11/10/2010

NY Times et la voiture Google

Est-ce le soleil radieux, la perspective de plus en plus nette que la SVP va se prendre une bonne branlée aux élections de 2011 qui m'y poussent ou les deux, mais je me sens l'âme optimiste et conquérante. L'article de tête du NY Times de dimanche ne m'a pas franchement déprimé non plus. Car le futur n'a pas perdu tous ses attraits et conserve, malgré les catastrophes qu'on nous promet depuis toujours, quelques indécrottables raisons de nous envoûter. Et contre toute attente, ce futur rose et étincelant demeure une marque de fabrique américaine.

Google – on ne dit plus Google dans la presse mais « la firme de Mountain View » - a dévoilé la semaine dernière la plus récente et, à mon avis, de loin la plus sérieuse de ses inventions, qui renverra peut-être son propre moteur de recherche au rayon des sympathiques galops d'essai. La firme de Mountain View, donc, a lancé pas moins de 1'000 voitures, des Toyota Prius évidemment, sur les routes de Californie, équipées de tout un attirail électronique. En quelques semaines, celles-ci ont effectué plus de 200'000 kilomètres, sans pépin, sans accidents. Et sans conducteur.

A bien y réfléchir, la chose était prévisible. Dès lors qu'un système GPS de bord est capable de vous diriger de A à B en évitant les travaux, les bouchons et les sens uniques, le chauffeur voit ses prérogatives considérablement – et très heureusement – réduites. Et puis on trouve tout à fait normal qu'un Airbus A380 puisse décoller, voler et atterrir entièrement au pilote automatique. Alors pourquoi pas une simple voiture, fût-elle aussi moche et idéologiquement niaise qu'une Prius.

Google n'a pas vraiment réinventé l'eau chaude. Elle n'a fait « que » combiner plusieurs inventions existantes ensemble : la caméra à infrarouge, le radar, la cartographie 3D instantanée et le GPS, le tout relié aux commandes de direction de la voiture. Le « conducteur » n'aura plus qu'à introduire ses coordonnées de voyage et la voiture se chargera seule de s'y rendre, en choisissant le meilleur itinéraire et la consommation minimum, en évitant de percuter les piétons et les autres voitures, mais en évitant aussi les excès de vitesse, l'alcool et les bouchons. Et d'après les tests, ça marche.

Voilà l'invention la plus significative dans ce domaine depuis qu'en 1771, un ingénieur français du nom de Cugnot avait mis au point une planche munie de 4 roues actionnées par une machine à vapeur. En principe, il n'existe aucune différence entre ce char à vapeur et une Audi A8 dernier modèle : 4 roues, un châssis, un conducteur. On assiste probablement à un changement de paradigme dans une des industries les plus puissantes et les plus conservatrices de l'histoire. Et cela, amené par une entreprise dont le coeur de métier est de vous fournir l'adresse d'un hôtel à Toulouse.

Pourquoi Renault, Toyota ou BMW n'y ont-ils pas pensé avant Google, qui est à l'industrie automobile ce que le cancer de la prostate est à une surprise party ? Et puis pourquoi en Amérique, qu'on ne cesse de nous dépeindre comme finie, rétamée, en faillite financière, culturelle et sociale ? D'abord, et c'est là aussi un signe encourageant, parce que l'industrie du Web a accumulé suffisamment de capitaux pour se lancer la recherche scientifique de pointe et produire de l'authentique richesse industrielle et non pas, pour la énième fois, un nouveau site Internet qui va produire un seul milliardaire pré-pubère et quelques dizaines d'employés.

Et puis en Amérique parce qu'à peu près tous les indicateurs économiques nous le disent, encore et malgré tout : c'est elle qui dicte au reste du monde sa loi financière, économique et industrielle, ainsi que son mode de vie. Rien n'indique que cela soit seulement sur le point de changer, bien au contraire. Les Chinois seront probablement les premiers à adopter et à produire des voitures sans conducteurs, sous licence Google et avec enthousiasme.

16:28 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (4)

Commentaires

A-t-on prévu des systèmes anti-choc entre les voitures sans chauffeur. Par exemple une route étroite où deux voitures ne peuvent pas se croiser?

Écrit par : Hervé | 12/10/2010

"la perspective de plus en plus nette que la SVP va se prendre une bonne branlée aux élections de 2011" Faudrait arrêter de rêver, Laufer!

Écrit par : Géo | 13/10/2010

"Les Chinois seront probablement les premiers à adopter et à produire des voitures sans conducteurs": ils ont depuis longtemps dépassé ce concept et sont en train de passer à l'étape suivante qui est le conducteur sans voiture.

Écrit par : Rabbit | 13/10/2010

Hervé : les appareils de bord sont conçus pour éviter tout obstacle, dont les autres véhicules. Les tests réalisés jusqu'ici ont, semble-t-il, été satisfaisants.

Géo : on verra bien. Je fais le pari d'un recul net par rapport à 2007, surtout s'ils remportent cette initiative.

Rabbit : ce sera bientôt notre lot à tous en effet.

Écrit par : david laufer | 13/10/2010

Les commentaires sont fermés.