "fachos") tous ceux qui ne sont pas dans votre camp.
Cela sent la haine, jamais bonne conseillere, plus que le debat politique.
Vous vous abaissez au niveau des membres des Tea Party Americains actuels emmenes par Sarah Palin dont la haine anit-Obama les font qualifier toute sa politique de "socialiste", mot qui, comme vous le savez, a le meme effet que "fasciste" en Europe et donc n'appelle plus aucun debat.
Sans meme parler du danger de banalisation. En effet, a force de crier au fascisme devant la moindre politique d'un gouvernement de droite, vous enlevez petit a petit la force de ce terme.
Le jour ou, a Dieu ne plaise, le vrai fascisme devait revenir, des propos comme les votres qui auront rendu le terme acceptable car galvaude, seront grandement responsable.
Mais je maintiens que je suis entierement d'acord avec vous pour le reste.
Allez, Joyeuse Paques!!

Écrit par : Carl Schurmann | 04/04/2010

Je vous dois un correctif, ou plutôt une précision : je signalais cette dérive droitière en rapport avec le déni du massacre de Srebrenica. Le déni du 11-Septembre est, lui, plus de gauche. Meyssan n'a que récemment démissionné des Radicaux de gauche. Cela provient des causes de ces catastrophes. Pour le 11-Septembre, on aime penser que ceux qui tirent les ficelles en veulent aux Arabes, que ce sont des Américains WASP ou Juifs, et ceux qui haïssent ces derniers sont souvent de gauche, extrême ou pas. Pour Srebrenica, on a la situation contraire : on ne se résout pas à l'idée qu'en effet, ce sont des Chrétiens qui ont occis des musulmans, même si ce sont des frères de sang et que ce combat est beaucoup plus territorial qu'il n'est religieux. Et ceux qui voudraient croire que ce sont, en fait, les musulmans qui ont menti et qui accusent à tort les Serbes sont souvent de droite, et même de droite extrême. J'espère vous avoir satisfait.

Écrit par : david laufer | 04/04/2010

Glisser Marion Cotillard, qui a eu le tort d'exprimer des doutes sur la manière dont se sont déroulés les événements du 11 septembre, dans la catégorie des négationnistes est non seulement dégueulasse mais également d'une rare stupidité. Il y a là, en effet et à la longue, une dévaluation du terme négationnisme qui, par l'usage courant, consiste à nier le génocide. Vouloir réduire la négation de ce meurtre organisé de masse à un doute exprimé sur la manière précise dont s'est déroulé un attentat est le signe manifeste d'une totale incompréhension de l'histoire et de ses enjeux. C'est par ce type de réduction, stérile et réticente à toute forme de complexités, que se disqualifie malheureusement la plupart des blogs en activité.

Écrit par : Zorg | 05/04/2010

Réponse aux 2 commentaires ci-dessus :

- j'ai introduit à dessein Cotillard dans cet aréopage d'écrivains. J'aurais pu glisser le nom de Bigard également. Je voulais ainsi signaler que les négationnistes ont des disciples et que ce sont souvent ceux-ci qui rendent leurs thèses ignobles acceptables, exactement comme di Caprio qui fait de la pub pour des montres. Cotillard est importante dans le mécanisme négationniste en tant que catalyseur, et ça n'est pas négligeable.

- c'est vrai Faurrisson est interdit de parole presque partout, et je le regrette. J'aurais dû mettre le conditionnel.

Écrit par : david laufer | 05/04/2010

Il ne s'agit pas de cela. D'ailleurs, je me moque comme guigne de Cotillard ou de Bigard. Simplement, la comédienne, au final d'une interview, exprime des doutes sur les attentats du 11 septembre. Mais elle ne devient "catalyseur" qu'à partir du moment ou, quelques mois plus tard et à l'occasion des Oscars, le magazine Marianne décide de redifuser cet entretien préalablement passé sur une chaîne confidentielle.
Outre cette "exploitation" à but purement commercial, il reste indéniable que le terme de "négationnistes", qui disqualifie toute forme d'interrogations, est excessif dans le cas du 11 septembre. On ne réfute pas en discalifiant mais en démontrant. Ce qui s'est passé dans les camps a été largement établi, avec de nombreux témoignages. Donc, point barre. Concernant le 11 septembre, il semble que l'enquête témoigne de nombreuses zones d'ombre. Je le dis avec d'autant moins de réticence que je ne crois pas une seconde à un complot interne. Ce qui n'empèche pas que certains points devraient être éclairés. La plupart de ceux que vous qualifiez de négationnistes ne réclament qu'une réouverture de l'enquête. L'homme n'est-il pas homme de doute, et n'est-ce pas ce qui définit plusieurs siècle de philosophie?
Maintenant, plus concrètement, en quoi Marion Cotillard rend-elle "acceptables" des thèses ignobles? Que vient-elle faire dans une note où il est question de cette fripouille de Faurisson? Pourrait-on affirmer que quelqu'un, femme ou homme, qui aurait mis en doute l'existence d'armes de destruction massive en Irak juste avant l'intervention américaine rendait "acceptables" des thèses ignobles? Une simple petite recherche sur le Net vous permettrait de vérifier que le gouvernement américain a mis des batons dans les roues des enquêteurs du 11 septembre (en faisant notamment disparaître certaines documents). Si je vous affirme cela, suis-je moi aussi complices de thèses ignobles?
BàV

Écrit par : Zorg | 05/04/2010

Vous avez proféré le mot clé : doute. S'il n'était question que de doutes, il n'y aurait aucun problème. Mais Meyssan, déclencheur des théories conspirationnistes autour du 11-Septembre, ne fait que des insinuations. Autrement dit il ne se pose aucune question, il n'a aucun doute sur ce qui s'est passé et il propose, sans jamais l'exprimer complètement, laissant ses disciples tels que Cotillard l'exprimer à sa place, une vérité tout aussi invérifiable et opaque. Sur ces attentats j'ai moi-même des doutes importants. Mais Meyssan n'en aucun. Et Cotillard lui emboîte le pas avec ferveur, rendant son propos fondamentalement ignoble, acceptable, presque intelligent.

Écrit par : david laufer | 05/04/2010

Précision: Meyssan n'est le déclencheur de rien du tout. Il est l'auteur d'un livre qui conteste le crash d'un avion contre le Pentagone. En revanche, les "doutes" concernant le 11 septembre existaient bien en amont, et aux Etats-Unis. Des tas de gens s'interrogent sur ce qu'il est advenu ce jour-là sans pour autant emboiter le pas à Thierry Meyssan, personnage pour le moins sulfureux. Là encore, on est dans l'amalgame et c'est ce que je déplore.

Écrit par : Zorg | 05/04/2010

"Libres de s'exprimer où ?"
Il me semble qu'en Iran le World Faurisson's negationnist Tour a son petit succès...et Dieudonné lui a même remis un award pour l'ensemble de sa carrière, on ne fait guère mieux comme succès d'estime :)

Écrit par : Tapioca | 06/04/2010

Monsieur Laufer, il est (beaucoup) trop facile de se justifier à posteriori en glissant une phrase innocente ("j'ai moi-même des doutes importants"), sans évidemment en faire part dans l'article originel. Soit vous admettez que des zones d'ombres (je dirais carrément un emballage à la Christo, mais bon) entachent l'enquête sur le déroulement du 9/11 tout en disqualifiant Meyssan et Cotillard, soit vous ne dites pas que vous avez des doutes, votre posture me semble maladroite. Je suppose que vous avez lu le livre d'Eric Laurent "la face cachée du 11 septembre", sinon je vous le conseille vivement, en tout cas plus que les documentaires conspirationnistes. J'aimerais vraiment que vous m'affirmez croire sérieusement qu'il est possible, sur les images du Pentagone, de voir un Boeing 757 s'écraser, et j'aimerais que vous disiez qu'un avion qui s'écrase se volatilise comme en Pennsylvanie. J'aimerais que vous m'expliquiez comment SCIENTIFIQUEMENT cela est possible, étant donné que JAMAIS, un avion ne s'est 'évaporé' même après un crash à pic, dans tout l'Histoire de l'aviation civile et militaire. Qu'on me montre les images d'une station essence située juste en face du Pentagone, qui ont été confisquées par le FBI, qui démontrerait sans doute raisonnable qu'un Boeing 757 s'est écrasé sur la façade, et qu'on me démontre qu'une masse de 150 tonnes s'évapore comme ça en s'écrasant au sol (Pennsylvanie), et là je n'aurai plus de doute sur le déroulement des attentats.

Écrit par : Courant Alternatif | 06/04/2010

"J'aimerais que vous m'expliquiez comment SCIENTIFIQUEMENT cela est possible, étant donné que JAMAIS, un avion ne s'est 'évaporé' même après un crash à pic, dans tout l'Histoire de l'aviation civile et militaire."

Vous connaissez donc le détail de l'histoire de l'aviation civile et militaire et j'en suis fort impressionné. C'est remarquable, cette certitude absolue devant des faits confus et têtus. Exactement comme dans le cas de Srebrenica, où les négationnistes brandissent des tomes entiers, des articles et des notes de bas de page : une absence totale de doute et de questions ouvertes. Que des questions fermées, des contre-théories lyophilisées prête à l'ingestion, le tout enrobé dans un langage pseudo-scientifique dont ne rougirait pas le Dr Knock.

Écrit par : david laufer | 06/04/2010

Au lieu d'essayer de ridiculiser vos lecteurs, vous feriez peut-être mieux de respecter ce qu'ils écrivent, à défaut d'avoir la même passion qu'eux pour l'aéronautique. Oui, Monsieur, je connais très bien l'aéronautique, et je peux vous affirmer que, tout du moins dans les crashs documentés, jamais un avion (à ma connaissance, je l'admets) ne s'est 'évaporé'. Je trouve terriblement malpoli que vous ne répondiez même pas à ma question et que vous balayiez du revers de votre main, tout en étant méprisant, ce que je tente de vous faire voir. Avez-vous vu, oui ou non, un Boeing 757 s'écraser sur le Pentagone ? Avez-vous interrogé un expert des matériaux sur la probabilité de voir s'évaporer 150 tonnes ? Vous prétendez que j'ingère des contre-théories, mais je n'en ai pas, de théorie. Je ne prétends pas au complot sioniste, intérieur, Ben Ladenien, je m'interroge sur ce qui frappe mes connaissances. Je n'ai justement aucune certitude, cher Monsieur, et remettre en cause certains faits du 11 septembre, ce n'est pas être un révisionniste de la Shoah, du Darfour, du génocide arménien ou de Sbrenica.

Écrit par : Courant Alternatif | 06/04/2010

Pour moi, le négationisme relève davantage d'un problème psychologique que de toutes autres dimensions intellectuelles. Il y a chez chacun une part de négationisme qui correspond en très gros à la confiance en soi que l'on peut déployer. Une part invérsement proportionnelle : plus je nie les thèses officielles, moins j'ai confiance dans ma vérité. Et comme cela est paradoxal, ça échappe à beaucoup. Mais pas à moi ; )
Toutes les personnes qui ont tenté de me faire avaler ces salades avaient par ailleurs de gros soucis à se construire une identité "stable et homogène". Schurmann dans son commentaire ou Laufer dans son blog ont raison de relever le caractère extremiste de ce sport, à gauche ou à droite une sensibilité révisioniste trahit plutôt que des convictions, des problèmes de personnalité accompagnés généralement d'un goût prononcé pour le pouvoir.

C'est très dérangeant de me situer pareillement hors jeu, ça va certainement appeler des commentaires cyniques et je vais sans doute être excommunié d'une prétendue recherche sincère de la vérité, mais plus le temps passe plus cette conviction m'habite au gré de mes rencontres. Le négationisme, c'est au fond une petite maladie morbide de l'esprit que l'on contracte devant l'insoutenable.

Écrit par : POLO | 06/04/2010

Je n'ai peut-être pas compris vos propos, mais finalement, vous ne remettez jamais en question ce qui est officiel, je veux dire, officiellement admis par un gouvernement ? Quand les preuves sont irréfutables, je veux bien comprendre, mais bien des aspects de certains événements historiques n'ont été connus que très tardivement, alors même que les personnes qui s'interrogeaient sur la véracité de la 'version officielle' étaient soit tournés en ridicule dans le meilleur des cas, soient emprisonnés et/ou assassinés...je précise bien, au cas où on me taxerait à nouveau de délire, que la réalité de beaucoup d'autres faits historiques sont évidemment irréfutables, à commencer par la Shoah, vu que le révisionnisme de cette tragédie a le vent en poupe.

Écrit par : Courant Alternatif | 06/04/2010

"Avez-vous interrogé un expert des matériaux sur la probabilité de voir s'évaporer 150 tonnes ?"

Non, jamais. En êtes-vous venu tout seul à vous poser cette question ? Etiez-vbus là au moment des faits ? Avez-vous vu autre chose que des photos mal grossies, peu pixellisées, des films illisibles de caméra de surveillance et des animations 3D complètement foireuses sur les milliers de sites qui relaient ces infos qui ne le sont pas moins ?

Je ne me moque pas de vous, même si vous êtes très sensible sur la question. Je réponds à qui je veux, quand je veux, si je veux. Je me moque en revanche très volontiers et avec le plus de férocité possible de ces questions qui n'en sont pas et ces enquêtes systématiquement idéologisées. Pourquoi tout le monde s'acharne-t-il sur cet incident et pourquoi tout le monde, par exemple, se fout éperdument du vol SR111 dont le crash reste, à ce jour, totalement inexpliqué ? Vos questions ne sont pas des questions et vous semblez dupe de votre propre attitude, comme la plupart de ceux qui, comme vous, pensent n'être pas dupes alors qu'ils sont complètement manipulés.

Écrit par : david laufer | 06/04/2010

J'ai compris, je suis manipulé et vous ne l'êtes pas. D'accord. Mais je vais continuer : le crash de Swissair, s'il n'est pas totalement expliqué, l'est en grande partie (http://www.bfu.admin.ch/common/pdf/1762_fr.pdf, incendie incontrôlé dû aux matériaux isolants...peu isolants et réaction en chaîne sur l'avionique), et je vous ferai également remarquer qu'on en a retrouvé énormément de débris malgré une impact très violent. Je ne fais que m'interroger sur les conclusions de la commission d'enquête sur le 9/11 (et non pas sur les délires conspirationnistes genre reopen911 ou Loose Change), qui dit qu'un avion s'est écrasé et qu'il s'est volatisé : mon esprit habitué à l'aviation ne peut que se sentir mal à l'aise avec cela. J'ai eu la chance de terminer des études de sciences politiques, et il me semble que j'ai largement appris à justement ne pas être trop manipulé par les médias, et oui, je l'avoue, ça me fait de la peine que vous me pensiez si naïf, mais vous en avez parfaitement le droit, et encore heureux. Je m'excuse d'ailleurs d'y avoir été un peu fort sur mon premier message, en passant. Mais j'insiste : comme pour n'importe quel crash, il est légitime de s'interroger, et ce n'est absolument pas être totalement aveuglé par un délire négationniste de le faire. Nier que des avions se soient écrasés sur le WTC, là, d'accord :-)

Bien à vous,

Alex

Écrit par : Courant Alternatif | 06/04/2010

Merci pour ce dernier message. D'accord avec vous.

Écrit par : david laufer | 06/04/2010

Merci pour cette note. Il me semble que la difficulté des Historiens est qu'ils n'étaient pas présents. Souvent, ceux, celles qui étaient présents, sont morts, ou mutilés, ou privés de paroles. Parfois, un témoignage leur est demandé. Un témoignage forcément partiel, émotionnel nous dit-on. On accepte ça.
"Etiez-vous là au moment des faits?". Exemple: "l'apartheid en Afrique du Sud" (un crime contre l'humanité - ONU). Personnellement, oui j'étais là. Mais puisque je suis ici on ne peut croire que "je ne suis plus là"! C'est vrai ça? Donc on met en doute l'objectivité ( avec raison) est-ce que cela met en doute la réalité des faits en tant que "systèmes"???
Si on prenait au sérieux les traumatismes, les conséquences, et pas seulement matérielles, de ceux qui font l'Histoire mais ne l'écriront pas, le mot "négationnisme" n'existerait peut-être pas.

Écrit par : cmj | 07/04/2010

"Il me semble que la difficulté des Historiens est qu'ils n'étaient pas présents."

Hélas, je ne crois pas que ce soit là le cœur du problème. Tout est dans la nature de l'événement concerné. Personne ne s'intéresse, comme je l'explique plus haut, aux causes du crash du SR111 en 1998. Ça n'intéresse que les autorités de l'aviation civile parce que l'enjeu politique est proche de zéro. Pour Srebrenica, l'enjeu politique et historique et immense : qui doit endosser la responsabilité d'un des pires massacres du XXe siècle. De là naissent très rapidement des contre-théories : ce massacre n'a pas eu lieu, c'est un montage médiatique ; ce massacre a bien eu lieu mais il n'a fait QUE 700 victimes et non 7000 ; ce massacre a bien eu lieu mais les victimes étaient des soldats armés, donc c'est un acte de guerre classique ; ce massacre n'est qu'une petite réponse aux massacres commis par le camp ennemi pendant des années, etc, etc. Toutes ces contre-théories sont ancrées dans des camps idéologiques proches, des camps qui sont très, très sensibles à la place des musulmans en Europe. Comme les victimes sont musulmanes, on refuse d'admettre et on fait tout ce qui est possible pour tenter soit de minimiser, soit de nier, soit de remettre en doute d'une façon telle qu'à la fin, plus personne ne sait exactement de quoi il s'agit. Pourtant, c'est un fait documenté et parfaitement clair dont on parle ici. J'ai parmi mes proches une historienne en criminologie qui a fait sa thèse de doctorat sur Srebrenica et qui, plus que moi-même, ne parvient pas comment il est possible de nier un événement aussi minutieusement documenté et prouvé. Tout repose donc non pas sur le travail des historiens, mais bien sur le biais idéologique.

Écrit par : david laufer | 07/04/2010

Merci, cette mise au point est précieuse pour moi, j'ai relu votre article et je comprends mieux le drame de la population de Srebrenica et l'horreur vécue par les musulmans. Merci encore. cm

Écrit par : cmj | 07/04/2010

Sur le 11-Septembre, je partage le point de vue de Courant Alternatif : nier le crash des 2 avions sur le WTC1 et WTC2 tient du négationnisme.

Par contre, assimiler la contestation de la version officielle à du négationnisme est stupide et grave. La raison, Monsieur Laufer, est que les deux présidents de la Commission d'enquête officielle (rapport 2004), eux-mêmes, Thomas Kean et Lee Hamilton, déclarent dans leur livre "Sans Précédent" (Without Precedent, 2006) qu'on les a mis en situation d'échec dans leur mission et qu'il ne leur a pas été attribué de fonds suffisants pour mener à bien une investigation. Ils affirment également que tout a été mis en œuvre pour les empêcher d'établir les faits dans leur vérité et qu'ils ont été induits en erreur par des hauts responsables du Pentagone et de l'administration fédérale de l'aéronautique. Selon eux, ces fraudes et cette obstruction doivent être assimilées à des crimes. (Source : http://www.guardian.co.uk/commentisfree/2007/sep/12/911thebigcoverup)

Plus près de nous, un article est paru dans le Tages Anzeiger du 9 septembre 2006 sous la plume du professeur d'Histoire contemporaine de l'Université de Bâle Daniele Ganser (traduction sous www.11septembre.ch/tages-anzeiger99/index.html). On peut y lire : "Peter Forster, président de la Commission consultative helvétique pour la sécurité intérieure, souligne qu'il est très important pour la Suisse de savoir si la "guerre contre la terreur" n'est pas un subterfuge visant à masquer l'appropriation des ressources énergétiques."

C'est pour ces raisons, entre autres, qu'une association suisse, "Le 11 Septembre en Question", s'est constituée début 2008. Pas d'affirmation et de fièvre "conspirationniste", mais beaucoup de questions dérangeantes. Lire p.ex. l'interview de Jacques Baud, notre spécialiste du renseignement, paru le 11 septembre 2009 dans bakchich.info. Selon lui, aucune preuve n’accuse Oussama Ben Laden des attentats du 11 septembre (www.bakchich.info/Les-Americains-ne-traquent-plus,08649.html).

Notre association va recevoir le professeur de chimie de l'Université de Copenhague Niels Harrit prochainement (mi-mai) à Genève. Il est l'auteur avec 8 autres chercheurs d'un article scientifique publié dans une revue à comité de lecture mettant en évidence la présence de traces d'un explosif de type militaire dans les poussières du WTC (http://www.11septembre.ch/articlescientifi/index.html).

Ce sujet grave mérite un débat publique digne, dépassionné et responsable.

Richard Golay
Président
"Le 11 Septembre en Question"

P.S. Les valeurs défendue par l'association mentionnent explicitement dans ses statuts la Déclaration universel des droits de l'homme, dont le respect et la défense de la dignité de chaque être humain en constitue un élément essentiel.

Écrit par : Richard Golay | 08/04/2010

L’amplification du phénomène de négationnisme est directement liée aux progrès fulgurants de l’informatique . Il y a toujours malheureusement un envers de la médaille !
Car désormais avec le traficotage des images permis par Photoshop et l’admirable maitrise des images de synthèses on ne sait plus ce qui est authentique et rafistolé.
On admire des stars de cinéma mais parait-il ce n’est pas leur vrai visage tant il y a de retouches, on reçoit de multiples mails avec des photos magnifiques traitant d’une région ou d’une autre et parait-il ces photos sont presque toutes fausses par volonté d’amélioration et tous ces mails scélérats ,racistes où tout est faux pour mieux exciter les passions de haines de l’autre.
Alors quand des esprits tordus viennent vous dire que les films du 21 septembre ont été tout simplement trafiqués le doute peut s’emparer d’un tas de gens. Il y a même par antiaméricanisme des négationnistes de l’atterrissage sur la lune des américains !
Autre facteur de trouble et générateur de négationnisme les fameux blogs dont nous sommes ici très friands. Enormément de fausses nouvelles et de rumeurs nauséabondes sont colportées par les blogs. Je vous donne un exemple, parait –il et cela vient d’être annoncé dans les médias que la rumeur qui court en ce moment disant que le couple Sarkozy ne va plu, serait parti uniquement d’un blog ! Alors évidemment dans un tel contexte d’incertitude, le négationnisme commence à nager comme un poisson dans l’eau et il ne pourra malheureusement que s’accentuer et ceci constitue un des aspects les plus inquiétants de la société dans laquelle nous vivons.
Les gens ayant de moins en moins confiance dans les nouvelles du monde vont finir par vivre dans maelstrom de mensonges avec perte d’intérêt de la vie active , désintérêt de la politique , chute de confiance envers les hommes politiques ,on le voit bien en France, 76% des gens ne font plus confiance dans leurs hommes politiques ,ils était 56% vingt ans plus tôt.

Certainement il va falloir réagir énergiquement à cette dérive du mensonge généraliser mais personnellement je ne vois pas très bien comment.

Écrit par : hervé | 08/04/2010

hervé, vous confondez "négationnisme" et "rumeur". Dans le cas du 11-Septembre, la vérité historique n'étant pas établie (voir plus haut), il est faux et irresponsable d'utiliser ce terme.
Définition tirée de Wikipédia :
- Négationisme : "Le terme négationnisme désigne, dans sa signification première, la négation de la réalité du génocide pratiqué par l'Allemagne nazie pendant la Seconde Guerre mondiale contre les Juifs, c'est-à-dire la négation de la Shoah. (...) Par extension, le terme est régulièrement employé pour désigner la négation, la contestation ou la minimisation d'autres faits historiques, en particulier ceux qu'on pourrait qualifier de crimes contre l'humanité. (...)"
- Rumeur : "un phénomène de transmission large d'une histoire à prétention de vérité et de révélation par tout moyen de communication formel ou informel."

Écrit par : Richard Golay | 08/04/2010

A Richard Golay@ D’accord que rumeur et négationnisme sont deux choses différentes mais j’insiste sur le fait que les rumeurs peuvent dériver vers le négationnisme. Je prend un exemple, l’atterrissage des américains sur la lune . A l’époque il n’y avait aucun doute c’était un fait avéré les hommes étaient allés sur la lune. 40 ans après apparaissent de nouvelles techniques , les images de synthèses qui sont d’un réalisme incroyable . On arrive à représenter les dinosaures d’une façon parfaite et apparaît logiquement une nouvelle pensée. Si l’on a atteint une telle virtuosité dans les images de synthèses les gens n’y vont pas par quatre chemins,ils oblitèrent le fait que cette technique n’existait pas il y a 40 ans ne retiennent qu’une notion , on trafique les images et pourquoi n’aurait-on pas trafiqué les images de l’homme sur la lune et pourquoi n’aurait t-on pas fabriquer des images de synthèses des avions qui se crachaient dans les tours de New York puisque l’on a atteint un tel degré de perfection dans ce domaine d’où une foule de gens qui croient que ces faits réel ne sont que de la poudre aux yeux par traficotage des images et là on est plus dans le domaine de la rumeur mais bien dans celui du négationnisme.
Le négationnisme ne concerne pas uniquement les génocides mais désormais un tas de domaines sont atteints . On traite bien désormais les climato sceptiques de négationnistes . Voilà encore une autre dérive j’invente quelque chose par exemple le réchauffement anthropique de la planète vous n’y croyez pas donc vous êtes un négationniste sous entendu un salaup assimilé aux salaups qui ne croient pas en la Shoah dérive proprement scandaleuse et qui commence à constituer une injure.
Je suis d’accord qu’avec le cas du couple Sarkozy , cela relève plus de la rumeur que du négationnisme pour l’instant mais le danger c’est qu’une rumeur une fois bien implanté devienne une certitude et que d’une rumeur on passe au négationnisme parce que l’on ne croit pas dans une rumeur devenue indument une certitude . Et c’est là qu’un danger réel menace la société qui risque de nous plonger dans un monde de mensonges organisés entrainant une désorganisation sociale redoutable , du jamais vu à cause des nouvelles techniques. Dans toute nouveauté il y a toujours un invité qu’on attendait pas.!
On pourrait citer de nombreux exemples historiques mais trop longs à exposer ici.

Écrit par : hervé | 08/04/2010

@ hervé : sur l'emploi du terme "négationnisme", vous avez raison de souligner qu'il est de plus en plus utilisé dans des controverses et c'est dangereux (risque de banalisation d'événements extrêmement graves). La controverse sur le réchauffement climatique est un très bon exemple (je m'y suis intéressé et compte poster prochainement un billet).
Sur l'aspect "rumeurs", je ne vois comme seule arme l'usage de notre esprit critique. Et celui-ci de s'appuyer sur des éléments bien référencés et de qualité. Et d'accepter parfois, qu'il n'y a pas de réponse définitive, que la vérité n'est pas établie. Sur mon blog (rigolay.blog.24heures.ch), david laufer critique mes références scientifiques au motif qu'elles ne vont pas dans le sens qu'il souhaite (le Suaire de Turin n'est pas un faux médiéval, alors qu'il pense le contraire). Ce Monsieur ne se rend pas compte qu'il rentre en contradiction avec ce qu'il écrit dans son billet plus haut (importance de la recherche et de l'établissement de la vérité par des experts dûment reconnus, débat et acceptation par l'ensemble de la société).
Sur l'aspect "risque de désorganisation sociale" : de tout temps la propagande et le mensonge ont existé. Internet et l'informatique facilite seulement leurs diffusions. Mais ces outils facilitent également la recherche de la vérité en permettant l'accès à des sources, des références, fiables (*). Cela demande du temps (et de la volonté). Mais dans notre monde des "médias immédiats" (pour paraphraser Jean-Claude Guillebaud), c'est peut-être le temps qui nous fait le plus défaut. Un nouvel apprentissage de la patience en somme ?

(*) sur la remise en question de la présence de l'homme sur la lune (bien établie, pas de doute), voir (en anglais, sorry) http://en.wikipedia.org/wiki/Moon_landing_conspiracy_theories

Écrit par : Richard Golay | 09/04/2010

A Richard Goday

Je vous parlerais bien du Saint Suaire de Turin mais là on est alors complètement hors sujet et ça ne se fait pas.

Entièrement d'accord avec Laufer qu'il est scandaleux de brider la liberté d'expression sous prétexte que cette liberté permet d'évoquer des sujets qui ne plaisent pas à certaines corporations ou groupes ethniques. C'est bien là une idée de communiste cette loi Guessau et Guessau est un fieffé communiste.
Evidemment ce serait tout un chapitre à évoquer la liberté d’expression. Peut-on faire l’apologie de la pédophilie ou du suicide ou du crime crapuleux ou de n’importe quelle perversité au nom de la liberté surtout avec les moyens de diffusions que l’on a aujourd’hui. Sans doute y a-t-il matière à nuancer la notion de liberté d’expression. Sujet hautement délicat !

Écrit par : hervé | 09/04/2010

Les commentaires sont fermés.