19/09/2014

L'Ecosse et l'Union Européenne

Ainsi les Ecossais ont dit non à l'indépendance. C'est le sort de la majorité des référendums que de se mesurer au conservatisme naturel des êtres humains. Si on leur propose un changement authentique, pas une promesse électorale creuse, alors ils se rebiffent et se vantent d'avoir choisi la raison sur l'émotion, alors que c'est exactement l'inverse qui s'est produit dans ce cas précis, et dans tant d'autres : la peur a toujours le dernier mot, même face aux projets les plus raisonnables.

 

Il est dommage que les Ecossais aient dit non. C'eût été une opportunité unique pour l'ensemble de l'Union Européenne de retrouver un second souffle, en commençant par redéfinir ses frontières intérieures non pas par la guerre, mais par la paisible volonté de ses peuples. L'histoire européenne depuis le moyen âge est celle d'une constante évolution des frontières, et la relative stabilité de l'Europe de l'ouest depuis 1945 constitue un puissant leurre. La moitié orientale de l'Europe, elle, n'a jamais cessé de se redéfinir, le plus souvent au prix de massacres épiques.

 

L'Union Européenne ne fonctionne plus, sinon par la contrainte et par la subversion de ses propres règles. Cela fait déjà un certain temps que tout est rouillé. Dotée d'une monnaie unique mais sans budget, partagée par des frontières administratives capricieuses, sans armée, sans diplomatie, elle possède aujourd'hui tous les désavantages des petites nations combinés aux désavantages des grands ensembles : aucune puissance et aucune voix communes, et un fonctionnement administratif confus et pesant.

 

Le seul argument qui lui reste, c'est celui de la paix. Mais est-ce vraiment du fait de l'UE que l'Europe est en paix ? D'ailleurs, est-elle vraiment en paix ? Ce sont là des questions auxquelles je n'ai nulle prétention de répondre, sans du tout me satisfaire toutefois des certitudes que nous assène Bruxelles. Le noeud principal consiste, comme il semble de plus en plus évident, dans la volonté de chaque nation de ne rien céder de sa souveraineté, en tout cas pas publiquement. C'est une union à minima entre des partenaires qui ne s'aiment pas et n'adorent rien tant que se contraindre mutuellement à l'immobilité.

 

L'indépendance de l'Ecosse eût donc été un fait nouveau et bienvenu. Car l'Ecosse n'a pas les a moyens de ses ambitions, mais contrairement aux grandes nations européennes, elle ne peut même pas le prétendre. Incapable de lever une armée, de créer sa propre monnaie et sa propre diplomatie, elle ne fait que révéler la réalité individuelle de chaque état membre de l'UE. Pour exister et pour prospérer, l'Ecosse a un besoin naturel et évident des autres. Elle ne peut survivre, comme la France ou l'Angleterre, dans l'illusion de sa puissance, pour la bonne raison que même cette illusion n'existe pas. Multipliant les Ecosses à travers le continent, on parviendrait petit à petit à une union authentique de partenaires égaux et contraints à se battre ensemble, et non les uns contre les autres.

 

Les habitants d'une Ecosse indépendante auraient en plus le confort tout à fait significatif d'une identité collective bien mieux définie et d'une source de fierté, au-delà des statistiques économiques. Les Bourguignons, les Piémontais, les Bavarois ou les Catalans ne sont français, italiens, allemands ou espagnols que depuis peu de temps en comparaison avec leur histoire. Les rendre à cette identité-là serait logique. Ce serait offrir à l'Union Européenne bruxelloise une porte de sortie honorable, et à l'union politique des peuples européens une chance réelle d'avenir.

 

 Pourquoi pas, après tout. Le référendum écossais a fait parler et réfléchir pas mal de gens. Il leur a donné des idées. Pour la première fois depuis des années, peut-être même des décennies, on a enfin parlé de politique en Europe, pas d'économie ou de conformité budgétaire. Et tout cela dans le calme et même dans l'enthousiasme. Et si ce virus-là se répand à travers le continent, je souhaite à l'UE de n'avoir aucun anticorps. 

Commentaires

Excellent billet. J'allais un peu dans le même sens que vous dans un commentaire au billet de Pascal Décaillet :
"c’est justement d’opposer l’ancrage à l’élargissement." Raison pour laquelle les Écossais partisans du OUI ou les Catalans sont très européens. Si l'Empire européen avait une qualité, c'est celle-là. Et cela nous serait profitable à nous Suisses, pour transformer l'odieux Empire franco-allemand actuel en une Europe démocratique respectueuse des peuples...
C'est pas demain la veille..."
En fait, beaucoup de choses reposent sur la responsabilité des Français, ces abominables jacobins centralisateurs qui ont rétabli la monarchie absolue sans le savoir et ainsi crée un Empire franco-allemand plutôt qu'une Europe démocratique. Le jour où la France se démocratisera quelque peu, l'Europe pourra peut-être commencer à respirer ?

Écrit par : Géo | 20/09/2014

Mais qui a dit que les frontières européennes étaient figées ? L'avancée majeure de l'Europe - de toute l'Europe et pas seulement de l'UE - fut le fameux compromis d'Helsinki en 1975. Alors que l'URSS entendait geler à jamais les frontières, les occidentaux, sous l'impulsion des allemands de l'ouest, voulaient au contraire conserver des frontières mobiles, autrement dit laisser la porte ouverte à la réunification allemande. Le compromis fut d'une grande sagesse: oui à la possibilité de modifier les frontières, mais seulement de façon pacifique et consensuelle. (Implicitement, la RFA reconnaissait l'existence de la RDA.) Le référendum écossais, lui, a été exemplaire parce qu'il a respecté pleinement ces principes. C'est la méthode qui compte, et pas le résultat. Une belle leçon de vraies valeurs européennes !

Écrit par : Jürg Bissegger | 22/09/2014

"C'est la méthode qui compte, et pas le résultat. Une belle leçon de vraies valeurs européennes !"
La plus belle démonstration de l'ineptie européenne ! On va se faire bouffer par l'Islam, mais on sera très content de l'avoir été de façon démocratique. Trop cool...
En Europe comme partout dans le monde, seul compte le résultat. Vae victis.

Écrit par : Géo | 22/09/2014

Je trouve que Géo n'a pas tort!

Écrit par : annuaire suisse | 26/09/2014

Ah ben si c'est annuaire suisse qui le dit...

Écrit par : Géo | 26/09/2014

Les commentaires sont fermés.